Google Nexus 6 (Motorola) - Test Geeks and Com -1

La gamme Nexus représentait pour beaucoup des appareils très abordables avec de bonnes performances et pouvant convenir au plus grand nombre. Certains y voyaient même le parfait compétiteur du iPhone, avec le même principe d’interface pure, telle que voulue par Google.

Pourtant, avec le Nexus 6, Google semble vouloir brouiller les pistes : avec un prix digne des appareils les plus haut de gamme du moment et un écran de 6 pouces qui ne le destine clairement pas à tout le monde, nombreux sont ceux qui se sont sentis un peu perdus face à l’annonce de l’appareil.

Nous vous proposons un test de l’appareil afin de savoir si l’appareil offre beaucoup plus que son prédécesseur, afin de justifier l’écart de prix du simple au double.

Caractéristiques techniques du Nexus 6 de Motorola

Affichage
  • 5.96” Quad HD AMOLED (2560 x1440)
  • Densité de pixels: 493 ppi
Dimensions159,26 x 82,98 x 10,06 mm (Hauteur x Largeur x Épaisseur)
Poids184 grammes
Processeur
  • Processeur Quad core Krait 450 CPU 2.7GHz (Qualcomm Snapdragon 805 SOC)
  • GPU Adreno 420
Mémoire
  • 3 Go de RAM
  • 32 / 64 Go de mémoire interne
Système d’exploitationAndroid 5.0 Lollipop
Réseau
  • Amérique du Nord :
    • GSM: 850/900/1800/1900MHz
    • CDMA Band Class: 0/1/10
    • WCDMA Bands: 1/2/4/5/8
    • LTE Bands: 2/3/4/5/7/12/13/17/25/26/29/41
    • CA DL Bands: B2-B13, B2-B17, B2-29, B4-B5, B4-B13, B4-B17, B4-B29
  • Autres régions :
    • GSM: 850/900/1800/1900MHz
    • CDMA: not supported
    • WCDMA Bands: 1/2/4/5/6/8/9/19
    • LTE Bands: 1/3/5/7/8/9/19/20/28/41
    • CA DL: B3-B5, B3-B8
Appareil photo / vidéo
  • Appareil photo principal : 13 Mégapixels f/2.0 + OIS + Dual Flash Led
  • Caméra vidéo principale : 4K à 30 images par seconde
  • Appareil photo en façade : 2 mégapixels
Codecs supportés
  • Musique : en attente
  • Vidéo : en attente
Connectivité
  • Nano SIM
  • Connecteur Micro-USB / USB 2.0
  • Bluetooth 4.1 Low Energy
  • NFC
  • Wi-Fi 802.11 ac (2X2 MIMO)
  • Hauts parleurs stéréo en façade
  • GPS GLONASS
Batterie / Autonomie
  • Batterie de 3 220 mAh
  • Chargement rapide

Google Nexus 6 (Motorola) - Test Geeks and Com -3

Design

Si dans le passé LG prenait soin de distinguer les Nexus de sa propre gamme d’appareils, Motorola a fait le choix inverse. Si ce n’était le logo Nexus, on pourrait croire être face à un gros Moto X (2014). On retrouve ainsi les mêmes bordures métalliques, le même petit creux autour du logo Motorola, et finalement le même design de l’appareil photo, avec un cercle autour du capteur faisant office de flash.

La connectique et les boutons se trouvent d’ailleurs exactement aux mêmes endroits sur les deux appareils, avec tous les boutons sur la tranche droite, le port micro usb sur le dessous de l’appareil et l’emplacement pour la carte nano-sim et les écouteurs sur le dessus.

Deux haut parleurs sont également présents en façade, ce qui est très agréable, on le verra plus tard. Je trouve en revanche qu’ils viennent légèrement gâcher le design de la façade de l’appareil, en donnant l’impression qu’il s’agit de boutons. Certaines grilles, comme sur les HTC par exemple, donnent un effet industriel plus réussi.

Lors de la première prise en main du Nexus 6, on ne peut s’empêcher de le trouver gros. Il est en effet plus large, plus haut et plus épais qu’un Samsung Galaxy Note 4 ou qu’un iPhone 6 Plus, qui sont pourtant déjà de gros appareils. Le poids est également supérieur à ces deux téléphones, avec 184g contre 172g pour le iPhone 6 Plus et 176g pour le Samsung Galaxy Note 4.

Pourtant, le téléphone tient assez bien dans les mains grâce à son arrière incurvé et le fait qu’il ne soit pas trop fin.Pour ceux ayant des petites mains, je trouve que l’on pourrait le trouver légèrement moins agréable qu’un Galaxy Note 4 à manipuler, mais plus agréable qu’un iPhone 6 Plus, qui a tendance à trop glisser en main.

Au final le design du Nexus 6 est donc très réussi, même si l’on aurait pu espérer un peu plus d’audace de la part de Motorola, à la place d’un copier-coller de ses appareils à succès.

Google Nexus 6 (Motorola) - Test Geeks and Com -5

Écran

L’écran du Nexus 5 mesurait 4,95 pouces avec une résolution de 1920×1080 pixels pour une densité de 445 pixels par pouce. Motorola profite de la taille de son appareil pour inclure un écran massif de 5,96 pouces avec une résolution de 1440 x 2560, soit une densité de 493 ppi. L’écran est sans conteste l’un des points forts de l’appareil, avec une taille idéale pour les amateurs de multimédia.

Alors que le Nexus 5 offrait une dalle IPS, Motorola a opté pour un écran AMOLED sur le Nexus 6. On retrouve donc les avantages de cette technologie, avec de très bons angles de vision et des noirs très profonds, mais aussi les inconvénients, avec une tendance à la saturation sur les couleurs.

Ce qui est intéressant est le fait que l’écran sait être très lumineux lorsque nécessaire, avec une très bonne lisibilité lorsque l’on est à l’extérieur, par exemple, tout en offrant une luminosité très faible par moment. Ceux qui aiment lire dans l’obscurité par exemple, apprécieront la possibilité du téléphone de fonctionner avec une luminosité moindre que sur un iPhone 6 ou un Galaxy Note 4 par exemple. Pratique lorsque l’on ne veut pas être aveuglé ou déranger quelqu’un qui dort.

Performances du Google Nexus 6

Avec un processeur Qualcomm Snapdragon 805 de 2,7GHz et 3GB de RAM, le Nexus 6 promet sur le papier une expérience fluide et impressionnante.

Dans les faits, tout est très réactif et fonctionne très bien, même lorsque plusieurs applications sont ouvertes. Certains regretteront en revanche l’ajout d’animations à Android 5.0 Lollipop, qui permettent de donner une impression de réactivité supplémentaire, mais ont parfois tendance à allonger légèrement certains temps d’affichages. Il est bien évidemment possible de changer ce comportement grâce à certains réglages.

Pour les amateurs de chiffres, voici les résultats obtenus par le Nexus 6 dans les différents logiciels de Benchmark. Ceux-ci sont d’ailleurs très proches du Samsung Galaxy Note 4, même s’il arrive que le Nexus 6 prenne le haut du classement dans certains tests.

Connectivité

Le Nexus 6, haut de gamme oblige, est plutôt bien équipé en termes de connectivité. On retrouve ainsi du Wi-Fi 802.11 ac double bandes, du Bluetooth 4.1 LE avec A2DP, LTE jusqu’à 300mbps, du micro-USB 2.0 et du NFC.

On pourra donc noter l’absence d’infrarouge, comme sur certains appareils de compétiteurs par exemple, ce qui empêche d’utiliser le Nexus 6 comme télécommande sans ajout d’accessoire. Nexus oblige, il faudra également oublier l’emplacement micro-SD. L’utilisateur devra donc faire un choix judicieux entre les modèles 32 et 64GB, car il ne sera pas possible d’étendre la capacité par la suite.

La réception réseau a toujours été bonne avec le téléphone lors des tests, que cela soit sur le réseau de Rogers ou de Bell, avec des débits LTE souvent aux alentours de 30mbps au centre-ville de Montréal, avec certaines pointes à plus de 70mbps.

La qualité sonore est également très bonne et mes correspondants ne se sont jamais plaints de problèmes de qualité lors des différents appels passés.

Autonomie

Le Nexus 5 était très critiqué pour son autonomie très moyenne et Motorola semble avoir fait son possible pour que l’on ait rien à redire à ce niveau.

Avec une batterie de 3220 mAh, le chargement sans fil et la fonctionnalité de rechargement rapide avec un chargeur compatible, le Nexus 6 met tous les atouts de son côté pour être un appareil qui ne se retrouvera jamais à court d’énergie.

En utilisation plutôt intensive, je n’ai eu aucun problème à tenir une journée d’une quinzaine d’heures. En utilisation moyenne, il est assez facile d’atteindre les deux jours sans recharger l’appareil. Par ailleurs, la possibilité d’ajouter plusieurs heures d’autonomie en 30 minutes de chargement rapide est très appréciable si la journée se prolonge de manière imprévue.

Le Nexus 6 est donc très proche d’un Samsung Galaxy Note 4 en termes d’autonomie, ce qui est un très bon point et élimine ainsi l’un des principaux points faibles de son prédécesseur.

Google Nexus 6 (Motorola) - Test Geeks and Com -4

Appareil photo et vidéo du Google Nexus 6

La caméra a toujours été connue comme le talon d’Achille de la gamme Nexus. Chaque nouveau modèle voit son nombre de promesses au niveau d’une expérience supérieure pour l’utilisateur.

Le Nexus 6 surprend agréablement au niveau de l’appareil photo : la prise de vue est dans l’ensemble plus rapide et offre surtout de meilleurs résultats que son prédécesseur dans toutes les situations. On est pas encore au niveau d’un iPhone 6 ou 6 Plus, ou même parfois qu’un Samsung Galaxy Note 4, mais on s’en approche fortement.

La principale surprise pour ma part vient de la prise de vue en conditions de luminosité difficile, dans lesquelles le Nexus 6 se débrouille plutôt bien, en limitant le bruit numérique et les flous dus aux mouvements. On peut ainsi prendre des photos en intérieur ou même la nuit sans avoir peur d’un résultat inexploitable.

La qualité vidéo de l’appareil, en 4K, est par ailleurs très bonne et comparable à ce que fait Samsung avec son Galaxy Note 4. Les images sont très détaillées et fluides, et le rendu est vraiment très agréable à visualiser, en particulier si l’on dispose d’une télévision 4K ou d’un écran capable d’afficher la vidéo en résolution native. On pourra cependant regretter que l’autofocus se repositionne un peu trop souvent en situation de mouvements, donnant un léger flou d’un peu moins d’une seconde à chaque opération.

Multimédia et audio

Enfin un Nexus avec deux hauts parleurs! Le fait que ceux-ci soient placés en façade permet également de garder une bonne expérience sonore même lorsque l’appareil est placé sur la table, contrairement au Nexus 4 par exemple.

Sans être au niveau d’un HTC One M8, le Nexus 6 se débrouille donc très bien pour délivrer un son puissant et agréable, avec une tendance à la saturation dans les plus forts volumes, ce qui est assez normal vu la taille des hauts parleurs.

Au niveau de la lecture multimédia, on ne peut toujours pas lire dans Android Lollipop de fichiers incluants du 5.1 ou du DTS, ni des sous-titres, qu’ils soient intégrés au MKV ou externes en format srt. On pourra donc bien évidemment contourner le problème avec des lecteurs de type VLC, mais il est dommage de voir que Google ne fait pas d’efforts à ce niveau-là alors que l’écran du Nexus 6 est vraiment idéal pour de la consommation de multimédia.

Système d’exploitation Android 5.0 Lollipop

Alors qu’avec le Nexus 5, Android avait bénéficié d’une mise à jour mineure en passant de 4.3 à 4.4, cette année Android Lollipop apporte de nombreux changements majeurs en passant en version 5.0.

Je ne détaillerai pas ici l’ensemble des changements apportés par le système d’exploitation, étant donné que nous avons déjà réalisé un article sur le sujet, mais je ne peux m’empêcher de préciser qu’esthétiquement le changement est flagrant. Un peu comme lors du passage d’iOS 6 à 7, on se retrouve face à une interface très colorée et animée, qui ne plaira sans doute pas à tout le monde dès les premières minutes. Heureusement, on finit par s’y habituer assez rapidement.

Google Nexus 6 (Motorola) - Test Geeks and Com -2

Conclusion

Le Nexus 6 est donc au final un très bon appareil qui ravira les amateurs de téléphones à très grands écrans. Les points faibles sont très limités et on se retrouve donc avec un produit assez bien balancé en termes de performances.

Pourtant, de nombreux amateurs de la gamme Nexus ont été déçus de la présentation du Nexus 6, car ce dernier ne colle plus du tout à son image de téléphone abordable et représentant le meilleur compromis en termes de spécificités techniques. On se retrouve avec un modèle parmi les plus chers du moment ainsi quel’un des plus gros formats actuels.

Alors que l’on pouvait recommander le Nexus 5 au plus grand nombre, à la recherche d’un appareil Android, il n’en est donc pas de même pour son successeur qui se destine plutôt à un public spécifique, principalement intéressé par la gamme Note de Samsung ou du iPhone 6 Plus.

NOTES
Design
9
Connectivité
8.5
Performances
9
Écran
9
Système d'exploitation et partie logicielle
9
Autonomie
9
Multimédia
9
Finition
8.5
Qualité vidéo
8.5
Qualité photo
8
PARTAGER
Éditeur de Geeks and Com', je suis un passionné de nouvelles technologies, de sport et de tout ce qui touche au monde des communications/marketing. Je suis également consultant en communication numérique pour Signature sur le Saint-Laurent (construction du nouveau pont Champlain à Montréal).