C’est en 2014 lors de la conférence de Microsoft à l’E3 2014 que les développeurs du studio Sumo Digital ont annoncé Crackdown 3. Pendant de nombreuses années, les amateurs de la franchise n’ont eu pratiquement aucune nouvelle du titre. Ce n’est qu’à l’E3 2017 que Phil Spencer à annoncé que le jeu serait disponible le 7 novembre de cette année. Néanmoins si vous lisez ces lignes, vous avez sans doute compris que Crackdown a été repoussé. À la suite de cette communication un peu chaotique, le jeu est enfin prêt et sera disponible dès le 15 février. Geeks and Com’ vous propose le test complet de Crackdown 3 effectué sur Xbox One X.

Fiche Technique

  • Date de sortie : 15 février 2019
  • Style : Action
  • Classement ESRB/PEGI : M / 18
  • Développeur : Sumo Digital / Elbow Rocket
  • Éditeur : Microsoft Studios
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Testé effectué sur Xbox One X
  • Disponible sur Xbox One et Windows 10
  • Prix lors du test : 59,99 $ / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur
Bande-annonce de lancement de Crackdown 3

AVIS

Au moment d’écrire ces lignes, nous n’avons toujours pas eu l’opportunité d’essayer le mode multijoueur Wrecking Zone qui est actuellement en test auprès de plusieurs joueurs membres du programme Xbox Insider. Le mode sera disponible un peu plus tard.

Les agents sont de retours !

Tout comme les deux premiers opus de la franchise, le joueur incarne un agent qui lutte contre le crime organisé. Cette fois-ci, les agents font face à une organisation criminelle qui a lancé une attaque informatique coupant l’électricité partout sur la planète. Pour contrôler les survivants, cette organisation a pris la décision de créer une île nommée New Providence. Contrôlée par TerraNova Worldwide, l’île est construite au cœur cuisant d’un volcan récemment et mystérieusement revenu en activité. Cette cité exploite toutes les ressources de la région, matérielles et humaines, alors qu’elle se prépare à mettre en œuvre la prochaine phase de son plan diabolique. C’est à vous en tant qu’agent de reprendre le contrôle et de sauver la planète ! Le scénario reste très classique, mais les développeurs ne sont jamais cachés que l’expérience était au cœur de Crackdown 3.

Des explosions et des armes

Pour vaincre la compagnie criminelle TerraNova Worldwide rien de mieux que des explosifs et des dizaines d’armes. C’est en effet ce que propose Crackdown 3 alors que vous devez parcourir le monde ouvert à la recherche de nouvelles armes et gadgets. Une fois ces derniers déverrouillés, ils seront disponibles dans votre arsenal. Pour changer votre équipement, vous n’avez qu’à capturer des planques. Avec celle-ci vous pouvez faire apparaître des véhicules et l’ensemble de vos armes. De plus, il est également possible d’utiliser vos poings pour vaincre vos ennemis. En termes de jouabilité, il est amusant de pouvoir changer d’armes assez souvent et de modifier notre façon de jouer. Néanmoins, il n’y a pas vraiment de différence concernant la puissance de notre arsenal. Que vous ayez une grenade de glace ou encore une grenade incendiaire, elles feront sensiblement les mêmes dégâts. Il est vrai que pour vaincre certains types d’ennemis il est préférable d’utiliser des armes spécifiques, mais cet aspect aurait dû être beaucoup plus présent selon moi. Les armes plus génériques sont efficaces sur l’ensemble des ennemis.

Évoluer en jouant

L’un des points que je trouve le plus intéressants dans Crackdown 3 et pour ce type de jeu est le système d’évolution en jouant. En d’autres mots, votre personnage évolue selon les actions que vous accomplissez. Si on souhaite être meilleur au corps à corps, il suffit d’éliminer des ennemis de cette façon. Si on souhaite obtenir des véhicules modulables, il suffit de conduire le plus de voitures possible. Votre expérience est, donc, adaptée selon votre style de jeu. Cependant, il faut être patient ! Les jauges pour monter de niveaux sont extrêmement lentes et même si les développeurs ont mis à notre disposition des orbes permettant d’améliorer nos capacités plus rapidement, il faut de nombreuses heures de jeux pour en ressentir les effets. Selon moi, il aurait été plus judicieux d’être généreux lorsqu’il s’agit de grimper de niveaux de compétence. Le joueur aurait eu l’impression d’être plus en contrôle de son personnage. Notre niveau monte tellement pas rapidement que je n’avais même pas envie d’explorer le monde pour trouver les orbes cachés.

Des missions répétitives

Comme la plupart des jeux à monde ouvert, il n’est pas évident de trouver le bon équilibre entre les différentes activités à faire. Crackdown 3 n’y échappe pas et les missions sont très répétitives. Après plus de 5 heures de jeu, on tombe rapidement dans la routine. Dans chacune des missions, vous devez éliminer des ennemis de plus en plus fort. Une fois les zones sécurisées, on récolte de l’information sur les hauts dirigeants de TerraNova Worldwide. Une fois que nous avons suffisamment semé la pagaille, nous pouvons affronter un boss. Ce dernier m’a plutôt fait penser à un sac à PV plutôt qu’à un réel défi. Pendant plus de 15 minutes souvent, on fait des roulades et on tire sur l’ennemi en question jusqu’à ce que ce dernier soit éliminé. Il n’y a rien de gratifiant à vaincre ces boss et je me suis même demandé s’ils étaient vraiment nécessaires. Oui ils ajoutent à l’histoire et permet d’avoir un système qui ressemble aux jeux Shadow of Mordor. Cependant, même si le joueur peut choisir quel boss il préfère attaquer en premier on en revient à mon énoncé du départ. On va sur une zone et on élimine la ou les menaces. Ce cercle se poursuit pendant des heures et des heures alors que nous retrouvons un tout petit peu de diversité dans des phases qui demandent un peu plus d’agilité.

Une jouabilité très arcade

La jouabilité de Crackdown 3 est tout sauf précise. C’est justement dans les phases verticales et d’agilité mentionnée un peu plus haut que ça se ressent le plus. Alors que nous tentons de grimper une gigantesque tour, nous tombons, car nous avons raté la plateforme. La caméra n’aide en rien alors que cette dernière tourne automatiquement à chaque fois que nous sautons. Très rapidement nous sommes perdus et on doit rester planté sans bouger pour essayer de comprendre comment grimper encore plus haut. Au niveau des sensations de tirs, je n’ai trouvé aucun vrai plaisir, peu importe l’arme que j’avais. On reprend les mêmes sensations que des jeux tels que Saint-Row. Si vous cherchez de bonnes sensations à la conduite, au tir et dans vos déplacements, Crackdown 3 n’est pas fait pour vous.

Une technique étonnante

Comme sans doute plusieurs joueurs, j’avais de très grandes peurs avant même de lancer le jeu pour la première fois. Les bandes-annonces ne donnent pas vraiment envie et la qualité visuelle semble être parfaite….. pour l’ancienne génération de console. Heureusement, j’ai été grandement surpris dès les premières heures de jeux. Les effets d’explosions, les cinématiques avec notamment la modélisation des visages permettent à Crackdown 3 de pas trop mal s’en tirer. Certes ce n’est pas le plus beau jeu du monde, mais il a son charme et sur une Xbox One X nous profitons pleinement de la fonction HDR et de la résolution 4K. De plus, le titre est très stable et je n’ai pas noté de baisse de FPS même dans des zones avec de nombreux ennemis et plusieurs explosions simultanées.

Conclusion

Crackdown 3 aurait pu être bien pire ! Le titre souffre énormément selon moi de son développement chaotique et de sa jouabilité dépassée. Si ce n’était pas de l’effet HDR et de la résolution 4K, le titre développé par Sumo Digital pourrait être confondu avec un jeu d’ancienne génération. Les missions et activités sont répétitives et le système de progression de notre personnage n’est pas assez généreux. Néanmoins, je crois que si on y joue à deux en coopération et que l’on souhaite uniquement une expérience pour se défouler, Crackdown 3 peut procurer un peu de plaisir.

NOTES
Note
6
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.