Kung-Fu-Panda-1

Le film Kung Fu Panda 3 est sorti au Québec le 29 janvier dernier, en France le troisième opus sera sur les grands écrans le 30 mars prochain. Produit par DreamWorks Animation, ce long-métrage d’animation raconte l’histoire de Po, un panda géant maladroit, mais tout aussi attachant et drôle à la fois qui doit accomplir une prophétie. Croyant que son père est toujours disparu, il réapparaît alors dans sa vie. Ensemble, ils se rendront jusqu’au paradis secret du peuple panda. Sachant que le maléfique Kai, un taureau avec plein d’ambition, décide de s’attaquer aux plus grands maîtres chinois du Kung Fu en les écrasant les uns après les autres pour prendre leur « Chi », un pouvoir que développe les élèves et les maîtres du Kung Fu. Po doit réussir à enseigner pour rendre un village de pandas maladroits en experts des arts martiaux en peu de temps.

Un graphisme différent des autres

Dès les premières minutes du film, le graphisme se démarque des autres films d’animation. En effet, Kung Fu Panda 3 ainsi que les deux précédents opus utilisent les dessins 2D pour illustrer certaines scènes de Kung Fu. Par exemple, lors de la première scène du film, on aperçoit les silhouettes des personnages de Tigresse, Vipère, Singe, Grue, Mantes et Po en pleine action, sautant de toit en toit, en faisant du Kung Fu, pour arriver à une place très spéciale, le restaurant de nouille au père à Po. Ce petit détail fait toute la différence parce qu’il rappelle la culture chinoise avec l’utilisation des ombres chinoises.

Aussi, lors des dessins 2D avec les silhouettes, on remarque une extrême précision sur les actions ou des personnages. Pour ne pas confondre les ombres des protagonistes en action, il présente un maximum de deux personnages à la fois pour éviter la confusion. Donc, il y a ici un souci du détail pour réussir à bien exprimer et montrer les scènes sans mettre les spectateurs du film dans l’incompréhension et dans la confusion.

De plus, à ces mêmes moments, les réalisateurs ont gardé le même concept en divisant l’écran en trois bandes pour pouvoir montrer une scène d’action à partir des différents points de vue des personnages. Cette façon de faire permet d’ajouter de l’action et du dynamisme tout en gardant les images simples durant une scène d’entraînement aux arts martiaux par exemple.

Un scénario simple

L’histoire de ce film d’animation est très simple. Il n’est pas du tout difficile à comprendre ce que les personnages veulent dire. Comme dans les deux précédents films, la quête identitaire du panda géant se fera sentir tout au long du film. Par contre, le retour de Kai, un taureau qui veut le « Chi » de tous les maîtres du Kung Fu pour devenir le plus fort, est sans surprise parce que nous pouvons prédire la fin du film. Malgré tous les efforts des personnages et du scénario, la fin est prévisible ce qui rend le film un peu moins attrayant de ce qu’il ne le devrait.

Kung-Fu-Panda-9

Le sourire aux lèvres

Tout au long du film, vous allez avoir le sourire aux lèvres par les dialogues humoristiques que les créateurs ont écrits. En effet, par la naïveté et la maladresse de Po le panda géant, les spectateurs sentiront un certain découragement par les actions du guerrier dragon, mais ce sentiment se transformera en sourire et vous voudrez adopter le panda. Voici le meilleur exemple tiré du film où ces deux sentiments contradictoires se réuniront : Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas scoop révélé dans la scène choisie ! Lorsque Po rencontre pour la première fois son père biologique au restaurant de son père adoptif M. Ping, le père de Po lui dit qu’il est à la recherche de son fils parce qu’il l’a perdu et Po répond en lui disant qu’il avait lui aussi perdu son père lorsqu’il était enfant. Chacun se souhaite bonne chance pour retrouver ce qu’il cherche et se retourne par la suite. Les personnages qui assistent à la scène dans le film sont découragés parce que les deux pandas n’ont pas encore compris que pour l’un c’est son fils et l’autre son père. Après quelques secondes, les deux personnages comprennent et se retrouvent pour la toute première fois et nous, les spectateurs, avons un sourire sur le visage.

Évidemment, le sourire ce n’est pas seulement Po qu’il l’apporte, mais bien le village secret des pandas au complet. Que ce soit les bébés pandas, les vieux pandas et les pandas paysans, ils sont tous aussi gaffeurs et attachants que Po. Ils apportent une source infinie de bonheur aux spectateurs.

La 3D est-elle requise ?

Payer plus cher pour voir Kung Fu Panda en 3D ? La réponse est non. La 3D n’apporte pas assez d’éléments particuliers pour pouvoir en profiter. Les producteurs n’ont pas mis l’accent sur le paysage par exemple ou même les détails des scènes pour utiliser cette technologie afin de créer un effet « Wow ».

Conclusion

Au final, le film Kung Fu Panda 3 vous donnera un sourire tout au long le long par le côté humoristique et maladroit de Po, le panda géant. Parfois, vous serez découragé par ses actions et sa pensée, mais vous allez tout de même l’aimer parce qu’il est attachant. Ce troisième opus est d’une simplicité que les enfants et les parents sauront apprécier. Bon visionnement !

NOTES
Note
8.5
PARTAGER
Diplômée en Animation et recherche culturelle à l'UQAM, grande admiratrice de films d'animation, oui oui parce que je suis un enfant dans l'âme. Je suis une passionnée de cinéma, de séries télé québécoise et américaine, de musique, de livres, de spectacle d'humour et tout ce qui concerne la culture.