La réalité virtuelle est finalement accessible aux consommateurs depuis quelques mois et, avec l’arrivée de la PlayStation VR, plus besoin d’une machine à plusieurs milliers de dollars pour y accéder dans son salon. C’est donc un bon moment pour les studios majeurs de se lancer dans l’aventure et certains comme Ubisoft s’y préparaient déjà depuis un moment. Avec Eagle Flight, Ubisoft nous propose un des premiers titres développés par un grand studio à faire le saut exclusivement sur des plateformes de réalité virtuelle.

Fiche technique

  • Date de sortie : 18 octobre 2016 
  • Style : Simulation, Réalité Virtuelle
  • Classement ESRB/PEGI ESRB E10+ / PEGI 7
  • Développeur : Ubisoft
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : Français et Anglais
  • Disponible sur Oculus (bientôt sur PS VR)
  • Testé sur Oculus
  • Prix lors du test : 45,99 $ CA / 39,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Ceux qui se sont lancés dans la réalité virtuelle ont probablement remarqué que rares sont les titres qui en valent vraiment la peine. Plusieurs ont essayé de faire de simples ports (qui nous donne souvent plus mal au cœur qu’autre chose), mais ceux qui ressortent du lot sont ceux qui se servent de cette plateforme de manière originale. Où Ubisoft se situe-t-il avec Eagle Flight ?

Survoler la Ville Lumière

Dans Eagle Flight, vous incarnez un jeune aigle qui survole Paris où un énorme cataclysme s’est abattu laissant place à la nature qui a pris le contrôle total de la Ville Lumière. Les édifices sont donc abandonnés et les animaux peuvent passer à travers à leur guise puisqu’ils sont en ruines. Bref, c’est devenu un endroit idéal pour une famille d’aigles.

Eagle Flight se décline donc en trois sections en commençant par la campagne. Celle-ci débute alors que notre aigle éclot sous les yeux de ses parents qui nous apprennent ensuite rapidement à voler. Durant cette aventure, l’aigle devra passer à travers différentes missions afin de parfaire nos envolées. Puis, viendra le temps de se trouver une partenaire, étendre notre territoire et le défendre contre les nombreuses autres créatures qui survolent le ciel de Paris. Je trouve que c’était un mode intéressant qui proposait une bonne variété afin de diversifier la jouabilité. De plus, c’est un excellent tutoriel pour apprendre à voler de la manière la plus optimale sans trop fatiguer notre cou et pour se pratiquer avant de se lancer dans le multijoueur.

Le premier jeu d’Ubisoft mettant de l’avant la réalité virtuelle est aussi une très belle réussite visuelle. La ville de Paris est très impressionnante à survoler et le fait qu’elle soit couverte d’arbres et d’éléments de la nature lui donnent un très beau cachet. Même si ce n’est pas l’équivalent des graphiques d’Assassin’s Creed Unity, on a l’impression de plonger dans un conte de fées grâce au style visuel très particulier. C’est aussi en traversant la campagne qu’on découvre l’originalité du titre. En effet, Eagle Flight réussit bien sa mission de tenter de nous plonger dans la peau d’un oiseau. L’immersion est principalement possible grâce au fait que l’on contrôle nos envols avec les mouvements de notre tête. On se sert seulement de la manette avec les gâchettes pour accélérer et décélérer (et pour certaines habiletés). C’est d’ailleurs impressionnant de voir comment l’appareil répond parfaitement à nos mouvements ce qui rend l’expérience très agréable. Avec de la pratique, vous serez même en mesure de passer à travers les recoins les plus étroits à toute allure.

Un multijoueur accrocheur

Puis, Eagle Flight nous offre aussi un mode multijoueur particulièrement amusant. Lorsque vous êtes prêt à tester votre habileté à voler, vous pourrez vous lancer dans le mode 3 contre 3. Dans celui-ci, chaque équipe veut tenter de capturer la proie et la ramener à son nid le plus rapidement possible. Ceux qui sont en mesure de se promener dans les recoins les plus étroits afin d’éviter les ennemis et attaquer ou se protéger au bon moment s’en sortiront avec la victoire. Vos talents seront vraiment mis à l’épreuve et j’ai eu beaucoup de plaisir et plusieurs fous rires entre amis. Le seul problème, c’est que lorsque je voulais jouer en multijoueur seul sans mes deux amis en ligne, j’avais beaucoup de difficulté à trouver des parties. Je crois qu’il y a encore trop peu de gens qui se sont lancés dans cette aventure parue la semaine dernière sur Oculus. J’imagine qu’il y aura peut-être plus de joueurs en ligne sur PlayStation VR, mais il faudra encore attendre un peu pour cette version.

Finalement, le mode Free Flight nous permet de survoler la ville à notre guise ce qui est particulièrement impressionnant. Dans ce mode, non seulement peut-on aller où on veut, mais il est aussi possible de trouver toutes les plumes qui se cachent dans tous les recoins Paris (eh oui, il s’agit d’un jeu d’Ubisoft après tout). Par contre, contrairement à dans la série Assassin’s Creed, c’est beaucoup plus amusant d’accumuler les plumes cette fois.

Conclusion

Pour conclure, j’ai l’impression que Eagle Flight est un des rares jeux VR qui en offre assez pour notre argent grâce à une campagne d’une bonne durée et un mode multijoueur bien amusant. Le seul problème, c’est que pour ma part il s’agit d’une expérience à consommer à petites doses à la fois puisque j’ai eu quelques nausées en prolongeant mes sessions. Dans l’ensemble, je crois qu’il s’agit d’une première expérience bien réussie pour Ubisoft.

NOTES
Note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.