Avant-propos: Le test qui suit, même s’il ne divulgue rien de déterminant sur le jeu, fait suite aux précédents épisodes, ainsi qu’à leurs tests. Il est conseillé et nécessaire d’avoir joué à Life is Strange – Chrysalis, au minimum, si vous souhaitez comprendre correctement les lignes qui suivent. Vous voilà prévenus.

Après Game of Thrones la semaine dernière, c’est au tour de Life is Strange de proposer son avant-dernier épisode. Dark Room fait suite à un épisode un peu particulier, et je devrais au moins mentionner le cliffhanger précédent pour remettre en contexte le test qui suit. Il n’y aura pas de spoil de l’opus précédent sur son contenu. Mais, amis lecteurs, si vous n’avez pas fait Chaos Theory, je vous CONSEILLE FORTEMENT de ne PAS aller plus loin.

Fiche technique

  • Date de sortie de l’épisode : 28 juillet 2015
  • Style : Aventure / Point&Click
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 16
  • Développeur : DONTNOD Entertainment
  • Éditeur : Square Enix
  • Langue d’exploitation : Voix en Anglais, Textes en Français
  • Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox One, Xbox 360 et PC
  • Évalué sur PlayStation 4 et PC
  • Prix lors du test : 5.49 $ / 5 €  l’épisode, 22 $ / 20 € la saison complète

With Great Power Comes Great Responsibility

Un travail minutieux de la part de Dontnod côté scénario et mise en scène

Suite à un saut dans le temps assez lointain, Maxine a provoqué un événement dramatique, amenant notre héroïne à se remettre en question, et à revenir à contre coeur sur la situation initiale. De retour dans son espace-temps, Max et Chloé décident d’accélérer la cadence sur les recherches concernant Rachel Ambers. La menace Prescott se fait de plus en plus présente, les éléments naturels sont de plus en plus chaotiques, et toute information liant la meilleure amie de Miss Price aux derniers événements en date est bonne à prendre.

Le tout, réuni dans un épisode de Life is Strange qui prend un tournant assez sinistre et chargé, avec une profondeur des thèmes abordés lourde de sens et dérangeante, et à la musique virant au ton beaucoup plus froid et impersonnel que d’habitude. Dontnod nous livre l’épisode le plus intéressant à suivre, tout en ne négligeant pas la partie gameplay.

Et pour couronner le tout? Vos choix sont pris en compte et ne sont pas qu’uniquement mentionnés pour la plupart, même si Life is Strange joue énormément sur les détails. Et bien que ces derniers paraissent anecdotiques pour certains, l’ensemble renforce la cohésion et la crédibilité de l’univers imposé par Dontnod. Pour ne donner qu’un exemple, jetez un oeil à vos SMS au tout début de l’épisode et remettez-les dans le contexte. Chacune de vos interactions ont impacté la progression de Maxine dans son aventure, ainsi que ses relations avec l’ensemble des personnages avec qui vous avez pu converser.

Un travail minutieux de la part de Dontnod côté scénario et mise en scène, qui ne peinera pas à nous faire couler une larme assez facilement, mais aussi à nous surprendre à plusieurs reprises, avec encore une fois un cliffhanger non attendu et stupéfiant. Et si les teasers de fin d’épisode de Life is Strange vous laissaient jusqu’à présent perplexe, ils vous paraîtront désormais limpides et glaçants lors de votre voyage dans Dark Room.

Out of Time, Man

Dark Room nous place dans une situation d’impuissance, où notre personnage subit les circonstances qui l’entourent

Il est dommage par contre que certains détails n’aient pu être poussés au bout de leurs idées. Ce sont quelques broutilles qui heureusement n’impactent pas la qualité globale de cet épisode de Life is Strange, mais sont assez intéressantes pour s’y arrêter quelques minutes.

Commençons par le début de l’épisode. Sans spoil, il faut savoir qu’on ne découvre qu’une infime partie des conséquences de l’acte de Max effectué à la fin de Chaos Theory. Ce qui est à la fois dommage, mais aussi compréhensible. Compréhensible, car Dark Room nous place dans une situation d’impuissance, où notre personnage subit les circonstances qui l’entourent. C’est fort de signification et l’effet fonctionne à merveille, mais on regrettera cependant de ne pas avoir pu explorer en profondeur l’évolution des personnages, hormis quelques-uns, dans ce moment alternatif.

Autre élément, du côté gameplay cette fois-ci, et concernant le pouvoir de Maxine. Jusqu’à présent, interagir avec la fonction rewind/retour était plutôt facile d’utilisation. Lors d’une discussion à choix avec l’un des personnages du jeu, il sera assez rébarbatif de revenir en arrière pour changer ses choix si on le souhaite, au vue de la longueur de dialogue. Encore une fois ce n’est qu’un détail, puisque l’instant d’utilisation est très bien pensé, et rattrapé par une scène d’investigation assez bien réussie.

Mais foncièrement il n’y a rien à redire sur le reste du jeu, et peu de choses ont réellement changé depuis le premier épisode de Life is Strange. Nous vous reportons donc sur le test de Chrysalis sur le celui de Out Of Time, et enfin celui de Chaos Theory, pour de plus amples informations quant aux caractéristiques mêmes du titre.

Conclusion

Life is Strange continue impeccablement dans sa grande lancée, tout en prenant un côté plus sombre, plus intéressant, plus mature peut-être, même si c’est un détail qu’il faudra discerner lors du grand finale. Les thèmes sont forts, les idées percutantes, et les mécaniques de gameplay utilisées à bon escient dans cet épisode. L’ensemble prodigue une fin a priori spectaculaire, avec son lot de surprises et de rebondissements, et nos choix en aucun cas dérisoires.

Life-Is-Strange™-Chloe-Maxine-Jefferson.jpg

NOTES
Niveau d'enthousiasme
8.5
PARTAGER
Rédacteur en Chef de la section Jeu Vidéo, administrateur d'une association sur la thématique du Jeu, et grand aficionado du domaine numérique. Passionné de Cinéma, de musique, de dessin, de jeu, de littérature, de NBA, et de la vie en général.