Wade Wilson est atteint d’un cancer qui s’aggrave de jour en jour. Un homme mystérieux lui offre un traitement expérimental pour lui sauver la vie. Wade accepte, mais ce qu’il ne sait pas, c’est que le sérum qu’il lui injecte le transformera à jamais. C’est comme cela que Wade Wilson deviendra Deadpool! Il voudra se venger après ce que ces « scientifiques » lui ont fait subir.

Fiche technique

  • Titre original : Deadpool
  • Date de sortie : Février 2016 (cinéma) | Mai 2016 (Blu-Ray)
  • Réalisé par : Tim Miller
  • Scénario par : Rhett Reese, Paul Wernick, basé sur les histoires de Fabian Nicieza et Rob Liefeld
  • Acteurs : Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein, T. J. Miller, Gina Carano, Brianna Hildebrand
  • Distributeur : 20th Century Fox
  • Genre : Action, Comédie, Super héros
  • Durée : 108 min
  • Classement : Adulte
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue :
    • Anglais : DTS-HD Master Audio 7.1 (48 kHz, 24-bit)
    • Espagnol : Dolby Digital 5.1 (448 kbps)
    • Français : Dolby Digital 5.1 (448 kbps)

Avant la sortie de Deadpool 2

En préparation à la sortie du deuxième film mettant en vedette Deadpool, ce héros déjanté, j’ai regardé le Blu-Ray du premier film. Je ne l’avais pas revu depuis qu’il est sorti au cinéma.

Moins amusant que la première fois

Je dois dire que j’ai beaucoup moins été captivé lors de ce deuxième visionnement. Je crois que l’effet de surprise avec tout l’humour décapant, déjanté et absurde du personnage s’est éventé avec le temps. Ou bien, c’est que je m’attendais aux différentes blagues et à cet humour corrosif. Mais si la magie a disparu, ça reste que le film est drôle et divertissant. Il y a encore quelque chose d’unique avec le ton de ce film et c’est ce qui fait que le plaisir est toujours là à revoir le film.

Au moins, la présentation de l’histoire est toujours aussi amusante avec ses mille et une références à la culture populaire. Tout y passe… Marvel, DC, Matrix, My Little Pony, Adventure Time, Lord of the Ring. Et c’est sans compter que l’action est toujours au rendez-vous. Les scènes d’action sont très belles et brutales, avec de bonnes cascades et chorégraphies de combat.

Il y a un aspect qui m’a déçu en revoyant le film. J’ai trouvé que les effets spéciaux ont mal vieilli en deux ans. Par exemple, ça se voit que toute la scène d’introduction, bien qu’elle soit très drôle, a été faite en CGI.

Deadpool et les X-Men

L’interprétation de Deadpool par Ryan Reynolds reste quand même le meilleur de tous les personnages de super héros à l’écran qu’on a depuis 10 ans. La raison est bien simple, c’est que l’écriture et l’interprétation viennent chercher les vrais traits de caractère du personnage de la bande dessinée. Il touche et bouge la caméra, puis il brise constamment le quatrième mur en parlant directement aux spectateurs. J’aime toujours comment Deadpool explique l’absence des X-Men dans cette histoire, bien qu’il fasse équipe avec Colossus (Stefan Kapičić) et Negasonic Teenager Warhead (Brianna Hildebrand). Ce trio fait un excellent travail à l’écran et ces deux personnages viennent donner une touche un peu plus terre à terre au personnage de Deadpool.

À revoir avant Deadpool 2

Je crois que le film vaut vraiment la peine d’être revu avant la sortie en salle du second volet. L’humour explosif du film m’a quand même fait passer un excellent moment. Et Deadpool fait de belles scènes d’action!

 

NOTES
La réalisation
8
Le scénario et l’histoire
9
Le jeu des acteurs
9
Les effets spéciaux
6
Le plaisir durant le visionnement
8
PARTAGER
Designer UX/UI et amateur de la pop-culture et de la culture asiatique (surtout la Corée du Sud avec sa K-Pop et ses K-Drama et le Japon), je suis l’un des fondateurs du site web la Zone TechnoCulturelle et maintenant, je suis rédacteur en chef de la section Culture Geek du site web Geeks and Com'. Je produis du contenu de tout type sur ce qui me passionne. C’est majoritairement des critiques écrites, mais de temps en temps, j’aime bien faire des vidéos unboxing et des critiques vidéo (Entrer dans la Zone) ou encore des baladodiffusions (Entre les cases de 2013 à 2015).