Je n’avais pas aimé Mario Party: Star Rush ni Mario Party: Island Tour parus tous les deux sur 3DS il y a quelques années. En fait, je ne voulais carrément plus revoir cette franchise sur une console portable. Les adaptations mobiles étaient toujours limitées au niveau de leurs minijeux et de l’intelligence artificielle. De plus, pour tenter de renouveler sa franchise, Nintendo a souvent utilisé des techniques douteuses dans les derniers opus. Avec Mario Party: The Top 100, Nintendo visait finalement à se faire pardonner en remettant l’accent sur les minijeux. Alors, est-ce qu’il s’agit de la bonne recette ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 10 novembre 2017 en Amérique / 5 janvier 2018 en Europe
  • Style : Fête / Multijoueur
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB E / PEGI 3
  • Développeur : Nd Cube
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Exclusivité Nintendo 3DS
  • Testé sur New Nintendo 3DS XL
  • Prix lors du test : 49,99 $ CA / 39,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Un Top 100 bien nanti

Mario Party: The Top 100 vend une promesse, celle de livrer les 100 meilleurs minijeux de la série. Pour se faire, Nintendo a choisi de piger dans les dix opus principaux de la franchise. On y retrouve donc des minijeux des trois jeux sur N64, 4 sur GameCube, 2 sur la Wii et celui sur la Wii U. Les joueurs ont donc la chance de revoir l’évolution de Mario Party du premier au dernier.

Il y a donc une variété qui n’avait jamais été atteinte auparavant. Certains jeux vont tester votre rapidité, d’autres votre intelligence et même votre habileté à garder votre sang-froid. La variété passe par l’impressionnante diversité des contrôles employés dans chaque minijeux. Ce qui m’a aussi permis de me rappeler toutes les possibilités de la console. Le jeu vous fait utiliser autant le Circle Pad que l’écran tactile ainsi que le gyroscope, tous les boutons de la console et même le micro. C’est là qu’on réalise que la franchise a toujours su s’ajuster pour mettre de l’avant les différentes fonctionnalités des consoles de Nintendo. Or, en regroupant tout ça ensemble, on a vraiment une collection ultime.

Avec un Top 100, on s’attend à avoir les 100 meilleurs mini-jeux. Or, je ne sais pas comment cette liste a été choisie. Ça fait aussi un peu trop longtemps que j’ai joué à certains de ces opus pour bien me les remémorer. Cependant, je peux dire qu’il n’y en a aucun que j’ai trouvé mauvais. Certes, j’ai des préférences, mais pour la première fois aucun d’eux ne me semblait être une corvée à faire. On peut dire que c’est réussi de ce côté.

Un Mario Party presque complet

Nintendo a vraiment mis le paquet au niveau des minijeux, mais est-ce que c’est suffisant ? J’ai toujours cru que ça prenait un bon équilibre entre des tableaux intéressants, des minijeux variés et une bonne intelligence artificielle. Or, là où le bât blesse, c’est au niveau des tableaux. Sur consoles portables, Nintendo n’a jamais offert des expériences diversifiées au niveau des planches de jeux. Or, cette fois, c’est mieux et même beaucoup mieux, mais ce n’est toujours pas parfait.

Mario Party: The Top 100 se décline en six modes assez différents les uns des autres. Par contre, ils ne sont pas assez poussés lorsqu’on les prend chacun individuellement.

100 minijeux

Si vous voulez simplement sauter dans l’action le plus rapidement possible, 100 minijeux est votre meilleure option. Celui-ci vous permet de plonger dans le minijeu que vous voulez, mais certains d’entre eux seront initialement bloqués. J’ai bien aimé avoir la possibilité de faire ma propre liste et de les enchaîner un à la suite de l’autre. Vous pouvez même en faire de manière aléatoire. Bref, c’est un bon choix pour ceux qui veulent juste jouer le plus vite possible.

Multijoueur

Malheureusement, je n’ai pas eu la chance d’essayer le multijoueur. Cependant, je suis content qu’il y ait non seulement un mode local, mais aussi un mode téléchargement. Grâce au mode téléchargement, les propriétaires de 3DS qui n’ont pas le jeu peuvent tout de même vous affronter.

Îles des minijeux

Le mode îles des minijeux est le mode solo principal. Dans celui-ci, le joueur doit parcourir un total de quatre mondes où il faut passer à travers un certain nombre de cases qui représentent chacun un minijeu. L’objectif est d’obtenir au moins une étoile sur chaque case pour s’assurer de progresser sinon on perd une vie. Pour l’obtenir, il faut finir dans le top 4 du minijeu. C’est assez facile au départ, mais lorsque le niveau de difficulté de vos adversaires augmente, vous aurez un peu plus de difficulté.

Le gros défaut de ce mode pour moi est sa linéarité. Même si vous avez quelques choix ici et là, la planche de jeu n’a aucune complexité. Il manque donc cet élément de stratégie que j’aimais beaucoup dans les premiers jeux. Néanmoins, ce mode est d’une très bonne durée de vie et les joueurs se plairont à tenter d’obtenir trois étoiles sur chaque case. Une fois terminé, on peut même passer à un niveau de difficulté supérieur si vous en redemandez.

Parties de minijeux

Ce mode place le joueur sur un plateau très simple où le but est de terminer avec le plus d’étoiles possible. Vous devez donc user de ruse en utilisant vos items et en vous déplaçant de manière optimale pour battre les trois autres joueurs. De plus, au début de la partie, chaque joueur choisit un ensemble de minijeux qui lui plaît. Lorsque vient le temps de tourner la roue de minijeu, si vous l’emportez, c’est votre minijeu qui est choisi.

Encore une fois, c’est la simplicité du tableau qui m’a embêté. C’est bien que le jeu se déroule rapidement et la planche est très condensée, mais elle n’est pas assez grande.

Bataille

Le mode Bataille de son côté est assez simple. Il nous donne le choix d’affronter trois adversaires dans une série de minijeux qui se déroule en 3 ou 5 manches. C’est le joueur qui choisit lui-même l’ensemble de minijeux à traverser. Pour gagner, il suffit de remporter le plus de parties possible. Bref, plutôt simpliste, mais agréable.

Décathlon

Mon mode préféré s’est avéré le mode Décathlon. Dans celui-ci vous jouez entre 5 et 10 minijeux et le but est d’établir les plus hauts scores possibles sur chacun. Plus vous êtes parfait, plus vous allez chercher des points et le grand gagnant est celui qui accumule le plus de points.

Je dis que c’est mon préféré, car c’est dans lui que j’ai dû creuser le meilleur de moi comme joueur. J’ai maximisé le niveau de difficulté de mes adversaires et j’ai essayé d’être le plus parfait possible à chaque défi. Un seul faux pas et l’avance des adversaires pouvaient devenir insurmontables. La première fois que j’ai terminé premier, après 4 essais non fructueux, j’étais plus que satisfait. Je jubilais. Et je n’avais même pas encore débloqué le plus haut niveau de difficulté.

Une intelligence artificielle très forte

Je vous expliquais que le mode Décathlon s’est avéré le plus amusant à mes yeux grâce à son niveau de difficulté. Or, c’est justement possible grâce à l’intelligence artificielle très poussée des adversaires. J’ai souvent eu l’impression de donner la meilleure performance possible. Cependant, pratiquement à chaque occasion, je devais surpasser mes limites pour gagner. Qui plus est, j’étais seulement au 3e niveau de difficulté sur 4. Je n’ose pas imaginer le prochain.

Une chose est certaine, c’est que j’ai dû passer à travers des défis plus difficiles que tous ceux que j’ai eus auparavant dans la franchise. C’est agréable et cela prouve qu’il y en a pour tous les types de joueurs.

Verdict

Avec Mario Party: The Top 100, Nintendo a principalement misé sur son plus beau trésor: ses minijeux. On peut d’ailleurs dire, qu’à ce niveau, c’est vraiment mission accomplie pour les développeurs. Cependant, il aurait été aussi important de donner un peu d’amour aux planches de jeu qui sont vraiment très limitées. Je comprends que l’approche d’une console portable devrait être de se lancer dans de petites parties rapides. Malheureusement, ces limitations réduisent le côté stratégique que je trouvais très amusant dans les premiers Mario Party. Bref, bien qu’il soit de loin le meilleur jeu portable de la série, il n’est pas tout à fait parfait.

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, je suis bachelier en administration des affaires concentré en finances. J'adore donc tout ce qui touche les deux domaines. Je suis aussi consultant pour le blogue Branche-Toi de Bestbuy.ca. Enfin, je suis rédacteur en chef Amérique du Nord pour la section Jeux Vidéo de Geeks and Com' et je co-anime la balado-légendaire. PSN: AtotheG / Xbox live: Sparmoro