Se retrouver sur une île, seul au monde, du moins en avoir l’impression. Est-ce que cela vous est déjà arrivé ? Il est fort probable que non. Mais est-ce que l’envie, elle, vous a déjà traversé l’esprit ? Cette fois, il est possible que oui. Pourquoi alors ne pas le faire dans le confort de votre salon et vivre une belle aventure ? Voilà ce que nous propose RiME, le nouveau-né de l’équipe Tequila Works. Alors, si le cœur vous en dit, préparez-vous à vivre une aventure hors de l’ordinaire. Voici notre test de RiME !

Fiche technique

  • Date de sortie : 26 mais 2017 
  • Style : Aventure/Puzzle
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB E / PEGI 7
  • Développeur : Tequila Works
  • Éditeur : Grey Box & Six Foot
  • Langue d’exploitation : Menu en français, aucun dialogue
  • Disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC
  • Testé sur Xbox One
  • Prix lors du test : 39,99 $ CA / 33,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Un digne successeur?

Notre première impression lors de notre prise en main avec RiME est que celui-ci s’inspire énormément de ce qui a déjà été fait par le passé. Une influence de Ueda et de ses titres à succès Ico, Shadow of the Colossus et The Last Guardian se font immédiatement sentir. Pour quelles raisons ? Des paysages magnifiques à couper le souffle, un dialogue inexistant et une bande sonore subtile, mais agréable font partie de notre environnement en permanence. Heureusement, les développeurs ont réussi à sortir leur épingle du jeu et nous offrent un jeu d’une bonne qualité sans que nous ayons l’impression qu’il s’agit d’une pâle copie. La touche méditerranéenne qui enveloppe les décors nous donne une seule envie, soit celle de voyager nous-mêmes et de découvrir en vrai ces régions. Lorsque ce genre de sentiments nous habite, je crois que les développeurs peuvent se vanter d’avoir réussi une partie de leur mission.

Jeune homme, où vas-tu?

Une fois que l’on a contemplé ce qui se trouve devant nous, que nous reste-t-il ? Que doit-on faire ? Il n’est pas évident de connaître notre itinéraire lorsque nous sommes un garçon qui vient d’échouer sur le rivage d’une île inconnue. Il ne reste plus qu’une chose à faire, soit tenter de retourner d’où on vient par tous les moyens possibles. Mais, par la même occasion, pourquoi ne pas essayer de découvrir ce que cette île contient ?

C’est donc à travers plusieurs puzzles qui mélangent habillement les ombres, le son de la voix, les réflexions et le temps que l’on parvient à s’aventurer encore plus profondément. Bien sûr, afin d’avancer sans cesse, on se doit de passer par des phases de jeu de plateforme qui, bien que d’une grande simplicité, nous amènes à réfléchir sur tous les recoins possibles si on désire collectionner tous les artefacts. Ces phases sont agréables et efficaces, il est par contre dommage que l’on se retrouve à l’occasion devant des problèmes de caméra qui viennent gâcher la beauté du spectacle ou notre expérience vidéoludique. Rien de majeur, mais occasionnellement dérangeant.

Une sonorité subtile mais…

… tellement nécessaire. Comme mentionné auparavant, RiME dispose d’aucun dialogue. Il faut donc s’assurer que la bande sonore qui nous accompagnera tout le long de notre périple soit d’une justesse irréprochable. Au-delà du graphisme, c’est ce qui peut faire une énorme différence entre le simple fait d’aimer le jeu ou qu’il fasse partie de nos meilleures expériences. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est que l’on a toujours une petite musique d’ambiance qui prend sa place lorsque nécessaire. Elle nous fait comprendre lorsqu’un moment précis est important grâce à son rythme. Le tout ne s’élève pas au même niveau que bien d’autres jeux qui ont un budget beaucoup plus grand, mais, avec les moyens du bord, le travail est solide et bien fait. Chapeau !

Conclusion

RiME fait partie des jeux qui nous transporte, ceux qui nous font vivre quelque chose au-delà de l’expérience habituelle d’un jeu vidéo. Que ce soit par les graphiques ou la musique, l’enveloppe complète est d’une grande beauté. On reprochera quelques petits soucis comme les angles de caméra ou des problèmes de rafraîchissement d’image (framerate), mais rien de dramatique. Une dizaine d’heures devraient vous suffire sauf si vous désirez amasser tous les articles, ce qui est plus que raisonnable. Il ne vous reste qu’à vous lancer dans l’aventure !

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER