Test de la Microsoft Surface Pro 3 (Intel Core i5) sous Windows Pro 8.1

Après une évolution en douceur entre les Surface Pro et Surface Pro 2, Microsoft a décidé de changer de nombreux aspects de son appareil avec la troisième édition de sa Surface. Lors de sa présentation en mai dernier, l’objectif affiché par Microsoft est que non seulement la Surface Pro 3 doit développer son écosystème de tablette sous Windows 8.1, mais également se positionner comme un vrai compétiteur des ordinateurs portables.

Dans ce test, nous vous proposons donc nos impressions après environ deux semaines d’utilisation, à savoir si l’appareil peut bien répondre à ces deux objectifs. Un merci spécial à Maxime Johnson, journaliste indépendant, qui nous a permis de réaliser ce test!

Caractéristiques techniques de la version testée

Affichage
  • 12″ ClearType Full HD (2 160 x 1 440)
  • Ratio 3:2
  • Densité de pixels: 216 ppi
  • Interface tactile : tactile multipoint (10 points)
Dimensions 201,4 x 292,1 x 9,1 mm (Hauteur x Largeur x Épaisseur)
Poids 800 grammes
Processeur Intel Core i5-4300U (1.6 GHz avec Intel Turbo Boost jusqu’à 2.90 GHz), Intel HD Graphics 4400
Mémoire
  • 8 Go de RAM
  • 256 Go de mémoire interne (211 Go de mémoire réellement disponible)
  • Mémoire extensible avec carte de mémoire MicroSD
Système d’exploitation Windows 8.1 Pro
Appareil photo / vidéo
  • Appareil photo avant et arrière : 5 Mégapixels
  • Caméra vidéo : 1080p
Audio
  • Microphones stéréo
  • Haut-parleurs stéréo avec son Dolby 
Connectivité
  • USB 3.0
  • Mini DisplayPort
  • Prise Casque
  • Bluetooth 4.0 LE
  • WiFi : 802.11ac/802.11 a/b/g/n
  • Capteur de luminosité ambiante  • Accéléromètre  • Gyroscope  • Magnétomètre
  • Stylet Surface avec 256 niveaux de pression
  • En option : Clavier Surface Pro Type Cover (129,99$)
Batterie Autonomie jusqu’à 9 heures en navigation selon Microsoft

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 2

Design

Alors que Microsoft avait conservé un design identique entre les deux premières versions de sa tablette Surface Pro, la troisième édition change de format mais conserve une finition métallique exemplaire, que l’on appréciait fortement les années précédentes.

Avec 9.1 millimètres contre 13.1 pour les versions précédentes, Microsoft a réalisé de beaux progrès au niveau de l’épaisseur de son nouveau modèle, en particulier lorsque l’on sait que l’écran passe de 10 à 12 pouces. Au niveau du poids, là aussi un bel effort à été fait, puisque l’on perd 100 grammes, avec désormais 800 g sur la balance.

Enfin, petite nouveauté, le bouton Windows passe du bas de l’écran sur le côté, indiquant clairement que le nouveau modèle est beaucoup plus adapté pour une utilisation en mode portrait que ses prédécesseurs. Le ratio d’écran ayant changé, il est moins bizarre de tenir la tablette de cette manière, étant donné qu’on a plus l’impression de tenir une page de magazine.

On peut également apprécier le fait que le pied de la Surface Pro 3 ne soit plus sur deux crans seulement et laisse plus de possibilités pour positionner la tablette suivant les usages et la configuration de travail.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 5

Le design de la Surface est donc toujours aussi réussi, et voir que Microsoft s’efforce de rendre celle-ci plus maniable en tenant compte des principaux reproches faits aux modèles précédents est intéressant.

Écran

Alors que l’on avait vu un écran 768p sur le premier modèle, puis 1080p sur le suivant, on se retrouve désormais avec un écran 1440p, soit une résolution de 2160×1440, appelé également «Full HD Plus».

Concrètement, l’écran est magnifique. Il est extrêmement détaillé et très lumineux, avec des angles de vision plutôt bons. On regrettera le fait que la dalle brillante amène des reflets, mais à luminosité maximale elle reste exploitable sans problème.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 17

La visualisation de vidéos sur YouTube, en résolution 1440p, est superbe et montre le plein potentiel de l’écran, on s’en met plein les yeux. Les textes sont également très nets et agréables à lire lorsque l’on met un zoom suffisant.

Car c’est bien là que se trouve la limite de cet écran : Windows 8, dans son interface classique, n’est pas vraiment adapté à une telle résolution sur une tablette, et il devient rapidement nécessaire d’utiliser le stylet fourni ou le trackpad du clavier. L’utilisation de l’interface Modern UI est par contre très agréable.

Connectivité

Alors que je reprochais dans mon test de la Surface Pro 2 l’absence de Wi-Fi 802.11ac, c’est désormais corrigé et la tablette est compatible avec cette nouvelle norme. Cela permet d’obtenir des débits beaucoup plus élevés lors de l’utilisation du Web ou de transfert de fichiers.

On retrouve également le Bluetooth 4.0, ce qui permet de connecter plusieurs accessoires tels que des claviers ou souris sans fil. Couplée à la présence de Windows 8.1, cette connectivité permet d’étendre énormément les possibilités de l’appareil.

Le fait que la tablette soit équipée d’une sortie vidéo permet d’utiliser plusieurs adaptateurs. Ces derniers jouent très bien leur rôle : une fois branchés, ils permettent de rendre disponible en miroir le contenu sur une télévision haute définition. L’image est alors très belle et je n’ai constaté aucun ralentissement. Le câble HDMI permet également de transmettre le son alors qu’il faudra évidemment passer par la prise casque lorsque l’on utilise le câble VGA. L’affichage sur télévision est vraiment pratique, en particulier avec Microsoft Office Powerpoint 2013, qui permet d’afficher sur la télévision le contenu d’une présentation, tout en faisant d’autres tâches sur la tablette.

Le port pour carte micro SD fonctionne très bien en mode bureau, la carte est détectée comme un lecteur supplémentaire, comme on pourrait s’y attendre. Cela permet donc d’étendre la capacité de stockage de la tablette très facilement. On pourra regretter en revanche qu’elle ne soit pas indexée par les applications Métro : impossible de parcourir sa carte mémoire dans les tuiles Vidéo ou Musique, par exemple! C’est vraiment dommage.

Enfin, le fait que la tablette dispose d’un port USB Host est vraiment très pratique : chacun peut brancher ses accessoires sur l’appareil, qu’il s’agisse de claviers, de souris, de stockage externe ou même de téléphones cellulaires. La Surface Pro 3 montre ici une nouvelle fois qu’elle joue très bien le rôle de tablette, mais qu’il s’agit également d’un véritable PC, avec toutes les fonctionnalités qui vont avec.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 8

Puissance

On sent clairement que l’on est en présence d’un véritable ordinateur portable lorsque l’on utilise la Surface Pro 3. La machine est puissante et ne ralentit quasiment jamais.

Le modèle testé embarquait un processeur i5 à 1.9GHz avec 8GB de RAM et 256GB de SSD, et l’on peut même monter lors de l’achat à un i7 avec 8GB de RAM et 512GB de SSD. Il s’agit donc de véritables machines puissantes, ce qui est réellement unique pour un format «tablette».

Windows 8.1

Sans développer en détails les possibilités de Windows 8.1 et ses nouveautés, le système a bien évolué et est encore plus agréable à utiliser sur une tablette.

L’interface Métro, utilisant les tuiles bien connues sur Windows Phone et les Xbox, est un plaisir à utiliser au doigt et répond à la plupart des besoins en utilisation tablette. L’utilisateur n’aura alors à passer par le bureau que lorsqu’il souhaitera lancer une application non compatible avec ce mode.

Le reste du système d’exploitation est en revanche beaucoup moins pratique à utiliser au doigt, et le stylet ou l’ensemble clavier / souris sera alors préférable, transformant la Surface Pro 3 en véritable ordinateur capable de faire tourner n’importe quelle application de la logithèque Windows habituelle. Il est alors très appréciable de pouvoir utiliser ses logiciels favoris en déplacement, grâce à l’interface tactile.

Autonomie

Il a toujours existé une grosse différence d’autonomie entre les versions Pro et RT de la Microsoft Surface, ce qui est normal étant donné qu’elles ont une architecture ainsi qu’un OS différents.

Alors qu’il avait fallu plus de 12 heures pour épuiser une Surface 2 RT en vidéo à pleine luminosité, il aura malheureusement fallu moins de la moitié sur la Surface Pro 3. Certes, l’écran est plus grand et affiche beaucoup plus de pixels, tout en étant plus lumineux, mais on aurait pu espérer mieux que 5 h 30 d’autonomie.

Bien entendu, il s’agit ici de conditions extrêmes de test et il sera rare de mettre la luminosité au maximum et de s’en servir uniquement en lecture vidéo. On peut espérer utiliser la Surface Pro 3 plus longtemps en utilisation bureautique.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 6

Appareil photo

Même si je continue à trouver absurde de prendre des photos avec une tablette, certains constructeurs continuent à inclure cette fonctionnalité dans leurs appareils.

Pour certains, cela permettra de dépanner s’ils n’ont aucun autre appareil sous la main. Le capteur de la Surface Pro 3 ne fait d’ailleurs pas de miracles, avec des photos correctes de jour mais des images très bruitées de nuit. Vous pouvez retrouver quelques exemples d’images dans la galerie ci-dessous.

De son côté, la caméra avant joue bien son rôle notamment pour les appels vidéos. À noter qu’avec la Surface 2, Skype est offert avec un abonnement gratuit d’une année à Skype WiFi et à la fonction Illimité Monde.

Multimédia

Les haut-parleurs sont plus puissants que sur les précédents modèles de la gamme, et ils se retrouvent en façade de la tablette, ce qui donne un effet plus agréable, en particulier lors du visionnement de vidéos.

Sans être excellents, les haut-parleurs stéréos sont plutôt agréables à utiliser et produisent un son qui saturera rarement, même à plein volume. La différence est vraiment flagrante lorsque l’on utilise les Surface Pro 2 et Pro 3 côte à côte.

Au niveau lecture de contenu, le fait que la tablette utilise Windows 8 lui permettra de lire l’ensemble des codecs vidéo disponibles, grâce à des logiciels tels que VLC. La lecture est très fluide et lorsque l’on utilise des vidéos 4K, l’écran démontre tout son potentiel.

Claviers Touch Cover et Type Cover

Alors que deux types de claviers étaient mis en avant avec les Surface Pro et Pro 2, l’un très mince et avec des touches en tissu, l’autre légèrement plus épais mais avec de vraies touches, seul ce dernier est proposé avec la Surface Pro 3.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 3

Microsoft en a d’ailleurs profité pour améliorer grandement le trackpad de celui-ci pour mettre fin aux critiques qui lui étaient faites. Celui-ci est désormais beaucoup plus proche de ce qui se fait sur les vrais ordinateurs portables, ce qui renforce encore l’impression de travailler sur un ordinateur et non une tablette.

Enfin, le nouveau clavier dispose de deux angles d’utilisation, grâce à des aimants qui l’accrochent à deux niveaux sur l’écran de la tablette. On peut donc choisir d’utiliser le clavier à plat ou légèrement incliné, ce qui est beaucoup plus agréable.

Stylet

Je dois avouer que je ne suis pas un grand utilisateur de stylet. Que cela soit sur les Samsung Galaxy Note ou les précédentes Microsoft Surface, je n’en ai pas vraiment l’utilité.

Je me suis cependant prêté au jeu du test de l’accessoire et j’ai été agréablement surpris. Tout d’abord, il n’existe aucun décalage perceptible entre l’endroit où l’on pointe et celui où l’écran prend réellement la pression, cela fait en sorte que l’on utilise le stylet de manière très naturelle, à la manière d’un crayon. L’écran prend également en compte 256 niveaux de pression, qui font en sorte que le trait dessiné représente réellement la puissance avec laquelle on appuie sur le style.

J’ai également apprécié que l’utilisation du stylet désactive l’utilisation simultanée du tactile, ce qui permet d’appuyer sa main sur l’écran sans que cela ne pose de problème comme des dessins involontaires.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 9

Enfin, le fait que le bouton du stylet lance l’application de notes et soit capable de réveiller la tablette est très pratique et pousse à l’utiliser plus souvent. Le stylet fonctionne avec une pile AAA, facile à remplacer. Je n’ai par contre pas eu la chance d’effectuer de tests d’autonomie sur ce dernier.

Microsoft Surface Pro 3 Test Geeks and Com 12

Conclusion

La Microsoft Surface Pro 3 est clairement un bel appareil. La finition est exemplaire, et la proposition d’usage est très intéressante. Il s’agit de l’offre de Microsoft la plus aboutie à ce jour dans le domaine des Tablettes / Ordinateurs, et l’on prend plaisir à utiliser la Surface Pro 3 dans ces deux usages.

Avec des prix proches du MacBook Air, si l’on n’achète pas de clavier, Microsoft cherche vraiment à aller chercher les utilisateurs d’ordinateurs portables classiques. Reste que ne pas intégrer le clavier avec chaque tablette est selon moi une erreur qui risque de priver les nouveaux acheteurs d’une partie de l’expérience.

À tous ceux qui rechercheraient une tablette sur laquelle ils pourraient réellement travailler de manière efficace, je recommanderais donc la Surface Pro 3… avec un clavier, sans aucune hésitation.

Test de la Microsoft Surface Pro 3 (Intel Core i5) sous Windows Pro 8.1
"
    Les points positifs :
  • Excellente finition
  • Écran superbe
  • OS ouvert
    Les points négatifs :
  • Autonomie moyenne
  • Clavier vendu séparément
"
9
Print Friendly, PDF & Email