Le mari de Lena, un soldat, est porté disparu depuis 1 an après avoir commencé une mission secrète. Un beau jour, il revient à la maison très malade. Que lui est-il arrivé? Lena et son mari sont amenés dans un endroit secret militaire. Près de la base militaire, une zone entourée d’une barrière mystérieuse et étrange s’agrandit de jour en jour. Ceux qui s’aventurent et qui explorent la zone disparaissent, se suicident ou deviennent malades (cancers et traumatismes mentaux). La majorité du temps, personne ne revient de l’expédition. Lena, biologiste, veut comprendre ce qui est arrivé à son mari. Elle se propose volontaire avec quatre autres femmes (anthropologue, psychologue, géomètre, ambulancière) à une expédition dans la zone nommée The Shimmer.

Fiche technique

  • Titre original : Annihilation
  • Titre français : Annihilation
  • Date de sortie : 23 février 2018 (Canada) | 7 mars 2018 (France)
  • Réalisé par : Alex Garland
  • Scénario par : Alex Garland
  • Acteurs : Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Gina Rodriguez, Tessa Thompson, Tuva Novotny, Oscar Isaac
  • Distributeur : Paramount Pictures
  • Genre : Science-fiction, horreur
  • Durée : 115 min
  • Pays d’origine : États-Unis, Royaume-Uni
  • Langue : Anglais (aussi en français)

Basé sur la série de roman de Jeff VanderMeer (que j’ai découvert l’existence au moment d’écrire ce texte), le film Annihilation propose une histoire de science-fiction remplie de mystère. Si vous aimez les films comme Alien (et Prometheus), Arrivals ou Interstellar, c’est le genre de film qui risque de vous plaire.

Des images et du son magnifiques

C’est un film avec beaucoup d’ambiance, aussi visuelle que sonore. Le visuel d’Annihilation est complètement génial. Il y a une beauté terne et grisâtre, voire horrifique, avec celle de la nature très colorée (fleurs). Les paysages sont à couper le souffle et c’est sans doute l’une des forces de ce film. Et c’est sans compter, la beauté des effets spéciaux qui agrémente de beaucoup cette histoire de science-fiction.

Une autre force d’Annihilation est la trame sonore. J’ai trouvé que celle-ci vient relever l’ambiance visuelle à un autre niveau. Et elle vient créer une tension palpable durant les deux heures. Par moment, le film glace le sang. Ce n’est pas tellement effrayant. Néanmoins, il y a toujours un doute dans l’esprit du spectateur où il se demande à quel moment la « tranquillité » sera remplacée par une dose d’adrénaline qui pousse les personnages à passer en mode survie.

Un scénario un peu faible

Malgré tous ces aspects géniaux du film, Annihilation a aussi des points négatifs et c’est le scénario qui en souffre légèrement. J’ai trouvé que l’histoire n’était pas au même niveau que le visuel et l’ambiance sonore. De manière générale, le scénario est assez simple, mais très intéressant. J’aime bien l’aspect évolution des espèces et la mutation des gènes qui sont les thèmes principaux. Mais ce qui englobe le film qui aurait pu être mieux développé.

Par exemple, j’aurais bien aimé que l’on découvre plus l’évolution et la mutation des animaux (voir plus de scènes avec une plus grande variété d’animaux dangereux). Ou encore, l’histoire qui explique la relation entre Lena et son mari qui se dégrade apporte peu au scénario. Bien sûr, il y a une analogie avec la mutation des cellules qui sont programmées pour s’autodétruire et c’est ce que le couple fait. Mais bon, l’histoire aurait été la même sans cet aspect scénaristique.

Par contre, j’ai apprécié la manière dont le scénario est développé où l’on découvre ce qui s’est passé durant l’expédition de Lena (qui est la seule à revenir vivante de l’expédition) et des quatre autres femmes. Ça apporte une autre touche de mystère au scénario. Même si le scénario est lent, le montage et l’ambiance font que le film ne semble pas durer près de deux heures. Je crois que le fait que le scénario soit séparé en chapitres aide grandement à ce que le film passe rapidement même s’il y a une certaine lenteur.

Natalie Portman et une forte distribution

La distribution d’Annihilation est solide. Natalie Portman donne toute une prestation dans ce film. Et elle est magnifiquement bien soutenue par des personnages féminins fort interprétés par Jennifer Jason Leigh, Gina Rodriguez, Tessa Thompson et Tuva Novotny. Même si Oscar Isaac n’a pas un rôle si important dans le déroulement de l’histoire, il vient rehausser les retours en arrière avec Natalie Portman. Par contre dans sa prestation, j’ai retrouvé un peu le même genre d’attitude qu’il a dans les Star Wars. Ce n’est rien de négatif, mais il a cette même fougue dans le regard. Les cinq personnages féminins qui s’aventurent dans le Shimmer donnent à la fois des scènes « héroïque » et de terreur. Elles sont de beaux personnages variés (personnalité, attitude, forces) qu’on finit par s’attacher avant qu’elle tombe au combat.

 

Tout ça pour dire qu’Annihilation est un bon film. Par contre, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus fantastique comme scénario. Si je fais abstraction des quelques faiblesses scénaristiques, Annihilation est un excellent divertissement qui vous en mettra plein la vue et plein les oreilles avec son visuel hors pair et sa trame sonore mystérieuse et inquiétante. Pour les amateurs de films de science-fiction et de survie d’horreur vont sans doute grandement apprécier Annihilation. C’est certainement un film à voir au grand écran!

 

NOTES
La réalisation
9
Le scénario et l’histoire
7
Le jeu des acteurs
9
Les effets spéciaux
10
La trame sonore
10
Le plaisir durant le visionnement
9
PARTAGER
Designer UX/UI et amateur de la pop-culture et de la culture asiatique (surtout la Corée du Sud avec sa K-Pop et ses K-Drama et le Japon), je suis l’un des fondateurs du site web la Zone TechnoCulturelle et maintenant, je suis rédacteur en chef de la section Culture Geek du site web Geeks and Com'. Je produis du contenu de tout type sur ce qui me passionne. C’est majoritairement des critiques écrites, mais de temps en temps, j’aime bien faire des vidéos unboxing et des critiques vidéo (Entrer dans la Zone) ou encore des baladodiffusions (Entre les cases de 2013 à 2015).