[PGW 2015] This War of Mine The Little Ones : on y a joué, voici nos impressions

La guerre, c’est sale. C’est très con à dire, mais il est parfois bon de le rappeler surtout quand on voit le nombre de jeu (Call of Duty par exemple, au hasard) qui la glorifie et donne aux jeunes générations une image faussée. Une guerre, ce ne sont pas que des militaires héroïques surarmés qui montent à l’assaut des forteresses ennemis. Ce sont aussi les civils pris entre deux feux, la destruction des infrastructures, l’absence de nourriture, le développement du banditisme, des meurtres, etc. 11 Bit, le studio polonais édité par Deep Silver a voulu parler de cette guerre sale, méconnue, cachée. C’est tout l’objet de This War of Mine, leur jeu sortie il y a un an et centré sur le quotidien des civils pendant un conflit. Inspiré du siège de Sarajevo en Bosnie, This War of Mine est un jeu survie. Vous gérez ainsi, en vue 2D, un groupe de survivant dans une maison délabrée. Gestion des ressources, de la faim, du moral, de l’abri, attaques d’autres rescapés, tout y est, jusqu’au copain qui s’effondre psychologiquement et se pend pendant une de vos sorties. Sympa ! Sortie sur Steam, le jeu devient This War of Mine : The Little One pour sa sortie sur console le 29 janvier. Et cette fois, il y a des enfants !

Présentation de la démo

Nous prenons les commandes d’un groupe de survivant, 2 hommes, une femme et un enfant, dans une maison en ruine. Tout est en 2D, dans des teintes très sombres, très froides.

Dès le début, le constat est posé, c’est mal barré. Un des hommes est blessé, et meurt de faim, l’autre, mieux portant, souffre un cruel manque de sommeil. En effet, il n’y a qu’un lit dans l’abri, et chaque nuit, il faut décider qui dort dedans, qui monte la garde et qui dort sur le béton. La femme, est probablement le personnage le plus sain, mais elle n’a pas le moral, il faut donc lui parler pour la réconforter un peu. Enfin, il y a Sasha, le petit enfant. Si les enfants ne servent à rien dans le sens ou ils ne peuvent pas aller chercher des ressources, monter la garde ou se battre, il faudra tout de même s’occuper d’eux, jouer avec eux, les nourrir, bref les protéger de l’horreur de la guerre.

Très rapidement, je décide d’aller explorer la ville. L’hiver approche et l’abri n’est absolument pas prêt à gérer des températures hivernales. Il faut des ressources mais aussi des matériaux pour améliorer l’abri. S’engage alors une partie d’infiltration dans des quartiers quasiment abandonnés. Il faut faire le moins de bruit possible pour ne pas attirer des bandits des alentours, explorer et ramasser le plus de ressources possibles. De retour à l’abri, j’apprends que notre maison vient de subir un raid. Les voleurs, armés, ont pris une partie de mes réserves et blessé l’homme et la femme du groupe. Le moral est au plus bas, il faut donc panser les blessures, discuter, rassurer l’enfant, bref recoller les morceaux pour continuer à survivre.

This War of Mine The Little Ones 4

Impressions à chaud

Je n’avais jamais joué à This War of Mine avant cette démo. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis séduis par le concept malgré la noirceur de l’ensemble. Au delà de la direction artistique glauquissime et déprimante (dans le bon sens du terme… en quelque sorte), c’est une véritable ambiance angoissante qui transpire de This War of Mine. Tous nos personnages ont une histoire (qu’on peut lire dans les menus), et on s’y attache terriblement. La mort de l’un d’entre eux est quasiment vécu comme un traumatisme. C’est dérangeant, et c’est une expérience comme rarement on en voit sur nos consoles.

La seule véritable nouveauté qu’apporte cette console, en plus d’une main dédiée à la manette, c’est l’ajout des enfants. Ils ajoutent ainsi de la difficulté à un jeu déjà assez dur avec ses petits personnages qui n’apportent rien au groupe mais demande autant d’investissement, si ce n’est plus qu’un adulte. Un peu à la manière d’une relation Lee/Clementine dans la série The Walking Dead de Telltale, on s’attache à ces enfants et on essaye de les protéger coûte que coûte. Le seul regret, c’est celui de voir que le studio n’a pas osé franchir l’interdit de la mort d’un enfant. Ainsi les enfants ne meurent pas dans The Little Ones, ils fuguent et fuit l’abri. Si on imagine assez bien le traumatisme que pourrait représenter pour le joueur de retrouver son Sasha massacré par un groupe de bandits, il est dommage de voir que le studio n’est pas allé jusqu’au bout de sa logique implacable.

Bilan : Bon

Ce premier contact est bon. Comme beaucoup de joueurs console, je ne connaissais pas This War of Mine et son atmosphère oppressante mais tellement réaliste. The Little Ones sera un excellent moyen pour beaucoup de joueurs de découvrir cette expérience si rare et si émotionnelle dans une industrie de plus en plus uniformisée.

This War of Mine : The Little Ones sortira le 29 janvier 2016 sur PlayStation 4 et Xbox One. Le DLC sortira bien sûr aussi sur la version PC.

Print Friendly, PDF & Email