Les fans de PlayStation sont vraiment choyés depuis quelques années avec l’arrivée en 2014 d’une excellente série de meurtre et mystère développée par Spike Chunsoft. Encore trop méconnu à mon goût, Danganronpa se veut un roman visuel interactif qui offre toujours aux joueurs d’excellentes histoires qui s’adresse à un public très mature. Avec un troisième opus principal de la série en seulement quatreans, je me demandais bien comment les développeurs allaient se renouveler pour Danganronpa V3: Killing Harmony. M. Kazutaka Kodaka, scénariste et créateur de la série, avait-il encore quelques surprises pour nous ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 26 septembre 2017 
  • Style : Roman Visuel, Thriller
  • Classement ESRB / PEGI ESRB M / PEGI 16
  • Développeur : Spike Chunsoft / Team Danganronpa
  • Éditeur : NIS America
  • Langue d’exploitation : Voix anglaises et sous-titre en français
  • Disponible sur PS Vita, PlayStation 4 et PC
  • Testé sur PlayStation Vita
  • Prix lors du test : 54,99 $ CA (Vita) 79,99 $ CA (PS4) / 39,99 € (Vita) 59,99 € (PS4)
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Les Monokubs débarquent dans l’aventure

Danganronpa V3: Killing Harmony poursuit les bases des deux opus précédents en plongeant 16 étudiants bien spéciaux dans un jeu de meurtre plutôt sadique. La seule manière de s’en sortir est de rester en vie jusqu’à la fin ou de tuer quelqu’un sans que le groupe vous trouve coupable. Derrière ces enlèvements se cache l’infâme Monokuma, un ourson robotisé, qui met tous les motifs en place pour persuader les jeunes de s’entretuer. Mais cette fois, cinq Monokubs viennent se joindre à leur papa pour rendre la vie encore plus difficile à nos ultimes pour le plus grand bonheur des joueurs.

Le joueur incarne Kaede Akamatsu, l’ultime pianiste, qui se lie rapidement d’amitié avec Shuichi Saihara, l’ultime détective, alors qu’ils se réveillent soudainement dans la même salle de classe. Ils n’ont aucun souvenir de pourquoi ou comment ils ont abouti là et ils se retrouvent coincés dans ce complexe avec 14 autres ultimes. Ensemble, les deux personnages tenteront d’abord de trouver qui est l’infâme personnage qui se cache derrière Monokuma en manigançant un plan très élaboré pour tenter de le piéger. Parallèlement, Monokuma et ses Monokubs mettront en place leur petit jeu. Saurez-vous résoudre toutes les énigmes qui vous attendent dans Danganronpa V3: Killing Harmony?

Un nouveau groupe de 16 Ultimes

Ce nouveau chapitre de la série Danganronpa n’est pas différent des autres puisqu’il se distingue de bien des jeux par les personnalités complètement éclatées de chaque personnage qui accompagne bien leur talent particulier. D’un côté, on retrouve par exemple un jeune détective à la fois brillant et timide ou encore une jeune inventrice complètement excessive. D’ailleurs, même si vous allez douter de la pertinence de certains ultimes, donnez-leur une chance, car tout est parfaitement fignolé.

Un scénario encore meilleur

Bien sûr, cela mène à plusieurs discussions très amusantes puisque ces fortes personnalités donnent lieu à des échanges vraiment intenses surtout avec les nouveaux antagonistes du jeu. On a droit à amplement de lignes de dialogues savoureuses et même plusieurs références à la culture pop bien placées comme Monokuma qui se transforme en Super Monokuma God Super Monokuma (clin d’œil à Dragon Ball Super). De plus, les développeurs ont poussé le tout à un autre niveau en y allant même de quelques critiques de la société américaine avec des termes comme « fake news » et « alternative facts ». Comme dans Danganronpa, les faits peuvent rapidement être contournés par quelques mensonges. Le fan en moi était vraiment comblé et les parallèles avec l’actualité très faciles à faire.

Danganronpa V3: Killing Harmony profite aussi d’acteurs qui ont prêté leurs voix aux personnages principalement dans les moments les plus importants comme durant les procès. Considérant la quantité énorme de dialogues, on ne pouvait pas s’attendre à ce que chaque ligne soit narrée. Ainsi, c’est dans les scènes les plus cruciales que les développeurs ont choisi d’ajouter encore plus de vie au scénario et on embarque plus que jamais dans l’aventure. Les développeurs ont vraiment choisi des voix adéquates pour chaque personnage en commençant par les Monokubs qui sont complètement fous.

Qui plus est, le réalisateur a prouvé qu’il était loin d’être à court de surprises pour le scénario en nous proposant, dès le premier chapitre, un nouveau mystère qui s’est conclu de manière complètement inattendue.

Le plein de nouveautés

Comme vous le savez maintenant, chaque chapitre se déroule en deux phases en commençant par la phase d’exploration durant laquelle a généralement lieu le meurtre. S’en suit par la suite un procès de classe où les ultimes débattent pour trouver le meurtrier.

Chaque phase s’est donc vue recevoir quelques améliorations, dont la première qui nous permet d’explorer une partie de l’environnement entièrement en 3D. On semble avoir emprunté quelques pages de l’expérience du spin-off Danganronpa Another Episode: Ultra Despair Girls ce qui rend les déplacements un peu moins ennuyeux. Les développeurs ont même ajouté la possibilité de tasser certains objets dans l’environnement pour obtenir des sous. Ce n’est pas particulièrement utile, mais c’est un bon défouloir.

Des procès plus complets

C’est surtout la partie procès qui a profité du plus grand nombre d’améliorations. D’abord, on retrouve encore les débats avec les balles de vérités qu’on peut utiliser pour contrer des arguments, mais on a aussi ajouté les balles de mensonges pour tenter de briser une conversation.

Les réfutations sont aussi de retour après une première apparition dans Danganronpa 2, mais ma partie préférée est les nouveaux débats de panique massive qui mène à une cacophonie d’arguments de plusieurs personnages en même temps. Ça peut être assez difficile de faire le tri dans tout ça et c’est un bon défi additionnel.

Une autre nouveauté est les caucus de débats qui placent deux équipes nez à nez alors qu’elles doivent enchaîner des arguments pour contrer l’autre. Pour moi, c’était en quelque sorte un moment de répit, car c’était vraiment la partie la plus facile. Enfin, plusieurs mini jeux font aussi une première apparition. Avec tout ça ensemble, on peut dire que la partie procès est devenue encore plus dynamique et un peu plus difficile. Heureusement, avec notre pouvoir de ralentir le temps, on s’en sort un peu plus aisément. Bref, l’équilibre est à point.

Toujours aussi unique

Danganronpa V3: Killing Harmony, et toute la série d’ailleurs, se démarque par son style visuel vraiment unique. Les couleurs sont éclatantes, le design des personnages est toujours frappant en plus de bien s’agencer avec la personnalité de chacun d’eux et l’atmosphère du décor est toujours adéquate. De plus, le jeu est vraiment bon pour nous transmettre cette sensation d’isolement que vivent justement notre protagoniste et ses collègues. En plus de tout ça, les sons et la musique qui accompagnent la série depuis le début sont tout aussi bien choisis et entraînants.

En plus, le jeu est disponible pour la première fois avec des sous-titres français ce qui devrait amener un nouveau public vers la série je l’espère.

Verdict

Tout ça pour dire qu’encore une fois, Team Danganronpa a mis tous les éléments en place pour vous absorber dans la folie du scénario qui vous attend dans ce troisième chapitre. Avec Danganronpa V3: Killing Harmony, vous aurez droit à une histoire qui vous tiendra en haleine par ses nombreux mystères durant plusieurs dizaines d’heures. Vous verrez l’être humain poussé à ses limites au point où le côté moral de chacun sera vite mis à l’épreuve. C’est le genre d’histoire dont vous ne pourrez plus décrocher et qui vous réservera plusieurs surprises, car les développeurs n’ont, encore une fois, pas manqué d’imagination. Bref, vous ne regretterez pas d’y faire un tour, mais assurez-vous d’avoir au moins terminé les deux premiers pour comprendre toutes les subtilités.

NOTES
Note d'enthousiasme
9
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.