Évaluer un téléviseur sans équipement professionnel est toujours une tâche difficile, tant les goûts au niveau du rendu des images peuvent varier d’une personne à l’autre. Ayant cependant utilisé plusieurs téléviseurs 4K ces dernières années, l’opportunité d’essayer ce que LG fait de mieux, avec son Super UHD, ne pouvait se refuser.

LG 55UH8500 Quantum DisplayDesign

Le design d’un téléviseur reste quelque chose de très important, en particulier avec l’augmentation des tailles des écrans qui fait que le produit prend littéralement de plus en plus de place dans nos foyers.

Le produit de LG est sur ce point très réussi, avec un pied arrondi métallique lui donnant un aspect haut de gamme malgré le fait que l’écran en lui même ne soit pas incurvé. Les fines bordures viennent ajouter une impression de légèreté au produit, tout en permettant à l’image affichée de mieux émerger.

L’arrière de l’appareil est recouvert de plastique blanc mat qui change du noir omniprésent sur la plupart des gammes d’appareils concurrents. Cela donne un look très classieux à l’appareil, que ceux qui mettent en évidence l’arrière de leur téléviseur apprécieront.

Le 4K, c’est du déjà vu?

Pourquoi essayer un nouveau téléviseur 4K lorsque l’année dernière les manufacturiers proposaient déjà des modèles très performants et remplissant pleinement les besoins? Après tout, si la définition de l’image n’augmente pas, on pourrait penser que les différences seront minimes.

Et pourtant s’il y a bien un point sur lequel l’année 2016 change les choses, et qui risque de faire grincer les dents des premiers acheteurs de téléviseurs 4K, c’est l’arrivée du HDR. On a tous entendu parler de cette technologie avec les appareils photos et dans les cellulaires, celle-ci permet de faire ressortir une plus grande palette de couleurs et de contrastes dans des images aux conditions lumineuses très difficiles.

La série UH8500 de LG est en effet compatible avec les deux principales technologies HDR du moment, le HDR10 dès la sortie de la boite et le Super HDR de Dolby Vision par le biais d’une mise à jours du firmware. Je n’ai malheureusement eu l’occasion d’utiliser que la première et ne pourrai pas donc pas faire de comparaison, mais la différence est très nette et les couleurs et la luminosité sont impressionnants lorsque le HDR10 est activé. La technologie de Dolby Vision est promet d’aller encore plus loin en permettant au lecteur d’identifier le téléviseur et de régler ainsi les paramètres de manière optimale pour le type de contenu diffusé, afin d’obtenir une image d’un niveau encore supérieur.

LG 55UH8500 HDR Dolby VisionDes acronymes, toujours plus d’acronymes

Super UHD, Dolby Vision, HDR, Quantum IPS, ColorPrime Plus, LG ne manque pas de mots pour décrire les capacités du téléviseur. Sans rentrer dans le détail de chaque terme, ce qui importe finalement est la qualité d’image que l’on parvient à obtenir sur différents types de sources affichées.

Et le moins que l’on puisse dire est que l’appareil de LG est très plaisant à l’utilisation. Les couleurs sont très bien rendues, particulièrement en mode HDR, tandis que la luminosité est très bonne. On regrettera simplement l’absence de noirs profonds, du à l’utilisation de la technologie IPS au lieu de l’OLED. Cela ressort d’autant plus que le téléviseur gère parfois mal le « Local dimming », cette fonctionnalité qui permet de gérer différentes zones de l’écran pour les allumer plus ou moins fort, créant ainsi des tâches grises sur certaines images très foncées. Cela se voit principalement sur les écrans fixes ou les génériques de fin mais assez peu durant des images qui bougent.

L’upscaling, pour sa part, est très performant et l’écran parvient bien à améliorer le contenu en définition standard ou 1080p sans que l’effet de flou ne soit abusé, comme on peut le voir sur certains modèles plus bas de gamme. Ceux qui n’ont pour le moment pas l’intention de racheter tous leurs films en Blu-Ray 4K ou qui regardent beaucoup la télévision seront donc rassurés.

Au final, l’image délivrée par le téléviseur de LG est donc très agréable et correspond à la plupart des usages pour les utilisateurs les plus exigeants.

WebOS 3.0, toujours aussi pratique et fluide

Visuellement, il est assez difficile de distinguer la nouvelle version du système d’exploitation utilisé sur les modèles 2016 par rapport à ceux de l’année précédente. Pourtant quelques nouveautés intéressantes ont été ajoutées, comme la possibilité de partager l’écran ou encore de jouer de la musique à distance même lorsque l’écran est éteint.

Mais le principal atout de WebOS reste sa fluidité. J’ai eu l’occasion de comparer durant une période le système des téléviseur S-UHD de 2016 de Samsung avec celui des LG et la fluidité est clairement en faveur de ce dernier. Le menu des Samsung est parfois inutilisable durant près d’une minute après le démarrage, affichant des saccades ou n’apparaissant tout simplement pas tandis que la solution de LG s’est révélée réactive en tout temps.

Un écran capricieux et qui n’aime pas certains contenus

Alors que je n’avais aucun problème avec la Nvidia Shield Pro sur d’autres téléviseurs, le premier démarrage de l’appareil sur le téléviseur de LG a amené celui-ci à clignoter sans être capable d’afficher quoi que ce soit. J’ai eu beau essayer de changer la résolution, la prise HDMI du téléviseur et autres, rien n’y a fait. Le problème s’est finalement résolu grâce à une mise à jour de Nvidia, mais il reste surprenant qu’un appareil diffusant une résolution d’affichage classique ne puisse être affiché sur le téléviseur de LG alors qu’un modèle S-UHD 2016 de Samsung fonctionnait normalement.

Il en a été de même en ce qui concerne le contenu affiché en 50hz : le téléviseur les refuse tout simplement, affichant un écran noir. Les possesseurs de DVD européens ou de contenus à cette fréquence risque d’être particulièrement frustrés car il leur sera impossible d’utiliser le téléviseur pour cela. LG a eu beau nous confirmer que leur gamme 2017 règlerait ce problème, cela est difficilement pardonnable sur un téléviseur haut de gamme en 2016.

S’il est très performant lorsqu’il affiche le contenu désiré, le téléviseur UH8500 de LG cause un goût amer en refusant tout simplement certains types de contenus, ce qui vient donc entamer l’excellente impression que l’on a du produit.

Conclusion

Ai-je aimé le téléviseur en usage quotidien? Oui, mais… L’image affichée est d’excellente qualité, en met plein les yeux à l’utilisateur et a l’avantage d’être compatible avec les deux standards de HDR en cours de déploiement. Cependant le fait que certains contenus et appareils ne fonctionnent pas avec un téléviseur de ce prix et de cette qualité sont difficilement pardonnables. Certes, il ne reste plus beaucoup d’utilisateurs avec du contenu DVD, qui plus est importé, mais on ne devrait pas avoir à se demander si un contenu sera lu ou non sur un téléviseur en 2016.

Proposé entre 2500 et 3000 dollars canadiens suivant les périodes de promotions, le téléviseur 55UH8500 de LG est à un prix quasiment identique au modèle 55KS8500 de Samsung, qui offre une meilleur compatibilité des contenus et un écran incurvé, sans pour autant être compatible avec le HDR de Dolby Vision. Le produit de LG reste donc un bon choix pour les utilisateurs de contenus HDR qui ne consultent pas de contenu importé ayant des fréquences différentes du marché nord américain.

NOTES
Note globale
7.5
PARTAGER
Féru de nouvelles technologies,constamment à la recherche de nouveaux produits à essayer et analyser. Qu'il s'agisse de téléphones, de tablettes ou autres gadgets électroniques, je me passionne pour tout ce qui est innovant et qu'il saura se distinguer de ce qui est actuellement sur le marché. Trouver le produit parfait, un jour? Peut être, mais après les avoir tous essayés!