Cela fait maintenant presque 9 ans que j’ai découvert la série de Naughty Dog : du désert du Rub Al-Khali jusqu’aux montagnes de l’Himalaya, Nathan Drake a réussi à me faire voyager comme aucun héros auparavant (à part peut-être une certaine Lara Croft). Il m’a aussi laissé scotché sur mon siège avec des séquences d’action stupéfiantes, où le joueur avait toujours le contrôle de ce qui se passait, que ce soit lorsqu’un immeuble s’écrase ou qu’un avion se crash. Nous y voilà enfin, la toute dernière aventure de Nathan Drake, sera-t-elle être a la hauteur de ces prédécesseurs ? Apportera-t-elle une bonne conclusion à la série ? Thomas vous donnait plusieurs éléments de réponse dans ses impressions sur Uncharted 4. Voici notre verdict final sur le mode histoire du jeu. Test que vous pouvez d’ailleurs compléter avec un live ce lundi 9 mai à 21 heures FR/ 15 heures QC sur notre chaîne Twitch.

Fiche technique d’Uncharted 4

  • Date de sortie : 10 mai 2016
  • Style : Action/Aventure
  • Classement ESRB/PEGI/CERO : ESRB T/PEGI 16
  • Développeur : Naughty Dog
  • Éditeur : Sony
  • Langue d’exploitation : Voix et textes multilingues
  • Disponible en exclusivité sur PlayStation 4
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix lors du test : 74,99 $ CA Amazon CA/59,90 € Amazon FR
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Préparez les lunettes de soleil…

En terme de graphismes, le résultat est juste hallucinant

… Parce qu’Uncharted 4 est, pour le moment, le plus beau titre de la PlayStation 4 (et le sera sûrement jusqu’au prochain titre de Naughty Dog. Heureusement qu’il y a un mode photo, car vous allez faire des captures à chaque endroit où Nate posera les pieds. Il y a des panoramas avec des couleurs extrêmement vives que seul Uncharted peut proposer. Déjà sur PlayStation 3, Naughty Dog donnait le ton sur chacun de leurs jeux, maintenant qu’ils ont la puissance de la PlayStation 4, le résultat est hallucinant. Que ce soit en termes de distance d’affichage, de textures, de shaders, de la flore, d’effets lumineux, le tout avec une fluidité irréprochable, j’ai cru que ma PlayStation 4 allait s’envoler tellement elle crachait ses tripes. Il y a aussi eu un boulot monstre en termes d’animation pour rendre les mouvements des personnages le plus crédibles possible surtout au niveau des visages, flirtant dangereusement avec la limite de l’uncanny valley (fait d’atteindre un réalisme tel qu’on se rend encore plus compte qu’il s’agit d’un jeu vidéo) sans jamais l’atteindre.

Mais si Uncharted 4 se limitait uniquement à sa beauté, cela se saurait. Naughty Dog a réussi à insuffler une vie à son univers, plus que par les interactions possibles dans le jeu. Thomas donnait l’exemple de la faune à Madagascar dans ses impressions, mais tous les décors que vous explorerez au fil de votre aventure font preuve d’autant de minutie. Naughty Dog a trouvé le juste équilibre pour les différents environnements qu’il propose. Ou presque : on regrettera tout de même un certain vide dans les zones beaucoup plus ouvertes, cette vivacité étant moins présente, bien que perceptible.

Pour ce qui est des musiques, au début j’ai été assez choqué de constater que Greg Edmonson n’était plus à la barre après avoir composé pour la trilogie. Néanmoins Henry Jackman s’en sort très bien, alternant entre musiques épiques et musiques très douces au piano.

Uncharted 4 plongée

Un gameplay plus ouvert

Puisque nous parlons de zones ouvertes, en exploration, attardons-nous dessus : on y ressent vraiment une sensation de liberté qu’il n’y avait pas dans les anciens opus lors d’une découverte d’un nouveau lieu. Les véhicules sont très bien implémentés dans le jeu, sans être trop présent et sont faciles à manier. Explorer la zone vous permet de découvrir plusieurs trésors cachés ou journaux qui approfondissent l’univers d’Uncharted 4. Malheureusement, pour progresser dans l’histoire, il n’y a qu’un chemin possible. Le jeu dans sa structure reste toujours linéaire et certaines mécaniques comme la glissade peuvent être assez redondantes par moment.

La structure du jeu reste linéaire, mais les combats ont gagné en dynamisme

Pour les combats cela change un peu la donne, maintenant que la zone est ouverte, vous pouvez aborder le combat sous plusieurs angles différents, mais attention : l’ennemi pourra désormais aussi vous prendre à revers plus facilement. Les couvertures étant, pour la plupart, destructibles, il faudra constamment être en mouvement. Le grappin, qui vient d’être implémenté dans cet opus, permet des éliminations aériennes assez impressionnantes, mais aussi de s’échapper rapidement quand l’ennemi est trop oppressant à un endroit. Globalement, les combats sont plus dynamiques, mais n’ont pas beaucoup évolué depuis Uncharted 3 et l’IA ne brille pas toujours comme vous allez le voir.

Néanmoins l’infiltration a totalement été remaniée. Dans les précédents Uncharted, lorsqu’on rencontrait un groupe d’ennemis, nous pouvions choisir d’y aller en infiltration pour commencer. Évidemment, il était impossible de rester longtemps furtif puisqu’il suffisait de passer dans le champ de vision d’un ennemi pour déclencher directement le combat. Désormais, vous pouvez marquer les ennemis en visant et en appuyant sur L3, et les hautes herbes ou l’eau permettent de se faufiler sous leurs yeux et de les prendre à revers. Ajoutez à cela des zones beaucoup plus ouverte et verticale, et vous avez la possibilité de combattre sans vous faire repérer, voire même les éviter totalement. Ne pas rendre les combats obligatoires est un très bon point pour renforcer le côté humain de Nathan, car, il faut l’avouer, dans les précédents opus, Nate liquidait des centaines d’ennemis au fusil d’assaut.

L’infiltration est mieux réussie, mais l’IA est moins bonne qu’un The Last of Us

Maintenant, créer un gameplay d’infiltration est une chose compliquée, car il faut trouver un juste milieu pour l’intelligence artificielle : trop exigeante, il vous sera impossible de jouer furtivement ; et trop permissive, vous faites ce que vous voulez personne ne vous verra. Dans Uncharted 4, on se trouve beaucoup dans le permissif : en effet l’IA possède une barre de détection, si elle devient jaune, elle ira enquêter et si elle devient orange, le combat commence à moins de réagir au quart de tour. Malheureusement sa capacité à enquêter n’est pas très bonne, mais surtout, ne sait pas communiquer. Ce qui est dommageable quand on compare à The Last Of Us, beaucoup mieux calibrée.  Pourquoi le même système n’est pas adapté à Uncharted 4 ? Trop de ressources utilisées peut-être, obligeant certaines concessions sur l’IA ? Une question qui demeurera sûrement sans réponses.

À cela s’ajoutent aussi quelques soucis de collision. Si ce détail est devenu de plus en plus rare, il vous arrivera encore de vous prendre un mur dans la figure, votre personnage loupant l’animation d’accroche. Mais ce sera dû la plupart du temps à la confusion lors de vos gunfights. Autre point important, le système de couverture, beaucoup mieux réussi. Les premières impressions l’annonçaient, mais ce sentiment se confirme très rapidement dès les premières minutes manette en main : il est beaucoup plus intuitif et plaisant pour le joueur de profiter de sa zone de confort, et de se mettre à découvert aux moments voulus pour en découdre avec l’ennemi.

Uncharted-4-Preview-1

Qui est Nathan Drake ?

La narration est MAÎTRISÉE du début jusqu’à la fin

Que les choses soient claires : ne vous attendez pas à Uncharted 2 en termes de construction. Dans Uncharted 4, le rythme est ici beaucoup plus posé pour favoriser la meilleure chose que propose le jeu : sa narration. Elle est maîtrisée du début à la fin, et surpasse les anciens épisodes. Pour mettre en contexte, Nathan est désormais marié à Elena et vie une vie normale avec elle jusqu’au moment que où Samuel débarque et lui demande de l’aider à chercher le trésor qu’ils convoitent depuis leur enfance : celui du pirate Henry Avery.

Tout le jeu se concentre sur la relation entre Nathan et son frère et Nathan et sa femme. Nolan North (Nathan), Troy Baker (Sam) et Emily Rose (Elena) font encore une fois un super boulot pour donner de la vie à leurs personnages. Nathan apparaît désormais beaucoup plus humain que jamais, car il y a se conflit interne : soit fonder une famille, soit être l’aventurier en quête de trésor. Il y a un vrai développement des personnages grâce notamment au flashbacks qui nous aident à comprendre ses motivations pour cet opus mais aussi son obsession pour Sir Francis Drake. Uncharted 4 s’efforce vraiment de répondre à la question que les joueurs se posent depuis Uncharted 1 : qui est Nathan Drake ?

Naughty Dog conclut avec brio son jeu et sa série

Les méchants ne sont pas en reste : ici, pas de seigneurs de guerre ou d’organisation qui veulent dominer le monde, Rafe et Nadine sont finalement des voleurs comme Nate, Sully et Sam. Ils apparaissent beaucoup plus comme des rivaux que vraiment des méchants à mes yeux. Le boss final est d’ailleurs assez intense et mettra vos nerfs à vif. Tout ceci contribue vraiment à rendre cette aventure humaine plutôt qu’une aventure pop-corn hollywoodienne. Au final la narration emprunte énormément à celle instaurée par The Last of Us, en se focalisant principalement sur l’émotionnel entre le joueur et l’œuvre vidéoludique. Pour autant, même si les bases sont visibles, vous êtes bien face à un vrai Uncharted, avec ses thématiques, ses mécaniques,   ses problématiques. The Last Of Us y apporte juste une profondeur non négligeable, mais supprime une partie du rythme agressif et action qui a fait son charme original. Pourtant le constat est simple : Uncharted n’a fait que mûrir avec ses joueurs et ces développeur qui suivent la licence depuis le début.

Uncharted 4 Nadine

Et le multijoueur dans tout ça?

Bien que toute l’attention du jeu est centré sur le solo, le multijoueur est toujours présent dans cet opus et a très bien évolué depuis le 3 notamment grâce à The Last Of Us. Désormais il vous sera possible de vous équiper d’objets mystiques et d’appeler des complices durant la partie. Les objets mystiques ont chacune une propriété différente, Eldorado permettra de mettre vos ennemis à terre rapidement alors que la pierre de Chintamani remettra sur pied instantanément vos coéquipier, quand au complices ils vous apporteront un soutien non négligeable pouvant servir de sniper ou de tank. Lors de mes précédentes impressions j’avais peur d’un problème d’équilibre entre objets mystiques mais c’est la que le système de paquetage de The Last Of Us en jeu, plus votre arme ou votre mystique est puissant plus elle coûtera des points de paquetages (PP), par exemple Eldorado coute 5 PP mais le baton d’Ayar Manco qui révèle les joueurs sur la carte ne coûtera que 2 PP, vous laissant donc largement de la place pour rajouter en deuxième complice ou bien de rajouter une amélioration car chaque élément de votre paquetage peut être amélioré pour quelque PP de plus, à vous donc de trouver le parfait équilibre dans votre paquetage.

Le multi est plus nerveux et équilibré que jamais mais manque de modes de jeu

Quand est t’il du feeling en jeu? Aidé par le 60 fps, les mouvements sont ici beaucoup plus fluide comparé au solo pour favoriser l’affrontement entre les joueurs, les contacts contre les joueurs ont nettement été améliorer par rapport au 3, on ressent beaucoup moins de lag lorsque qu’on frappe au corps à corps. Le grappin a aussi été implémenté dans solo, en vous balançant il vous sera possible de tomber sur votre adversaire  pour le mettre KO direct ou bien vous pouvez charger votre attaque de mêlée et mettre a terre en un coup de grappin. Comme dans The Last Of Us, en façon de vos actions, vous gagnerez de l’argent que vous pouvez dépenser dans les atouts de votre paquetage, comme pour les PP plus votre mystique ou complice est puissants plus il coûtera cher, encore une fois à vous de trouvez le parfait équilibre. Autre ajouts de The Last Of Us, l’ennemi rampera d’abord à terre avant d’être KO et peut être ranimer en appuyant sur triangle ou avec un kit de soins ou la pierre de Chintamani, le travail d’équipe est donc beaucoup plus favoriser dans Uncharted 4 que précédemment.

Lors de l’écriture de ce test, il y a actuellement 8 cartes disponible qui sont globalement bien pensés avec des zones d’affrontement et de chemins pour contourner, malheureusement il y a seulement 4 modes de jeu, à savoir le mode match à mort classique , commandement (capture de zone), mise à sac (capture de flag mais avec un trésor) et le match a mort en classé ( dont le système avec qualification pour augmenté de rang fonctionne assez bien).  Comparé à Uncharted 3 qui avait une dizaine de modes cela parait assez léger pour le moment, d’autres modes viendront durant l’été et le mode coopération arrivera seulement en automne, je ne sais pas si c’est une tendance de 2016 de faire durer les jeux sur une année avec différentes mises à jour, néanmoins Naughty Dog  a eu la bonté de ne pas faire de Season Pass et tout nouveau ajouts sera entièrement gratuits mais à l’heure actuellement le multijoueur manque clairement de mode de jeu.

Conclusion

Uncharted 4 divisera peut-être les joueurs parce que le rythme est plus lent, qu’il n’y a pas de séquence d’action mémorable, mais la n’est pas le cœur du jeu. Neil Druckmann (creative director sur The Last Of Us et Uncharted 4) avait dit avant la sortie du jeu que le plus important au final c’est la relation entre les personnages et comment les joueurs arrivent à s’identifier à eux. Ce n’est pas les séquences d’action qui m’ont marqué, mais les moments intimes entre les personnages. Sur ce point, Uncharted 4 est très loin au-dessus de ces prédécesseurs. Dans le monde du jeu vidéo, il y a plusieurs jeux narratifs qui commencent très bien, mais n’arrivent pas à finir en beauté. Dans Uncharted 4, on assiste à une vraie conclusion pure et dure, qui clôture avec brio le jeu ainsi que la série.

Uncharted 4 écosse

NOTES
Notre entousiasme
9
PARTAGER
Originaire d'Alsace, je suis né avec une manette dans une main et un manga dans l'autre, dévorant activement tout ce qui touche au manga et aux animes sur le net, je partage aussi ma passion du jeu vidéo grâce au streaming. Je rêve de voyager un jour au Japon pour sa magnifique culture et ses cerisiers en fleurs.