Dans les jours qui suivent son attaque cérébrale, les ministres composant la garde rapprochée de Stalin se livrent à un combat acharné pour prendre le contrôle, certains souhaitant un changement positif en Union soviétique, d’autres nourrissant des ambitions plus funestes. Mais tous sont dans la même urgence : lutter à tout prix pour rester, simplement, en vie.

Fiche technique

  • Titre original : The Death of Stalin
  • Date de sortie : 16 mars 2018 (Canada) | 4 avril 2018 (France)
  • Réalisé par : Armando Iannucci
  • Scénario par : Armando Iannucci, David Schneider, Ian Martin et Peter Fellows (basé sur la bande dessinée de Fabien Nury et Thierry Robin)
  • Acteurs : Steve Buscemi, Jeffrey Tambor, Simon Russell Beale et Jason Isaacs
  • Distributeur : Entract Films (Québec) | Gaumont (France)
  • Genre : Comédie, Drame historique
  • Durée : 106 min
  • Classement : 13+
  • Pays d’origine : Royaume-Uni, France
  • Langue : Anglais (aussi en français)

Étant un passionné de tout ce qui touche la guerre froide, j’attendais ce long-métrage depuis un bon moment, je n’ai cependant pas fait la lecture de la bande dessinée qui l’a inspiré.

Une satire déjantée

D’entrée de jeu, nous sommes mis en face de l’absurdité de la vie sous le régime de la Grande Terreur, un opérateur de radio qui doit faire des pieds et des mains afin d’acheminer à Stalin un enregistrement du concerto qu’il vient de diffuser, mais n’a pas enregistré. Le film passe ensuite à la résidence du Premier de l’Union soviétique où l’on est introduit à son conseil de ministres, lesquels agissent tous comme des bouffons afin de rester dans les bonnes grâces de leur chef.

Là où Steve Buscemi brille par son interprétation comique de Khrushchev, Simon Russell Beale est tout aussi terrifiant, en plus d’être comique, dans le rôle de Beria. Jeffrey Tambor, quant à lui, interprète un Malenkov un peu égaré mentalement. Ce trio forme le cœur du film et l’on ne pourrait rêver d’une meilleure trinité d’idiots afin de nous faire revivre la succession de Stalin.

Changement de ton un peu lourd

Bien que j’ai adoré la première moitié du film, à un certain moment le ton du film passe de la satire à la paranoïa et le scénario en perd son côté comique. Malgré l’imposante présence à l’écran de Jason Isaacs, dans le rôle de Zhukov, son côté plus grand que nature n’a pas l’effet loufoque escompté et les blagues se mettent à tomber à plat, ce qui a pour effet de rendre le scénario lourd et lent.

The Death of Stalin est malheureusement un film inégal, autant la première moitié est loufoque et géniale, le changement de ton du film rend la seconde partie très lourde et peu plaisante à regarder. Par contre, les acteurs livrent la marchandise de bout en bout sans ralentir. À voir sur grand écran si vous aimez les acteurs du film, sinon attendez la sortie en Blu-ray ou en vidéo sur demande.

NOTES
La réalisation
5
Le scénario et l’histoire
6
Le jeu des acteurs
9
Le plaisir durant le visionnement
5
PARTAGER
Je gaspille mon temps devant la télé et les écrans de cinéma, donc autant en parler...