Après un Ghosts complètement raté et un regain de forme avec Advanced Warfare, ce Call of Duty Black Ops III était très attendu par les fans de la série qui considèrent Black Ops II comme l’un des tous meilleurs Call of Duty. Cet épisode arrive-t-il à la cheville de son prédécesseur ? Que vaut sa campagne solo et son multijoueur ? Et quid de son mode zombies ? Nous vous proposons notre verdict après de longues heures passées sur le jeu.

Fiche technique

  • Date de sortie : 6 novembre 2015
  • Style : FPS
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 18
  • Développeur : Treyarch Studios
  • Éditeur : Activision
  • Langue d’exploitation : Voix et textes en anglais / français 
  • Disponible sur : PC/Xbox One/PlayStation 4
  • Évalué sur : PlayStation 4
  • Prix lors du test : 53 € (Amazon France) / 74,99$ (Amazon Canada)
  • Version physique fournie par l’éditeur

La campagne solo

Le solo de Call of Duty Black Ops III est surement le plus ambitieux et le plus abstrait de toutes les campagnes de Call of Duty auxquelles j’ai pu jouer. Le jeu regorge de bonne volonté, d’ambition, que ce soit à travers l’histoire principale, le multijoueur et le mode zombies. Le dernier né des studios Treyarch nous propose un aperçu violent mais captivant de la guerre futuriste. Black Ops III se déroule dans les années 2050 et au-delà. Vous faites parti du groupe Black Ops, un ensemble de soldats d’élite qui se retrouve dans un Singapour déchiré par la guerre, occupé par des groupes terroristes, des robots hostiles et d’autres ennemis improbables. Le jeu se déroule 30 ans après les évènements de Black Ops II et même si l’on a l’impression de suivre des évènements corrélés, ce n’est pas le cas surtout en ce qui concerne les personnages principaux. L’histoire est complètement ancrée dans son monde propre et totalement abstrait.

L’histoire est en elle-même très conceptuelle et tend à jouer avec la limite entre réalité et illusions oniriques et ceci souvent à travers l’aventure. Cela accroit le côté abstrait de la campagne solo et à certains moments on se croirait vraiment dans un jeu ancré dans la science-fiction. Certains regretteront à nouveau le penchant futuriste de la franchise qui a connu ses belles heures en racontant des récits de la seconde guerre mondiale mais il faut avouer que Black Ops III nous propose un changement rafraîchissant tout à fait assumé. Cependant, le problème avec ceci est que l’histoire a tendance à devenir confuse et déroutante ce qui rend l’intrigue globale floue et alambiquée. Quelques fois au long de l’histoire, j’ai eu l’impression de complètement rater un point d’intrigue important. Le scénario de la campagne m’a paru ainsi parfois décousu et on perd ainsi beaucoup de l’immersion que procure le début du jeu.

Attention, cela ne veut pas dire que la campagne solo n’est pas divertissante et cet aspect confus disparait un petit peu lorsque vous l’effectuez en coopération avec un ou deux amis. C’est la première fois que la campagne solo d’un Call of Duty est jouable en coopération et même si celle-ci nous écarte de la trame scénaristique, elle rend l’expérience bien plus agréable. En ce qui concerne la difficulté, je vous conseille de directement jouer en vétéran si vous êtes un habitué des Call of Duty. C’est d’autant plus flagrant en coopération où vous pouvez vous soigner entre membres de l’escouade. Attention, vous devez quand même faire attention car les dégâts sont amplifiés mais le fait de savoir qu’un camarade peut vous réanimer à tout moment procure une sensation de sécurité qui rend l’expérience moins stressante. 

La difficulté réaliste, où une balle vous tue, propose un défi d’une autre ampleur. elle vous pousse au travail d’équipe et vous vous sentirez tel un soldat sur le champ de bataille. Et bien que chaque niveau soit extrêmement difficile à passer et que chaque point de sauvegarde était accueilli comme le messi, il y avait un réel sentiment d’accomplissement à chaque fois. Je rapprocherais cette sensation à ce que le joueur de Dark Souls peut ressentir à chaque fois qu’il atteint un point de sauvegarde ou un feu de camp. En tout cas, c’est un défi qui devrait plaire aux joueurs les plus aguerris de Call of Duty.

C’est à travers le mode réaliste que les nouvelles fonctionnalités de gameplay Cyber-Core prennent toute leur importance. Ces améliorations robotiques vous permettent d’avoir un avantage tactique sur l’ennemi. Une configuration, nommée Contrôle, vous permet de détourner des tourelles et des drones ennemis. Une autre configuration, baptisée Chaos, vous permet d’éliminer un groupe d’ennemis en lâchant un essaim de lucioles explosives ou en détonnant les explosifs des ennemis pour faire des dommages collatéraux. Tout ceci combiné avec les nouveaux mouvements très fluides, vous obtenez ce qui est très probablement la campagne solo Call of Duty la plus agréable à jouer depuis un certain temps.

Le multijoueur

Vous lancer dans le multijoueur de Call of Duty Black Ops III est très simple et sera sûrement le mode le plus joué sur la durée de vie du jeu. Malgré un manque de gros changements dans la formule, le multijoueur reste très agréable à jouer et constitue une expérience très dynamique et divertissante en ligne grâce notamment à un level design aux petits oignons. Le plus gros changement apporté au multijoueur cette année est l’ajout des Spécialistes : des personnages spéciaux avec des capacités uniques qui se débloquent au fur et à mesure de votre avancée dans le multijoueur. Chacun de ces personnages possède un atout qui peut être utilisé environ deux fois par match (il se recharge au cours de la partie). Ils peuvent être offensifs, défensifs ou de support. Ils se rapprochent des supers des gardiens de Destiny et permettent de varier le gameplay de ce mode assez traditionnel par ailleurs. 

Lorsqu’ils sont utilisés à bon escient, ils peuvent renverser un score serré et permettent de vivre des moments assez épiques. Je pense notamment à l’atout « Impulsion visuelle » qui permet de détecter tous les ennemis dans un périmètre proche du joueur. Vous pouvez ainsi prévoir leurs déplacements et enchainer facilement deux ou trois kills. Je vous conseille d’essayer un maximum de spécialistes pour réellement trouver celui qui correspond le plus à votre style de gameplay.

Cette année, le « Pick 10 » revient dans le multijoueur de Black Ops III. C’est un système où les utilisateurs définissent le nombre d’atouts qu’ils embarqueront avec leurs personnages lors de la création de leurs classes. Ils forcent donc les joueurs à faire un choix dans les armes, les atouts et les accessoires proposés dans le jeu. Il permet aussi de ne rien laisser au hasard et pousse les joueurs à customiser son équipement en adéquation parfaite avec son style de jeu. Il vous pousse aussi à découvrir de nouvelles armes, de nouveaux atouts pour trouver la meilleure combinaison possible. Même si cela peut être pénible au début, on se prend au jeu à travers notre évolution dans le multijoueur et la satisfaction de trouver la combinaison parfaite est grandiose.

Les autres nouveautés du multijoueur ne sont pas aussi marquantes et ne modifient pas tant que ça l’essence même du jeu. On peut noter l’ajout d’un nouveau mode, « Dernier Rempart » où une équipe doit défendre un robot qui se déplace vers le camp ennemi alors que l’autre équipe doit l’empêcher d’atteindre son but. Même s’il est assez intéressant, j’ai remarqué que j’ai essentiellement passé mon temps sur les modes les plus classiques de Call of Duty : le match à mort par équipe, la domination et l’élimination confirmée.

En terme de stabilité des serveurs, je n’ai pas observé de déficiences. Le matchmaking est efficace et très rapide et je n’ai ressenti que peu de lag dans les matchs auxquels j’ai pris part. Apparemment, la version PC n’est pas aussi bien finie que les versions consoles nouvelle-génération. Ne parlons même pas des versions PlayStation 3 et Xbox 360 qui ont été bâclées.

Le mode Zombies

Le troisième pilier d’un jeu Black Ops est le mode zombies. Malheureusement, c’est le mode que j’apprécie le moins. Cependant, j’ai pu m’y essayer en solo et en coopération. Vous n’avez pour l’instant qu’une seule map à votre disposition, « Shadows of Evil » mais l’expérience reste toujours aussi effrénée et redoutablement effroyable. Encore une fois, le casting est à la hauteur avec notamment Ron Perlman, Jeff Goldblum, Heather Graham, et Neal McDonough. L’immersion est instantanée et vous vous attachez aux personnages dont vous prenez le contrôle. Le level design de la map est très bon avec à la fois des zones ouvertes et des couloirs étroits.

call of duty black ops 3 zombies

Nous vous conseillons bien sur de parcourir ce mode avec des amis. Non seulement la tâche sera plus simple mais l’expérience sera beaucoup plus sympathique. ll y aussi quelques surprises comme la possibilité de prendre contrôle d’une bête de temps en temps. Comme il se doit, vous mourrez à chaque fois et à chaque fois, vous recommencez pour essayer de survivre plus longtemps. Vous allez donc retenir les points stratégiques de la map ainsi que les meilleures armes à débloquer.

En bref, Shadows of Evil m’a procuré du plaisir malgré le manque d’attrait que j’ai pour ce mode Zombies qui saura satisfaire n’importe quel joueur qui attendait avec impatience son retour.

Le choix et la customisation

Ce qui lie les trois modes présentés et évalués ci-dessus est l’ensemble des options de customisation et le système de gain d’expérience. Chaque mode vous propose un niveau d’expérience propre, un choix d’équipements et d’armes propre et la possibilité d’améliorer vos armes. Pas d’échange entre chaque mode, il vous faudra passer du temps sur le solo, le zombies et le multijoueur pour pourvoir tout débloquer mais tout ceci apporte énormément de rejouabilité.

Une technique qui tient la route

Autant le dire de suite, Call of Duty Black Ops III est probablement l’un des plus beaux FPS qui existent sur le marché. Même s’il n’est pas aussi clinquant qu’un Star Wars Battlefront, chaque fusil se distingue par son design et son bruitage unique. On retrouve de très beaux visuels notamment à la fin de la campagne solo. Autre chose importante, le jeu est extrêmement fluide (en tout cas sur PlayStation 4) et j’ai noté peu d’aliasing. Je le répète mais les serveurs de Black Ops III sont très solides et stables. Je n’ai connu que quelques ralentissements mais ils étaient très rares et ont rapidement disparu.

Autre point faible du jeu, la faiblesse de l’Intelligence Artificielle tant alliée que ennemie. Les adversaires ont toujours la fâcheuse tendance à montrer leur tête au dessus de leur cachette et les soldats alliés sont toujours aussi imprécis. Ce souci récurrent de la série n’est pas corrigé dans cet épisode et c’est bien dommage.

call of duty black ops III shoot

Conclusion

Les nouveautés à travers chacun des trois modes de jeux principaux font de Call of Duty Black Ops III une des meilleures expériences Call of Duty depuis longtemps. Malgré une campagne solo parfois un peu confuse, l’ajout des spécialistes apporte énormément de diversité au multijoueur déjà très divertissant. Enfin, Shadows of Evil propose une expérience Zombies digne de ses prédécesseurs. Avec tout ce contenu et ces innovations, Black Ops III devient un des meilleurs FPS de l’année et met la pression à Infinity Ward qui est en train de développer l’opus de l’an prochain.

NOTES
Note
8.5
PARTAGER
Ingénieur Etudes & Développement sur Paris, la science a bercé ma jeunesse tout comme le sport, les jeux vidéo puis le cinéma, la technologie et tout dernièrement les séries TV. Enfant unique, je me laisse facilement emporter dans les mondes de SF, heroic-fantasy que peuvent fournir ces médias.