Appréciation du DreamHack Montréal 2017 et commentaires sur la finale de Starcraft2 Legacy of the Void: Snute vs Neeb

DreamHack 2017 - Street Fighter

Appréciation

L’évènement s’est déroulé à la place Bonaventure, au centre-ville de Montréal, du 8 au 10 septembre dernier. Un franc succès a couronné l’occasion; il faut dire que nous sommes chanceux d’accueillir au Québec cette compétition majeure de jeux vidéos. Par le passé, Major League Gaming a surtout organisé des évènements en Ontario; c’est bien là tout ce à quoi les Canadiens avaient droit!

Avant d’entrer, on ne se doute pas que les grandes sales en béton et couvertes de moquettes du hall d’entrée feront bientôt place à un havre pour amateurs de jeux vidéos. Gradins pleins à craquer, kiosques d’articles geek, espace dédié à la Vie Budlight, des tables à perte de vue pour que les fans de Lan puissent s’installer et jouer, projecteurs colorés: tout cela était au rendez-vous dans une atmosphère digne des boîtes les plus branchées (musique néfaste en sus). Je ne suis pas ici pour faire une éloge; je suis un passionné qui a vécu son premier évènement de gaming. Outre la compétition de Starcraft2, il y avait aussi des tournois de CS:GO, Streetfighter, Super Smash Bros, League of Legends et HearthStone. Il faut comprendre cette compétition pour ce qu’elle apporte: une expérience unique et du plaisir, certes, mais elle est aussi rassembleuse. Suite à cette occasion, les participants peuvent pleinement apprécier l’ampleur de la communauté des amateurs de jeux vidéos et des geeks du Québec. Même si certains mecs ont décidé d’y trainer leur blonde de force, l’effervescence présente à l’évènement lui donnait toutes les qualités d’une communion.

Il y a, d’ailleurs, une belle leçon anti-racisme que nous pouvons tirer de cette communauté. L’évènement a réuni des gens de tous les horizons; que vous ayez les yeux bridés, la peau colorée ou un accent étranger, vos camarades gamers ont une seule question: êtes-vous bon? Jouez-vous avec un dynamisme et une violence inouïe? Pouvez-vous teabagger quelques pros? Êtes-vous dans les 3-400 apm (actions par minute)? Entre geeks, c’est ainsi que l’on s’estime et qu’on se respecte!

À voir la multitude d’activités disponibles et les myriades d’articles en vente, il est certain que le DreamHack Montréal avait de quoi plaire à tous. Si vous aviez envie d’apporter votre ordinateur pour faire un Lan avec des amis et prendre une boisson énergisante, c’était possible. Personnellement, j’ai bien aimé le kiosque de peluches de Nintendo ouu Toon Link, Waddle Dee de Kirby et Mario attendaient des mains preneuses. Lorsque j’ai remarqué que le coin des Speedruns (passer un jeu le plus vite possible) était consacré aux jeux rétros en 2D de Megaman, la nostalgie m’a assené le coup de grâce. Que ce soit un casque de John 117, une Sheik grandeur nature ou une lame de dark templar en ballon, le DreamHack offrait de quoi contenter tout le monde.

DreamHack 2017 - StarCraft

Commentaires sur la finale de Starcraft2

Permettez-moi maintenant de commenter la finale de Starcraft 2: Legacy of the Void. Pour la joute, Snute a affronté Neeb dans un 4 de 7 on ne peut plus inattendu. Snute, un zerg, est bien connu sur la scène compétitive de Starcraft2; cela fait longtemps qu’il court les tournois du circuit Pro et son expérience du jeu est donc considérable. En revanche, Neeb, un joueur protoss, est plus nouveau dans la compétition. Il n’est pas un Pro que je connaissais et, jouant la même race que lui, j’ai été agréablement surpris par sa performance.

Durant la première partie, cela paraissait que les deux finalistes se jaugeaient. Alors que Snute y est allé pour une stratégie économique (il a fait sa quatrième base dès que possible), Neeb a choisi un focus d’unités aériennes. Voyant que ses premiers oracles pouvaient capitaliser sur les drones adverses, ce qui était un agression rapide de Neeb avec un seul void ray et deux oracles s’est transformé en production abusive d’oracles. Snute a bien répondu malgré son incapacité à défendre toutes ses bases; il a été carrément avare pour la première partie. Sachant que son adversaire essaierait de contrer sa flotte avec des hydralisks, Neeb a bien anticipé l’armée de Snute: il a ainsi produit une poignée d’archons et d’immortals en réponse. La contre-attaque protoss, jouant les points d’étranglement sur la carte, a été très efficace et, en dépit de l’absence de warp prism du côté de Neeb, son armée a méthodiquement éliminé les mutalisks et les hydralisks de Snute avant d’aller raser les bases adverses. Des applaudissements à tout rompre retentirent et le pointage était déjà 1-0 en faveur de Neeb.

L’image au grand-écran a traditionnellement glissé d’un joueur à l’autre et, sans dire que Neeb avait l’air confiant, cela paraissait qu’il en gardait sous la pédale; sa nervosité révélait qu’il gardait plus d’un tour dans son sac. Neeb a dû analyser plusieurs parties antérieures de Snute avant la compétition à Montréal. À ce niveau, je ne crois pas que c’était mutuel entre les deux joueurs: Snute n’avait probablement pas autant examiné son ennemi. Il avait foi en ses capacités et ses stratégies qui avaient déjà fait leurs preuves par le passé.

À mon avis, c’est là toute la clé de l’issue de la série: après une première défaite, Snute n’avait pas l’air d’y croire. Sa confiance était ébranlée. À moins, me dit Vince (ami avec qui j’assistai à la finale), que ce soit la caméraman « chix » qui déconcertait Snute. On a rit. En général, les Pros ont des stratégies planifiées à l’avance et ils connaissent très bien les choix les plus fréquents de leurs adversaires. Autrement dit, ils ont une réponse bien établie aux décisions de construction et de production que feront les autres. Or, Neeb a montré qu’il était un « jack of all trades », un joker dans un paquet de cartes: ses stratégies et constructions incluaient un peu de tout au lieu de prendre une direction unilatérale et rigide. Je crois que c’est cela qui a déstabilisé Snute: il ne savait plus à quoi s’attendre.

Le finaliste zerg a changé de tactique dès la seconde partie. Il s’est décidé pour une confrontation initiale avec seulement deux bases au lieu de quatre. Un rush, donc, me suis-je dit. J’avais tort! Qu’allais faire Neeb? Snute ne le savait pas et c’est pourquoi il n’a jamais essayé un  »all in » en début de match avec des zerglings rapides ou des roachs. Il voulait savoir ouu Neeb dépendait son argent, histoire de s’engager dans une direction avec une information ou une preuve qui le rassurerait dans son choix de stratégie. Rien à faire. Neeb a fait un premier oracle, puis un twilight council avec des high templars. Par le temps que Snute aie ses hydralisks et ses roachs, Neeb avait des archons. Ensuite, le protoss lance une double Robotics Bay. Quand à lui, Snute se décide à bouger son armée vers le camp adverse. Les immortals de Neeb, combinés au archons et à l’infanterie, n’ont fait qu’une bouchée des troupes de Snute. 2-0 Neeb.

Le même massacre s’est reproduit en troisième manche, plus convaincant cette fois. Neeb a sorti son warp prism et les débarquements d’archons, ont donné du fil à retordre au zerg. De plus, le protoss harcelait constamment les expansions de Snute avec des dark templars et des zealots ayant l’habileté de charger. J’ai eu l’impression que le talent de Neeb pour le multi-tâche était nettement plus aiguisé que celui de Snute. Le zerg a notamment laissé des bases se détruire sans même essayer de sauver ses drones. De plus, il a simplement lancer ses unités dans la gueule du loup en même temps; je suis surpris qu’il n’aie même pas essayé de battre en retraite. Peut-être qu’un drop de banelings sur les immortals au centre de l’armée de Neeb aurait donné la victoire à Snute. Le zerg a réussi un fungal growth génial avec ses infestors, mais ce n’était pas suffisant. GoodGame, GG, bonne partie, mon vieux. Snute s’incline 3-0; à croire que la capacité d’adaptation de Neeb était parfaite pour contrer l’expérience du joueur zerg.

Sans doute, pour Snute, la peur de l’inconnu c’était transformée en phobie. Le zerg a été extrêmement prudent lors de la quatrième partie. Il a choisi une ouverture commune à trois bases, mais sa troisième était un peu retardée afin de lui permettre de produire quelques unités plus tôt. Snute s’est très bien défendu, son attaque de zerglings en début de partie a ralenti l’économie du protoss: les petites bêtes griffues courraient partout dans la base de Neeb; c’est toujours comique à voir. Quand la sentry de Neeb a pointé son nez de robot, par contre, la comédie était terminée. Les deux camps se sont amassé une énorme armée avant de déployer leurs troupes en territoire ennemi. Il y avait une composition variée d’unités au sol des deux côtés avant la confrontation: banelings, hydralisks, roachs, infestors et mutalisks pour Snute (pourquoi pas faire un peu de tout, moi aussi), contre un lot d’archons, d’high templars avec storms, d’immortals et une collection d’infanterie issue de gateways pour Neeb. Le splash damage des archons et des storms, en plus des débarquements de warp prisms ont favorisé Neeb. Snute était bien placé, il avait réussi à encercler les forces ennemis près de leur base, mais les forcefields et les storms réguliers de Neeb ont eu raison du zerg aguerri. Victoire écrasant de Neeb: 4-0. Il sera sans doute à surveiller pour la suite du circuit Pro.

En remerciant toute l’équipe du DreamHack Montréal 2017, je croise les doigts pour que vous réaparaissiez l’an prochain!

DreamHack 2017 - Hearthstone

Print Friendly, PDF & Email
Geeks And Com' est LIVE! Cliquez ici pour venir nous voir!
CURRENTLY OFFLINE