La vidéo de Febelfin qui nous force à nous questionner sur notre présence numérique

Safe-Internet-Banking-Febelfin-Mind-reader-reveals-his-gift

Le 24 septembre dernier, la Fédération belge du secteur financier (Febelfin) publiait une vidéo en ligne dans laquelle on aperçoit un voyant nommé Dave en train de divulguer de l’information personnelle à des gens préalablement recrutés au hasard dans la rue. Le succès de la vidéo, qui a été visionnée presque six millions de fois à ce jour, tient sans aucun doute dans la puissance du message qu’elle véhicule : « Votre vie entière se trouve sur Internet. »

C’est l’agence de communication belge Duval Guillaume Modem qui a réalisé la vidéo de Febelfin. Pour ce faire, l’équipe a installé une tente en plein cœur de la place Sainte-Catherine, à Bruxelles. Les passants recrutés aléatoirement – sous prétexte qu’ils participaient à l’enregistrement d’une future émission de télévision – étaient invités à passer à l’intérieur de la tente où Dave, le supposé voyant, les attendait, prêt à leur dire tout ce qu’il savait d’eux.

Febelfin-Mind-reader-reveals-his-gift-

Or, Dave n’était pas vraiment un voyant. Il était plutôt un habile comédien, aidé par une équipe de quatre « hackers » cachés dans une autre section de la tente et affairés à scruter Internet à la recherche d’information au sujet des participants dont ils ne connaissaient que les noms et prénoms. Toutes les informations repérées sur la toile étaient immédiatement transmises à Dave grâce à une oreillette bien dissimulée sous ses longs cheveux gris.

« Je sens deux insectes sur votre dos », dit le voyant à une jeune femme qui possède deux tatouages en forme de papillon. « Une motocyclette orange », affirme Dave à un jeune homme qui en possède visiblement une. « Le nom de votre meilleure amie est Julie », lance-t-il à une participante. « Connaissez-vous votre numéro de compte bancaire? Parce que moi, je le connais », fait-il savoir à une autre. « Vous avez dépensé 300 euros pour des vêtements le mois passé. » « Je vois une maison à vendre. 795 000 euros. » Les révélations abondent.

Le spectacle continue jusqu’à ce que s’effondre la toile située derrière Dave, laissant alors entrevoir l’équipe composée des quatre « hackers » en train d’extraire d’Internet tout ce qu’ils peuvent trouver au sujet des participants. Les réactions de stupeur sont instantanées. Bouches grandes ouvertes. Yeux écarquillés. Air hébété. « Oh mon Dieu! » « Oh non! » « C’est effrayant! ».

Pamela Renders, porte-parole de Febelfin, souligne dans La Libre que toute l’expérience a été menée de façon entièrement légale. « Toutes les informations que nous avons glanées l’ont été sur des sites publics. Il n’y a eu aucun piratage de réalisé », dit-elle. C’est bien là ce qu’il y a de plus inquiétant : si l’équipe de « hackers » a réussi à collecter autant d’information précise, en toute légalité et en si peu de temps au sujet des participants, que pourraient parvenir à faire des individus mal intentionnés?

« Notre idée, c’était de réveiller la population », explique madame Renders. « La vigilance dont on fait preuve dans la vie réelle – on ne donne pas ses clés de voiture à n’importe qui –, on doit en faire preuve aussi dans la vie virtuelle. Particulièrement les personnes actives sur des banques en ligne », ajoute-t-elle. C’est exactement ce qu’affichait un écran après que la toile soit tombée pour révéler aux participants le secret de la puissance mentale de Dave : « Votre vie entière se trouve sur Internet. Et cela pourrait être utilisé contre vous. »

Il est donc de plus en plus important d’agir avec une extrême prudence lorsque l’on navigue sur la toile, et probablement de manière encore plus marquée lorsqu’il est question de services bancaires en ligne. En 2009 seulement, le Centre antifraude du Canada a reçu des signalements de fraude de la part de plus de 11 000 victimes au pays; les pertes totalisaient alors plus de 10 millions de dollars.

Print Friendly, PDF & Email