Après vous avoir livré nos impressions sur cette extension de Destiny baptisée Le Roi des Corrompus lors de nos divers lives en équipe, il est temps de faire le bilan et de vous livrer notre verdict définitif. Depuis sa sortie, Destiny n’a laissé personne indifférent. Très critiqué, le jeu est pourtant joué par de très nombreuses personnes à travers le monde entier. Après une année, Bungie s’est-il rattrapé avec Le Roi des Corrompus ? Réponse dans ce test.

Fiche technique

  • Date de sortie : 15 septembre 2015
  • Style : FPS
  • Classement ESRB / PEGI : T / PEGI 16
  • Développeur : Bungie
  • Éditeur : Activision
  • Langue d’exploitation : Anglais, Français
  • Disponible sur PlayStation 4, Xbox One, PlayStation 3 et Xbox 360 
  • Prix lors du test : 39,99$/€ (PlayStation Store / Xbox Store)
  • Version PlayStation 4 fournie par l’éditeur

La première année de Destiny n’a pas été de tout repos pour Bungie. D’un jeu de lancement décevant à un piètre DLC, Destiny a connu des hauts et bas durant la première de ses 10 ans de durée vie estimées. Le DLC « La Maison des Loups » était un pas dans la bonne direction avec de bonnes idées et un contenu relativement conséquent. Bien que Le Roi des Corrompus annule la plupart de ces nouveautés, c’est exactement ce que Destiny avait besoin pour en faire enfin un jeu complet et cohérent.

Enfin de la narration dans Destiny !

Le roi des Corrompus est la première extension qui débute la seconde année d’existence de Destiny et il modifie de nombreux concepts de base du jeu, de son interface aux mécaniques de gameplay. On a vraiment l’impression de jouer à un nouveau jeu. Le jeu n’est pas seulement plus beau et plus cohérent avec ses graphismes améliorés et son nouveau écran de navigation, le jeu est plus agréable à l’oreille avec l’ajout de la voix de Nolan North qui remplace Peter Dinklage dans l’interprétation du spectre (dans la version anglaise). Et les lignes de dialogue de cette extension sont excellentes, enfin le jeu se dote d’une narration digne d’un jeu de cette ambition. S’ajoutent à cela un lot de cinématiques qui interviennent entre chaque mission de la quête principale qui permettent de dynamiser ces transitions et utilisent tous les personnages de la Tour malheureusement délaissées dans les épisodes précédents. Cela pourrait paraitre futile pour un jeu AAA comme Destiny mais Le Roi des Corrompus propose enfin une narration divertissante qui fait déjà de cette extension une expérience beaucoup plus complète que le jeu de départ.

En ce qui concerne le contexte de cette extension, elle reprend là où les deux DLC nous avaient laissés. Vous avez tué Cropta avec sa propre épée et par conséquent, Oryx se dirige vers la Terre pour prendre sa revanche. Son vaisseau, le Cuirassé, s’est trouvé un emplacement de prédilection dans les anneaux de Saturne et suite à un assaut de la Reine qui a échoué, l’avant-garde a décidé d’élaborer un plan pour l’arrêter. C’est là où interviennent nos gardien(ne)s. A partir de là, nous allons suivre Cayde-6, le maitre chasseur de l’avant-garde dans son assaut du Cuirassé. Cela nous permet de rencontrer un nouveau type d’ennemi : les Corrompus. Il s’agit de versions modifiées d’ennemis des quatre races qui existent dans le jeu mais avec de nouvelles capacités et de nouvelles mécaniques d’attaque. Par exemple, les Psions Corrompus ont la capacité de se dédoubler alors que les Phalanques Corrompus peuvent émettre de l’énergie répulsive depuis leur bouclier. L’histoire nous amène à tuer Oryx dans un combat plutôt sympathique mais ne s’arrête pas là. Alors que dans le premier jeu, le boss final signifiait aussi la fin de l’histoire, après le combat contre Oryx, vous aurez encore quelques missions qui vont revenir sur le lore du jeu et vous permettre de nouer les liens pour conclure l’histoire de manière cohérente.

Mécaniques de jeu : on remet les choses à zéro

En terme de mécaniques de jeu, « Le Roi des Corrompus » remet les choses à zéro en ce qui concerne la progression du joueur. Les joueurs augmentent de niveau en gagnant de l’expérience lors des combats et à la fin de chaque objectif rempli. Une fois le niveau maximal de 40 atteint (très rapidement malheureusement), vous pouvez enfin vous équiper des armures et armes légendaires et exotiques. La lumière dans tout ça ? Elle est toujours présente mais ne dicte plus votre niveau d’expérience mais plutôt vos statistiques d’attaque, de défense et la puissance de vos capacités. j’apprécie vraiment ce nouveau système qui permet au joueur de pouvoir essayer tous les contenus du jeu même s’il ne possède pas la puissance nécessaire.

Bungie a également introduit le nouveau système de quêtes. Les quêtes sont une série d’activités et de défis qui racontent une histoire et représentent une aventure pour le joueur. Elles nous sont données par des personnages que l’on avait oubliés depuis le lancement du jeu. L’armurier, Banshee-99 a ses propres quêtes par exemple et vous pouvez même gagner de la réputation après les avoir remplies. Ceci va vous permettre d’obtenir de nouvelles armes plus tard. Les quêtes ne sont pas de simples contrats (qui existent toujours et ont été renouvellés) mais se rapprochent davantage de missions de l’histoire et apportent de la profondeur au gameplay souvent répétitif. Ces quêtes constituent selon moi la plus grande nouveauté et surtout enrichissent considérablement le jeu.

Des nuisances qui persistent

Attention, « Le Roi des Corrompus » ne corrige pas tous les éléments qui nuisaient à l’expérience du premier Destiny. Par exemple, vous n’échapperez pas à la phase de grind. Elle apparaitra plus tardivement dans l’avancée mais pour passer d’un niveau de lumière 220 à 290, il vous faudra souvent grinder un sacré nombre d’engrammes bleus ou violets et vous ressentirez parfois les travers de Destiny. Les écus légendaires auraient pu nous éviter cette phase de grind mais il y a si peu de moyens pour en obtenir. Un autre gros regret que j’ai eu concerne le PvP. Malgré l’ajout de contenu (nouvelles maps et deux nouveaux modes), ils n’ont rien changé au PvP. J’aurais aimé qu’ils introduisent du PvE avec un mode se rapprochant de ce que Halo veut faire avec « Warzone ».

La cerise sur le gâteau : le nouveau raid

Enfin, comment ne pas parler du Roi des Corrompus sans parler de « La Chute du Roi », le nouveau raid. Alors que les assauts ont été améliorés en y ajoutant certaines mécaniques proches de celles que l’on retrouve dans les raids, on était très impatient de découvrir ce que ce nouveau raid avait à nous proposer. Après l’avoir fait, il n’est pas si différent que ça de par ses mécaniques : des batailles acharnées, essayer d’éviter des ennemis puissants, des puzzles sous forme de plateformes et des boss gigantesques. Heureusement, dans « La Chute du Roi », les points de sauvegarde paraissent mieux placés, à des endroits plus logiques de l’aventure. Bien entendu, la communication au sein de l’escouade est capitale d’autant plus qu’à certains moments, le timing sera clé dans la progression au sein du raid. Je ne vais pas vous spoiler davantage, le raid est en tout cas le plus cohérent et le loot au bout surement un des plus sympathiques.

Conclusion

« Le Roi des Corrompus » est tout ce que réclamaient les joueurs depuis le lancement. Enfin une vraie narration couplée avec des cinématiques intéressantes, plus de diversité dans les quêtes et les activités et une meilleure interface. Peut-on en vouloir à Bungie de ne pas nous avoir proposer ce contenu day one en septembre 2014 ? Certains diront que oui mais attention nous en serions surement pas là sans les retours de ces fans exigeants. D’autre part, les nouveaux joueurs vont découvrir un jeu avec beaucoup de contenu sympathique et un gameplay qui a fait la réussite du jeu. Attention, il y a encore des choses qui font grincer les dents mais beaucoup moins qu’avant. C’est la première vraie extension de Destiny et la concrétisation de tout le potentiel que contenait Destiny à son lancement l’an dernier.

NOTES
Note
8.5
PARTAGER
Ingénieur Etudes & Développement sur Paris, la science a bercé ma jeunesse tout comme le sport, les jeux vidéo puis le cinéma, la technologie et tout dernièrement les séries TV. Enfant unique, je me laisse facilement emporter dans les mondes de SF, heroic-fantasy que peuvent fournir ces médias.