Avant-propos: Le test qui suit contient des éléments de Hotline Miami. Même s’Ils ne divulguent rien de déterminant sur l’intrigue du jeu, il est nécessaire de l’avoir fait si vous souhaitez comprendre correctement les lignes qui suivent. Vous voilà prévenus.

Nous vous en parlions dans notre Top 5 des attentes de jeux indés pour 2015, Hotline Miami 2 Wrong Number faisait partie des titres plus qu’attendus sur nos machines. Sorti le 23 octobre 2012, Hotline Miami premier du nom avait fait alors très grande impression dans la sphère vidéoludique indépendante, d’une part parce que deux hommes seulement sont derrière son développement, Jonatan  Söderström et Dennis Wedin, et, d’autre part, parce que les deux comparses de Dennaton Games nous avaient alors concocté une oeuvre dynamique, nerveuse, exigeante et gore à souhait. Qu’en est-il de cette suite?

 

Fiche technique

  • Date de sortie : 10 mars 2015 (PC, Mac, Linux, PS4-SCEA), 11 mars 2015 (PS4-SCEE)
  • Style : Action / Aventure
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 18
  • Développeur : Dennaton Games
  • Éditeur : Devolver Digital
  • Langue d’exploitation : Textes en multilingue, jeu testé en français et anglais
  • Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 3, PlayStation Vita, Xbox One, Xbox 360, PC, Mac et Linux
  • Évalué sur PC, Mac, PlayStation 4 et Playstation Vita
  • Prix lors du test : 14,99€ / 14,99$ Steam, PlayStation (CrossBuy)

The Usual Supects

il vous faudra beaucoup de recul et de patience pour comprendre l’intrigue, ainsi que tous les tenants et aboutissants de Hotline Miami 2 Wrong Number

Hotline Miami se limitait aux appels téléphoniques en tant que fil narratif, imposant à Jacket ses différents contrats de massacre pour avancer dans l’intrigue principale. La fin, aussi brutale qu’inattendue, clôturait alors cette histoire, qui aurait pu se contenter d’un simple one shot. C’était sans compter le talent de Dennaton Games, qui a décidé dans Wrong Number, de complètement désintégrer ce qui nous restait de neurones avec un scénario complètement mind fuck.

Pourquoi? Tout simplement, car les pérégrinations des différents protagonistes sont complètement mélangées et interconnectées les unes avec les autres, dans un flot temporel se déroulant entre les années 80 et 90. Tout d’abord, l’acteur Martin Brown, au masque de porc, jouant dans un film inspiré des actes de Jacket. Ensuite les Fans, nommés Corey, Mark, Toney, et les jumeaux Alex & Ash, s’ennuyant à mourir dans les rues de Miami. Il y a aussi le détective Manny Pardo, qui se justifie de sa plaque pour massacrer gangs et autres groupuscules de malfrats. Ou encore Evan, écrivain enquêtant sur les séries de meurtres, et avec une case en moins. Sans compter l’Acolyte, le Fils, le Soldat des Ghost Wolves ou Jake, ayant tous un lien direct avec Hotline Miami, ainsi que certains clins d’oeil bienvenus aux fans. Tout est fait et construit pour convaincre le joueur que ce n’est pas un rêve, et en même temps, les personnages sont envahis par des hallucinations et autres visions.

Bien que très intéressante, plutôt bien pensée et loin du personnage impersonnel de l’épisode un, il vous faudra beaucoup de recul et de patience pour comprendre l’intrigue, ainsi que tous les tenants et aboutissants de Hotline Miami 2 Wrong Number. C’est notamment à cause d’une VF écrite un peu boiteuse et manquant de justesse, comparé à la VO, assez accessible. Mais après tout, ce n’est pas pour ce genre de détail qu’on joue à ce type de jeu, qui vous prendra une dizaine d’heures en mode normal. Car si vous n’avez pas assez galérer dans les 6 actes que propose la difficulté de base assez relevée ( actes séparés en 4 parties en plus d’un prologue et d’un épilogue), tentez donc le mode Hard. Je vous souhaite bonne chance.

Là où règne l’injustice, les armes sont utiles

La mécanique de jeu étant bien huilée, il était pour le moins inutile de changer un tant soit peu le gameplay principal du titre, à quelques détails près. En effet, à part Manny Pardo qui est très proche de Jacket, chaque personnage aura droit à  ses propres capacités. Ainsi, Martin Brown aura droit à un temps relativement plus long pour effectuer des combos. Tony ne peut se battre qu’avec ses poings, mais sera à même de mettre à terre et abattre les ennemis les plus costauds. Le duo Ash et Alex se baladent avec une tronçonneuse pour l’un et un pistolet pour l’autre. Mark quant à lui possède une mitraillette dans chaque main. Il existe une particularité pour chaque personnage, certaines plus farfelues que d’autres, mais plutôt jouissif et s’intégrant bien à l’ambiance proposée.

Quant aux autres, soit ils ne portent pas de masque et doivent se démener avec ce qu’il y a sur le terrain, soit ils peuvent choisir parmi un véritable arsenal, et donc changer leur gameplay à chaque nouvelle séquence : un plus non négligeable pour la rejouabilité du titre. Malheureusement, ces quelques changements se font au détriment de certains masques, qui sont absents de cet opus.

Hormis cela, que ce soit avec une batte, un couteau, un fusil à pompe, une barre de fer, une mitraillette, un silencieux, un marteau, une bouteille, une hache, un skate, ou tout simplement vos poings, tous les coups sont permis et les initiés ne seront pas perdus. Il s’agit toujours de déambuler dans les différents couloirs pour tuer tout ce qui bouge, en priant pour ne pas se prendre une balle ou un coup par-derrière, la vision périphérique des ennemies atteignant les 380° et à l’ouïe ultra-développée quand l’arme n’est pas silencieuse. Le tout en évitant, bien entendu, plus que possible le die & retry . À ce titre, ce sera toute une phase de séquence à recommencer au moindre faux mouvement mortel.

Meurs un autre jour

Il faudra faire preuve de beaucoup de dextérité, d’analyse et de réflexe pour vous en sortir

C’est d’ailleurs ce qui se démarque le plus avec son prédécesseur. Hotline Miami 2 Wrong Number s’aventure souvent en territoire inconnu, passant de zones étriquées d’appartements, à des espaces plus ouverts et plus vastes comme une centrale électrique en extérieur et intérieur. Les développeurs ont retravaillé au maximum l’IA et le level design dans cet opus, et ça se ressent tant par notre tactique d’entrée à entrevoir, que par les morts injustes de notre avatar très peu présentes.

Car si Hotline Miami est exigeant, souvent frustrant, voire démoralisant sous certaines conditions de jeu, ce sera toujours de la faute du joueur si la faucheuse vient à sa rencontre, malgré quelques bugs fâcheux comme des personnages qui se bloquent dans des éléments du décor, ou peu réceptifs au bruit, ou encore capables de traverser certains murs. Qu’à cela ne tienne, tout ceci reste plutôt rare, surtout quand on compare aux problèmes techniques présents lors de la sortie des aventures de Jacket en 2012. Et, concrètement cela n’empiète en rien le fun que procure le titre. Mais entre le déplacement des PNJ chaotique, et la RNG peut souvent à votre avantage (loin d’être un défaut dans ce type d’oeuvre), Il faudra faire preuve de beaucoup de dextérité, d’analyse et de réflexe pour vous en sortir. Un savoir-faire que vous pourrez par ailleurs comparer via un leaderboard online dans les menus du jeu.

Et pour peu que vous ayez envie de faire souffrir les gens, comme vous avez souffert aussi j’en suis sûr, d’ici mai 2015 il vous sera possible de créer vos propres niveaux. Uniquement en alpha pour le moment, et non disponible au public, l’utilisation est assez simple et intuitive, et permettra d’agencer plusieurs étages ensemble et de choisir sa musique, pour peu qu’elle appartienne à la bande-son. Vous aurez encore beaucoup de boulot dans les rues de Miami.

Guerilla Radio

Un véritable hommage et un amour certain pour une époque bien lointaine et différente

Souvent encensée, pour de bonnes raisons, la bande originale de Hotline Miami avait de quoi faire rêver. Rassurez-vous, celle de Hotline Miami 2 Wrong Number est d’aussi bonne qualité, si ce n’est meilleure, et cela grâce au concours de moult artistes ayant participé à la musique du jeu. Carpenter Brut, Perturbator, Mad Animals, Jasper Byrne ou encore M.O.O.N. pour ne citer qu’eux, tous ont un apporté un cachet incroyable au jeu, l’essence même du titre, pour le plus grand plaisir de vos oreilles. Cette fameuse playlist électro, complètement timbrée, colle parfaitement à chacun des 26 niveaux proposés, et participe à l’esprit dynamique et addictif que propose ce genre de die & retry effréné. Un véritable trip sous acide.

Côté ambiance générale, Dennaton Games a pris soin de remplir leurs niveaux de détails quand ils ont repensé leur level design. Un plus non négligeable, le premier opus ayant des espaces assez vides ou similaires. Il est donc plaisant de se balader dans chacun des actes du jeu, aux couleurs flashy et vives, à la limite de l’épileptique.

Tant que l’on est à l’ambiance de l’arc narratif, parlons de la mise en forme de l’intrigue assez singulière. Les développeurs ont affiché visuellement ce mélange chaotique des différents scénarii, expliqué plus haut, comme la lecture de cassettes vidéo. C’est donc avec un sourire empreint de nostalgie, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, qu’on lance chaque séquence d’un acte comme une VHS dans son lecteur, ou qu’on met sur pause et que l’interface apparaît comme sur une télévision cathodique, avec les bruitages d’arrêt et de rewind, s’il vous plaît! Un véritable hommage et un amour certain pour une époque bien lointaine et différente.

Conclusion

Exigeant, addictif, psychédélique, voilà comment résumer, en quelques mots l’expérience proposée par Hotline Miami 2 Wrong Number, opus à part entière, qui malgré des efforts de finition et d’ajouts, ne convaincra pas tout le monde, n’y voyant qu’un simple patch 1.5. pour certains. Clairement, Wrong Number n’est pas fait pour tous les publics, la difficulté de certains passages usera les joueurs les moins patients. Pour autant, il est l’un des jeux qui marqueront 2015, à n’en pas douter, tant par son fun que par sa rejouabilité, ainsi que sa proportion au speedrun.

Hotline Miami 2 Wrong Number

NOTES
Niveau d'enthousiasme
9
PARTAGER
Rédacteur en Chef de la section Jeu Vidéo, administrateur d'une association sur la thématique du Jeu, et grand aficionado du domaine numérique. Passionné de Cinéma, de musique, de dessin, de jeu, de littérature, de NBA, et de la vie en général.