Quand l’Empire Contre-Attaque, qui est désormais connu comme l’épisode V de la saga, sort dans les salles en 1980, la fièvre Star Wars s’est répandue après Un Nouvel Espoir et cette suite des aventures de Luke, Leia et Han est attendue comme le messie. Si ça réception critique en 1980 n’est pas excellente, ce cinquième volet reste pour beaucoup un des meilleurs, si ce n’est LE meilleur film de la saga. Pour nous préparer au 7ème épisode, nous continuons notre retour sur les différents Star Wars et voici ce que nous avons pensé du film le plus sombre de la saga de George Lucas.

Synopsis

Malgré la destruction de l’Etoile Noire, l’Empire maintient son emprise sur la galaxie, et poursuit sans relâche sa lutte contre l’Alliance rebelle. Basés sur la planète glacée de Hoth, les rebelles essuient un assaut des troupes impériales. Parvenus à s’échapper, la princesse Leia, Han Solo, Chewbacca et C-3P0 se dirigent vers Bespin, la cité des nuages gouvernée par Lando Calrissian, ancien compagnon de Han. Suivant les instructions d’Obi-Wan Kenobi, Luke Skywalker se rend quant à lui vers le système de Dagobah, planète marécageuse où il doit recevoir l’enseignement du dernier maître Jedi, Yoda. Apprenant l’arrestation de ses compagnons par les stormtroopers de Dark Vador après la trahison de Lando, Luke décide d’interrompre son entraînement pour porter secours à ses amis et affronter le sombre seigneur Sith…

Star Wars Episode V - Hoth

“Le côté Obscur est le plus fort ?”

Clairement, il ne fait pas bon être un gentil dans L’Empire Contre-Attaque. Tout se passe mal pour les Rebelles et nos héros. Ça commence très rapidement quand l’Empire porte un gros coup à la Rébellion et détruit une importante base sur la planète gelée Hoth. Certes, ces derniers réussissent à s’enfuir, mais Han et Leia vont passer le reste du film à échapper à Vador qui a visiblement une dent contre eux. Il y a aussi Luke qui perd une main en combat contre Vador ou Han qui est fait prisonnier et envoyé à Jabba le Hutt. Bref c’est la merde ! Et c’est pour ça que le film est génial : les gentils en prennent plein la figure.

Le ton en devient beaucoup plus dramatique, plus pesant. La rigueur de la planète Hoth, l’obscurité de Dagoba et des tréfonds de la station de Bespin (la Cité dans les Nuages) : même les décors mettent en avant une atmosphère résolument plus oppressante. Il suffit de revoir cette scène où Luke fait face à Vador dans la grotte du côté obscur sur Dagoba et se bat contre lui sur fond de musique stridente avant de le vaincre et de s’apercevoir que l’homme dans combinaison n’est autre que lui-même. Toute la noirceur du film se retrouve dans cette scène étrange.

Quand on ajoute à cette ambiance les révélations que nous apporte cet épisode, on comprend pourquoi il est aujourd’hui encore un des préférés des fans !

Star Wars Episode V-Yoda

L’épisode de la consolidation de l’Univers

Un Nouvel Espoir posait les fondations d’une histoire et d’un univers qu’on devinait plus riches malgré un scénario qui demeure plutôt simpliste (Le jeune héros qui fait exploser une station spatiale militaire avec une torpille dans un trou de 1×1 m). L’Empire Contre-Attaque est l’épisode de l’approfondissement, de l’enrichissement de la saga, plus encore que Le Retour du Jedi.

Il introduit de nouveaux personnages, donc certains sont fondamentaux dans l’Univers Star Wars. Le meilleur exemple reste Yoda (oui je pars du principe que vous n’avez pas vu les épisodes I, II et III, deal with it) qui est ici une marionnette parfaitement animée. Le vieux maître Jedi, à la fois sage, malicieux et très puissant est un personnage ultra charismatique qui va assurer l’entraînement du jeune Luke qui commence enfin à devenir un véritable jedi. Il n’est pas le seul : on découvre également Lando Calrissian, un ami contrebandier de Han Solo et l’ancien propriétaire du Faucon Millénium, mais aussi le désormais célèbre Boba Fett, le chasseur de prime, fils de Jango Fett.

Star Wars Episode V - Boba Fett

En plus d’introduire de nouvelles figures historiques, cet épisode V approfondit les anciens. Luke commence ainsi à gagner en maturité (et à perdre en niaiserie), tandis que le “je t’aime, moi non plus” entre Han et Leia nous accompagne pendant tout le film. C’est également la première fois qu’on voit l’Empereur et son visage… défiguré. Vador aussi gagne énormément d’épaisseur grâce à la mythique révélation qu’il fait à Lule : “Je suis ton père”. C’est véritablement dans l’Empire Contre-Attaque que la tragédie du destin d’Anakin Skywalker prend forme. C’est à partir de la fin de ce film qu’on commence à ressentir de l’empathie pour l’homme cruel derrière le masque, et à s’intéresser au “Pourquoi”. Concrètement, c’est dans l’épisode V que la Prélogie naît !

Les grands éléments de l’Univers Star Wars ont eux aussi droits à plus de développement comme la Force et le Côté Obscur qui sont longuement développés pendant les scènes d’entraînement sur Dagoba. C’est encore une fois dans ce film que les côtés mystiques et concrets (télékinésie, vision du futur, réflexes, etc) du pouvoir de la Force gagnent en richesse.

Des 3 films de la Trilogie Originelle, L’Empire Contre-Attaque est certainement celui qui enrichit le plus l’Univers Star Wars, développant aussi bien le côté mystique de la Force que des personnages centraux comme Yoda ou la véritable identité de Dark Vador.

Star Wars Episode V - Vador

Un rythme quasi parfait

Au delà de son apport à l’histoire de Star Wars, l’Empire Contre-Attaque est aussi un excellent film de divertissement, notamment grâce à un rythme quasiment parfaitement maîtrisé. La bataille de Hoth, encore aujourd’hui franchement bien foutue, marque le début d’un film dont le tempo ne faiblit que rarement. De Hoth à Bespin, le parcours de Han et Leia est une course haletante pour échapper à Vador qui rythme tout le film. Champs d’astéroïdes, trahison de Lando sur Bespin, combat entre Luke et Vador, enlèvement de Han par Boba Fett : Encore aujourd’hui, la gestion de la tension est bonne et on suit avec le plus grand plaisir les aventures de nos héros. Seuls les phases d’entraînements de Luke sur Dagoba viennent ralentir l’allure, peut-être même un peu trop, même si on adore les discussions entre Luke et le vieux maître jedi.

Star Wars Episode V - Asteroides

Les scènes les plus marquantes de la saga

Enfin l’Empire Contre-Attaque propose parmi les meilleures scènes de toutes la saga, que ce soit en termes d’histoire, de dialogues ou de réalisation.

Prenez la bataille de Hoth, la première bataille au sol d’un Star Wars. Bien filmée, la scène est tendue alors que les Rebelles font tout ce qu’ils peuvent pour ralentir les puissants AT-AT de l’Empire, ces blindés quadrupèdes désormais si caractéristiques, afin que les transporteurs puissent passer le blocus. Encore bien foutus niveaux effets spéciaux, les combats sont accompagnés de la sublime musique de John Williams qui ne fait que rajouter à la tension et à l’avancée inexorable de l’Empire.

Et puis il y a la poursuite dans le champs d’astéroïde, totalement portée par les cuivres de cette même bande-orginale qui en fait une scène mythique. On peut également penser à la scène ou Yoda, avec le pouvoir de la Force, sort le X-Wing en train de sombrer dans les marais de Dagoba. Plus esthétiquement jolie, cette scène met en avant la sagesse et le calme du petit maître jedi face l’impétuosité et l’impatience de Luke.

Star Wars Episode V - Han-Leia

Une de mes scènes préférés reste le moment ou Vador va cryogéniser Han Solo. La déclaration de Leia à Han (“Je t’aime – Je sais”) alors que ce dernier va peut-être mourir est absolument géniale et lance parfaitement le moment où la plateforme descend encore une fois sur fond de cuivres puissants avant que Han ne disparaisse dans la fumée cryogénique. Le genre de scène qui fait vibrer la fibre romantique.

Enfin, comment ne pas parler du combat entre Vador et Luke, le premier véritable combat au sabre dans un Star Wars (Oui, on va oublier le combat totalement cheap entre Vador et Obi Wan dans Un Nouvel Espoir). On sait alors que Luke n’est probablement pas assez fort pour vaincre le seigneur noir, et que Vador veut faire tomber le jeune jedi du côté obscur de la Force. On sait qu’un des deux n’en ressortira pas indemne. Si le combat est tendu et passe toujours très bien visuellement aujourd’hui (après Dark Maul quoi), il vaut surtout pour les phrases de Vador qui tente d’influencer Luke, pour la noirceur qui se dégage de l’affrontement mais aussi et surtout pour sa conclusion. Vador prend le dessus, tranche la main de Luke et lui apprend la vérité sur leur relation sur fond de musique dramatique. Aujourd’hui, tout le monde connaît le “Je suis ton père” mais rendez-vous bien compte qu’à l’époque, même les acteurs ignoraient ce revirement de situation jusqu’au dernier moment, et que c’est un plus grand cliffhanger de l’histoire du cinéma. Vador ne devient plus seulement un “grand méchant” il devient le père de Luke ainsi qu’un “ancien gentil” ce qui apporte une nouvelle dimension au personnage, dimension qui prendra réellement forme dans le Retour du Jedi.

Conclusion

L’Empire Contre-Attaque est à mon sens le meilleur film de la saga (peut-être parce qu’il n’est pas réalisé par Georges Lucas…). C’est le plus équilibré, le mieux rythmé, le plus sombre aussi, mais c’est avant tout le film qui pose les véritables fondations de l’Univers Star Wars, bien plus que l’épisode IV. Les Jedis, la Force, la véritable identité de Vador, la relation entre Han et Leia, la maturité de Luke : tout vient de cet épisode V. Ajoutez à cela le fait qu’il propose probablement les meilleures scènes de la saga avec la plus belle déclaration d’amour ever (Anakin, Padmé et leurs roulés-boulés dans l’herbe peuvent aller se recoucher) ou un combat final toujours bien mené et qui se termine sur un des meilleurs cliffhangers de l’histoire du cinéma. Un film à revoir avant la sortie de l’épisode VII, définitivement.

NOTES
Note
9
PARTAGER
Communicant parisien élevé aux Sciences Politiques, je suis avant tout un passionné de jeux vidéo, mais également  un dévoreur de films, de séries, de littérature Science-Fiction, et de culture web. Accessoirement, je suis aussi un transhumaniste à tendance sociopathe, amoureux d'aliens bleues et de sorcières rousses, et fasciné par la simple idée de voir un jour l'humanité coloniser l'espace...