Le portage HD est à la fois un fléau pour certains joueurs, mais aussi l’occasion pour les développeurs d’améliorer leurs créations. Du moins, c’est ce dernier axe sur lequel se repose Sony. Et pour le moment, il faut avouer que cela leur sied convenablement, au vu de la qualité de The Last of Us et Journey. Framerate fluidifié et augmenté, qualité graphique peaufinée, mode photo ajouté, DLC compris, et autres joyeusetés. Est-ce que Santa Monica Studio aura apporté autant de soin sur God of War III Remastered que les équipes de Naughty Dogs et Thatgamecompany?

Fiche technique

  • Date de sortie de l’épisode : 14 juillet 2015 (SCEA) / 15 juillet 2015 (SCEE)
  • Style : Beat’em All
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 18
  • Développeur : SCE Santa Monica Studio
  • Éditeur : Sony Computer Entertainment
  • Langue d’exploitation : Voix et Textes en Multilangues
  • Disponible sur PlayStation 4
  • Évalué sur PlayStation 4.
  • Prix lors du test : 34,99€ / 39,99$
  • Version physique envoyée par l’éditeur

Deus Ex Machina

ceux n’ayant jamais fait un God of War risquent d’être un poil largués, surtout connaissant le cliffhanger du second opus

Au programme en matière d’histoire pour God of War III Remastered, nous sommes en territoire connu. Kratos escalade le mont Olympe à l’assaut des dieux, sauf qu’un léger contre-temps lui fera perdre l’ensemble de ses pouvoirs et l’obligera à reporter son théocide. Rien de neuf à l’horizon donc. Pour autant, au vu de la maestria avec laquelle l’équipe de Santa Monica Studio avait, à l’époque, écrit leur jeu, nonobstant quelques imprécisions mineures, il ne fallait absolument rien changer. Et l’important d’un portage HD d’un excellent titre est bien évidemment sa qualité graphique.

On regrettera cependant que ce soit spécialement cet opus qui soit adapté sur PlayStation 4. C’est un choix logique, puisque tous les autres ont été portés sur PlayStation 3 à l’époque, versions portables incluses. Mais ceux n’ayant jamais fait un God of War risquent d’être un poil largués, surtout connaissant le cliffhanger du second opus. Une courte cinématique d’introduction est présente, mais uniquement sous forme de simili céramique grecque antique. Soit pas trop compréhensible au final. Un texte pour introduire God of War III aurait, peut-être, largement suffit au bonheur de tous.

Lifting Kratos

Un très bon et beau jeu, même s’il faut ne pas se leurrer, ce n’est pas de la qualité current-gen non plus, et un poil en dessous par rapport à ce que nous a proposé Naugthy Dogs avec The Last of Us

Force est de constater que God of War III Remastered tient le bon bout. Déjà de très bonne facture à l’époque de sa sortie sur PlayStation 3, God of War III jouissait de décors grandioses et impressionnants, avec une mise en scène plutôt bien construite et mélangeant assez adroitement la direction artistique, le scénario et le gameplay. God of War III Remastered quant à lui reprend l’ensemble en peaufinant au maximum sur les imperfections de l’ancienne version.

Au final, exit les quelques effets d’aliasing et autres ralentissements de framerate, très rares mais présents, sur PlayStation 3. Aujourd’hui, God of War III est d’une fluidité extrême, au taux de rafraîchissement qui paraît très peu fluctuant, et en 1080p s’il vous plaît. Les effets d’éclairages sont magnifiques et les petits détails, tels que les gravures de l’armure de Kratos, ont même été retravaillés. On pourrait chipoter sur deux-trois animations, comme la chute des corps lors du passage qui suit le Styx aux Enfers par exemple. Mais ce serait cracher sur le rendu du titre pour rien du tout. Un très bon et beau jeu, même s’il faut ne pas se leurrer, ce n’est pas de la qualité current-gen non plus, et un poil en dessous par rapport à ce que nous a proposé Naugthy Dogs avec The Last of Us.

En reprendre une part ?

God of War III Remastered ne se prête pas à s’arrêter de longues minutes pour admirer le paysage, hormis aux différents points de découverte

Comment renouveler l’intérêt d’un des meilleurs titres sortis à époque sur PlayStation 3? Soyons clair de suite, et ce serait là le gros défaut de God of War III Remastered, il n’y a aucune rejouabilité sur le jeu. Puisque tout le sel de la saga God of War c’est son écriture, sa mise en scène et son histoire, et ne possédant pas de mode multijoueur, il sera donc très difficile de replonger dans l’épopée Kratos, à moins d’être absolument fan du spartiate balafré, ou alors si vous ne vous y êtes pas adonné en 2010.

À côté de ça, le seul bonus supplémentaire auquel vous aurez droit est le mode photo, devenu un outil indispensable dans le cahier des charges de chaque production PlayStation, qui a pour avantage de profiter de l’excellente direction artistique. Malheureusement,  vous ne pourrez l’utiliser qu’à de rares occasions de façon optimale, aux vues du dynamisme du titre, et de sa caméra fixe. Surtout, il faudra faire l’effort de se souvenir de sa présence, tant God of War III Remastered ne se prête pas à s’arrêter de longues minutes pour admirer le paysage, hormis aux différents points de découverte.

Conclusion

God of War III est et restera un jeu culte pour énormément de joueurs, et cette version Remastered des aventures de Kratos n’est en aucun cas une exception. Gameplay, framerate et graphismes aux petits oignons, sa grande faiblesse, sa rejouabilité, n’est due qu’à ses plus grandes qualités, son écriture et sa mise en scène. À cela, ajoutons le fait qu’il n’apporte rien de plus qu’un mode photo plutôt anecdotique, et un choix d’opus pour le portage pas très pratique pour la compréhension des néophytes de cet univers, mais à un prix assez abordable et plutôt honnête. Ce sera donc au public de trancher.

NOTES
Niveau d'enthousiasme
9
PARTAGER
Rédacteur en Chef de la section Jeu Vidéo, administrateur d'une association sur la thématique du Jeu, et grand aficionado du domaine numérique. Passionné de Cinéma, de musique, de dessin, de jeu, de littérature, de NBA, et de la vie en général.