Le plus populaire simulateur d’extermination massive de rats, en mode coopératif, est de retour avec sa suite tant annoncée Vermintide 2. Si vous ne connaissiez pas le tout premier Vermintide : End of Times, vous êtes passés à côté d’un des jeux coopératifs parmi les plus complets et les plus aboutis disponibles sur le marché. Vous aurez la chance de vous rattraper avec sa suite intitulée Vermintide 2, qui, sans nécessairement revoir les mécaniques du jeu, est une très belle amélioration en tous points et je vous explique pourquoi dans cette critique.

Fiche technique

  • Date de sortie : 8 mars 2018 ( Microsoft Windows )
  • Style : Action, Coopération
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 17+
  • Développeur : Fatshark
  • Éditeur : Fatshark
  • Langues d’exploitation : Anglais avec sous-titre Français et Anglais
  • Disponible sur PC
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : 32.99 $ CA / 19.99 
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Toujours un air de fin du monde

Le jeu continue là où le premier s’est terminé et, malheureusement, la fin du monde est toujours d’actualité. Nos héros ont donc comme mission de survivre et de détruire un portail qui permet l’arrivée massive d’hordes de Skaven et de guerriers du Chaos. Votre périple de base consiste en 13 missions qui ont pour but de vous rapprocher de l’emplacement du portail pour le détruire. Avant, vous devrez affronter la horde de monstres qui se dresseront sur votre chemin.

Les mêmes classes avec différentes spécialisations

Si le jeu ne s’est malheureusement pas bonifié de nouveaux héros, il offre désormais un système de spécialisation. Vous retrouverez donc les 5 comparses d’origine parmi lesquels figurent Kerillian, l’elfe sylvaine qui utilise principalement l’arc, Markus Kruber, le soldat de l’Empire ou alors Bardin Goreksson, le fameux nain.

Chaque personnage possède son style unique et il n’est pas possible d’avoir plus d’un même héro dans notre partie.

La nouveauté dans cette suite est que vous pourrez vous spécialiser et donc, changer certaines de vos compétences actives et passives afin de modifier, en partie, votre façon de jouer. Un personnage qui utilise principalement une arme à distance comme Kerillian peut se spécialiser afin d’être beaucoup plus efficace avec une arme de combat rapproché comme une lance ou ses dagues de combats.

Des décors à couper le souffle

Si le tout premier Vermintide était déjà plutôt beau à voir, le nouveau se renouvelle avec brio. Le jeu arrive à la fois à offrir des décors sublimes et des effets d’ombres et de lumières d’un réalisme incroyable.

Le plus beau dans tout ça, c’est qu’on arrive à affronter des dizaines, voire des centaines d’ennemis sans ressentir de lenteur dans le jeu ou d’avoir de la difficulté à rapidement trouver les ennemis spéciaux qu’on doit rapidement éliminer. Il y a un gros travail fait tant au niveau de l’optimisation du jeu que de celui de la lisibilité lors des combats et le tout s’agence parfaitement avec la superbe touche artistique du jeu.

Un nouveau mode de jeu

Une des principales nouveautés dans cette suite est l’apparition du mode de jeu qui permet de faire des missions avec l’ajout de contrat. Ces contrats permettent d’ajouter différents préfixes et suffixes à différents attributs du jeu. Ces changements peuvent modifier drastiquement la difficulté que va représenter votre mission. En échange, vous obtiendrez de puissantes récompenses à la fin de votre mission en plus des récompenses qu’offrait à la base votre mission.

Ce système permet de changer efficacement les missions qui devenaient redondantes au fil du temps. Le seul hic, c’est que vous ne pourrez pas utiliser l’outil de recherche de joueurs pour faire des parties avec contrat.

De plus, le système de butin a été revu, en quelque sorte. Vous devrez quand même ramasser des tomes et des grimoires cachés un peu partout, mais, au lieu d’obtenir des dés à lancer, vous obtiendrez un coffre dont la qualité dépend de ce que vous aurez accumulé durant votre mission.

Un bon potentiel à long terme

En observant de près notre nouveau refuge, la forteresse de Helmgart, on remarque que la salle principale est remplie de petites sections pour des tableaux et divers objets qui pourront être mis en place au fil du temps. Donc, si vous trouvez que passer au travers des 13 missions de base ne vous a pas entièrement satisfait, sachez que la compagnie Fatshark a la réputation d’être très généreuse avec sa communauté et il ne serait pas surprenant que cette salle s’agrémente au fil du temps.

Avec ce qui est offert au lancement, vous pourrez compter sur environ 30 à 45 minutes par carte et vous aurez fait le tour des 13 missions en moins de 8 heures. Heureusement, terminer le scénario principal n’est que le début de votre aventure. Par la suite, vous pourrez refaire à volonté chaque carte pour obtenir le meilleur équipement possible pour vos héros.

NOTES
Note d'appréciation
8.5
PARTAGER
Je me considère avant tout comme un passionné de tout ce qui touche l’univers geek et otaku. Développeur web et logiciel de profession, je m’intéresse autant à la conception des jeux qu’aux produits finis. J’affectionne tout particulièrement les MMORPG, mais je demeure un touche-à-tout qui s’intéresse à presque tous les genres.