En 2009, Spike Chunsoft sort sur le marché une véritable bombe ; le jeu 999 : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors sur Nintendo DS. Encore aujourd’hui, ce titre est considéré comme un des meilleurs dans son genre, soit un jeu de puzzle. Quoique c’est un peu plus complexe qu’un jeu de puzzle, il s’agit même d’un jeu dans lequel des choix moraux doivent être faits. Selon vos décisions, plusieurs scénarios vont être créés et vous permettent d’avoir accès à plusieurs fins différentes selon vos choix. En 2012, ils récidivent avec l’excellent Virtue’s Last Reward dont les bases sont similaires. Cette critique est la combinaison de ces deux titres mis ensemble et disponible pour la première fois sur PlayStation 4, PlayStation Vita et PC. Entrez donc dans les entrailles de Zero Escape : The Nonary Games !

Fiche Technique

  • Date de sortie : 24 mars 2017
  • Style : Aventure/Puzzle 
  • Classement ESRB / PEGI ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Spike Chunsoft
  • Éditeur : Aksys Games
  • Langue d’exploitation : Voix anglaises, sous-titres anglais
  • Disponible sur : PlayStation 4, PlayStation Vita, PC 
  • Testé sur PlayStation Vita
  • Prix lors du test : 59,99 $ CA / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Que le jeu commence!

Comme mentionné plus tôt, ce titre combine deux jeux qui ont déjà vu le jour auparavant. Dans ce cas, aussi bien commencer avec la prémisse pour chacun d’eux.

999 : Nine Hours, 9 Persons, 9 Doors

Après s’être réveillé sur un bateau dans des circonstances nébuleuses, notre héros du nom de Junpei tente de comprendre ce qui lui arrive. Mais avant tout, il faudra réussir à sortir de la pièce qui l’emprisonne. C’est à ce moment que vous intervenez, vous et votre esprit de déduction infaillible. En fait, il devra l’être puisque votre survie en dépend. La vôtre ainsi que celle des huit autres personnes qui se retrouvent sur le même bateau que vous. D’ailleurs, comment se fait-il que vous soyez sur un bateau ? Et qui sont ces gens ? Quel est le lien qui vous unit tous ? C’est avec plusieurs questions, mais aucune réponse qu’on se retrouve devant le maître du jeu : Zero. Après une simple explication des règles du jeu, nous voici lâcher dans la nature. Que le jeu commence…

Virtue’s Last Reward

Cette fois-ci ressemble à celle de l’autre fois. Cependant, les protagonistes ne sont pas les mêmes. Mais est-ce que cela veut dire pour autant qu’il n’existe aucun lien entre les personnages de la première aventure et celle-ci ? Pourtant, notre héros n’est pas le même : Sigma se retrouve dans un ascenseur avec une inconnue. Qui est-elle ? Et pourquoi semble-t-elle me connaître alors que je ne sais pas qui elle est ? Mais avant tout, il faut réussir à sortir de cet endroit. Une fois la tâche accomplit, un étrange lapin parlant nous explique les règles du jeu Ambidex, un jeu dans lequel la confiance — ou la trahison — décide de votre sort. À quel point peut-on faire confiance à des étrangers ?

La combinaison ultime…ou presque

Pour ceux qui ont eu la chance de faire les deux titres par le passé, il existe trop peu d’ajouts à cet ensemble pour en faire l’acquisition à moins d’être un partisan de la première heure. Graphiquement, le jeu a été remis au goût du jour et resplendit sur la console de notre choix. Une trame sonore anglaise et japonaise est également disponible alors que ce n’était pas le cas au départ. Mais en dehors de cela, rien de neuf sous le soleil. En fait, il existe une très grosse déception lorsqu’ils ont décidé de faire cet ensemble. Le troisième jeu de la série, intitulé Zero Time Dilemma, n’en fait pas partie. Il s’agit également d’un excellent titre et c’est dommage de ne pas le voir inclus. Mais en dehors de cet aspect qu’on ne peut contrôler, profitons de ces deux jeux.

Une prise en main parfaite

Dès le départ, malgré la pression qui nous est infligée, on comprend rapidement comment procéder et devenir maître de notre destinée. Zero Escape ressemble à ces bons jeux dans lesquels on doit chercher des indices à travers le décor. Incorporez à cela des éléments de réflexion et on se retrouve devant un jeu pratiquement parfait. Et ce n’est pas tout, il faut également décider et des fois rapidement quelles actions poser. Et à certains moments de l’histoire, en raison du choix qu’on a fait, de nouvelles possibilités scénaristiques se retrouvent devant nous, laissant place à une nouvelle fin. Parce qu’il faut dire que les fins disponibles sont nombreuses et il vous faudra beaucoup plus qu’une simple partie pour tout découvrir. Heureusement, un arbre avec plusieurs embranchements est à votre disposition et vous permet de revenir à des moments cruciaux de l’histoire, permettant ainsi de ne pas avoir à refaire tout depuis le début. Pratique. Et croyez-moi, ça vaut vraiment la peine de découvrir toutes les fins disponibles si vous avez un esprit le moindrement curieux. Une pure merveille.

Verdict

Zero Escape : The Nonary Games fait partie des meilleurs jeux narratifs auxquels j’ai eu la chance de jouer dans ma vie. Le scénario est grandiose, la prise en main adéquate et la durée de vie sont plus que respectables. Si vous n’avez jamais eu la chance d’y jouer, il s’agit d’une valeur assurée que je recommande sans hésitation !

NOTES
Note d'enthousiasme
8.5
PARTAGER