Après le succès fulgurant de la célèbre franchise Borderlands, les développeurs du studio Gearbox Software avaient annoncé leur nouveau projet intitulé Battleborn. Ce dernier est un jeu d’action et de tir à la première personne reprenant certains éléments des MOBA (Multiplayer Online Battle Arena). Le titre est disponible dès maintenant sur PC, PS4 et Xbox One et l’équipe de Geeks and Com’ vous offre son avis complet sur ce dernier.

Fiche technique

  • Date de sortie : 3 mai 2016
  • Style : FPS
  • Classement ESRB/PEGI/CERO : ESRB T/PEGI 16
  • Développeur : Gearbox Software
  • Éditeur : 2k Games
  • Langue d’exploitation : Voix et textes multilingues
  • Disponible sur PS4, PC et Xbox One
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix lors du test : 59,99 $ CA /49,99 € 
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Un jeu dans l’ombre d’Overwatch ?

Malgré une forte campagne publicitaire bien menée par 2K Games, la commercialisation de Battleborn a souffert dès les premiers jours, la faute au succès fulgurant de la bêta du FPS de Blizzard intitulé Overwatch. D’ailleurs de nombreux amateurs tentent de comparer les deux jeux, mais outre l’aspect des héros possédants des capacités et des habiletés différentes, Battleborn et Overwatch ne se ressemble pas tellement. Le titre de Gearbox Software propose une histoire complète, des talents personnalisables et bien plus encore. De mon côté, j’utiliserai la comparaison dans le cas d’un test de SMITE. En effet, Battleborn et SMITE se ressemblent, même si encore une fois, le bébé des créateurs de Borderlands offre une expérience différente du MOBA du studio Hi-Rez avec les éléments mentionnés un peu plus haut.

Une impression de déjà-vu

Dès les premières minutes de jeu, on remarque rapidement l’effet Borderlands. Les développeurs de Gearbox Software ont repris l’interface des menus, l’ATH, les couleurs vives et même la personnalité des différents personnages jouables. Certains amateurs seront très contents d’apprendre cette nouvelle, mais de mon côté je considère qu’on a manqué un peu d’imagination chez les développeurs et que ces derniers n’ont pas réussi à créer un univers propre à Battleborn. L’humour très déjanté de la franchise Borderlands est également très présent. Il n’y a qu’à ce niveau que je considère que l’utilisation d’anciens éléments est intéressante, car le côté humoristique apporte vraiment quelque chose d’un peu plus divertissant sur un titre qui cherche sa propre identité.

Un scénario simple et un peu trop évident

Lors de la présentation du jeu, il y a plusieurs mois, Gearbox avait assuré que Battleborn comprendrait un scénario complet permettant aux amateurs de découvrir une histoire riche en rebondissements. Cependant, sur la version finale, les développeurs n’ont pas l’air d’avoir tenu leur promesse. En effet, la campagne de Battleborn permet aux débutants de découvrir les différents personnages sans pour autant devoir affronter de vrais joueurs dans l’équipe adverse, mais le scénario demeure simpliste et peu intéressant. On comprend rapidement que la campagne a été imaginée afin de la recommencer à plusieurs reprises et nous tombons, donc, vite dans la répétition. Voici la base du scénario : alors que la galaxie est ruinée, les héros doivent empêcher l’antagoniste Rendain et ses Jennerit de détruire Solus, la dernière planète encore debout. Vous comprenez donc ici le côté un peu simpliste de l’histoire. Le plus intéressant cette dernière concerne les échanges entre les différents personnages. Le tout donne, parfois, le droit à de bonnes doses de rire.

Une énorme sélection de héros

L’un des points forts de Battleborn concerne le nombre de héros mis à disposition pour les parties multijoueurs et la campagne principale. C’est pas moins de 25 héros que les joueurs peuvent débloquer au fil du temps ou en effectuant certains objectifs précis tels que tuer un nombre d’ennemis donné ou encore terminer l’une des missions de la campagne que propose Battleborn. Chaque personnage jouable est très bien équilibré et permet à n’importe quel type de joueur de trouver un héros qui rejoint ses capacités. L’ensemble de ces héros est réparti dans diverses catégories telles que l’attaque, la défense, le soutien, etc. Chaque personnage possède trois capacités et une arme principale afin d’aider à remporter la victoire pour son équipe.

Un autre point important concernant les héros est la personnalité imaginée par Gearbox Software. Les développeurs ont une nouvelle fois démontré leur savoir-faire et ont réussi à créer des personnalités fortes pour chacun des 25 héros présents dans Battleborn. De plus, chaque personnage possède son doublage complet dans la langue de Molière. De mon côté, je trouve que c’est un aspect très appréciable surtout que l’humour est très bien représenté même si les blagues ne sont pas dans la langue originale.

Progression à deux niveaux

Lors d’une partie, le joueur pourra augmenter le niveau de son personnage jusqu’à un maximum de 10. Au fil de cette évolution, vous devez choisir une capacité à améliorer à chaque gain de niveau. L’arbre de talent vous proposera toujours 2 choix et sachez que vous pouvez passer d’un côté comme de l’autre sans problème. Ce type de fonctionnalité ajoute de la profondeur et permet à Battleborn de se démarquer de la compétition. J’ai trouvé ce côté très intéressant, car le tout permet d’améliorer son personnage sur certaines capacités selon le déroulement de la partie. On peut donc,facilement opter pour une stratégie un peu plus défensive si l’ennemi nous domine et lorsque notre équipe reprend du terrain, nos prochaines améliorations pourront être un peu plus agressives.

Partir à la recherche de trésors

Un peu comme dans Borderlands, Battleborn propose un système d’objets à trouver et classés en trois catégories passant de standard à légendaire. Ces trouvailles permettent, parfois, d’améliorer son personnage ou encore de déverrouiller des éléments de personnalisations pour les héros. Il est également possible d’utiliser des objets en plein combat afin d’aider son équipe dans certaines situations ou de vous procurer une meilleure défense. Heureusement, même si Gearbox Software essaie de nous vendre le season pass afin d’avoir un peu plus de monnaie virtuelle, je tiens à vous signifier que l’ensemble du contenu peut être acheté avec le butin remporté lors de vos parties multijoueurs et dans la campagne. Un soulagement de mon côté, alors que j’avais quelques craintes pour la longévité du titre si tout pouvait s’acheter.

Battleborn - 10

Conclusion

Malgré ses nombreux bons côtés, je ne considère pas Battleborn comme un achat indispensable. En effet, possédant une bonne sélection de héros, des personnalités attachantes et une bonne équipe de développement, le titre avait tout en main pour réussir un coup du chapeau. Cependant, le manque de profondeur du jeu, le scénario un peu faible et devenant vite répétitif ainsi que la ressemblance un peu trop évidente avec la franchise Borderlands, ne permet pas à Battleborn d’être un succès sur toute la ligne. Le jeu s’adresse, donc, aux amoureux du travail de Gearbox Software cherchant une expérience se rapprochant de la concurrence et proposant un univers coloré et rempli d’humour.

NOTES
Note d'enthousiasme
7
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.