Le studio parisien Cosmografik a développé une nouvelle expérience vidéoludique disponible dès maintenant sur mobile, PC et maintenant sur Nintendo Switch. Intitulé Vandals, le titre est un jeu de casse-têtes et de stratégie édité par ARTE. Envie d’expérimenter cet hommage au graffiti ? Voici notre test complet !

Fiche Technique

  • Date de sortie : 12 avril (PC et Mobile) et 25 avril 2019 (Nintendo Switch)
  • Style : Casse-têtes et stratégie
  • Classement ESRB/PEGI : E / 3
  • Développeur : Cosmografik, Novelab, Ex Nihilo et ARTE France
  • Éditeur : ARTE France
  • Langue d’exploitation : Interface et texte en français
  • Testé effectué sur Nintendo Switch
  • Aussi disponible sur PC, iOS et Android
  • Prix lors du test : 5,99 $ / 4,49 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Laisser sa marque

Vandals est, tel qu’indiqué dans l’introduction de ce test, un jeu de réflexion et de casse-têtes. Le joueur est au contrôle d’un personnage qui doit réussir à créer un graffiti sur un endroit bien spécifique. Le tout sans alerter l’autorité qui fera tout pour vous en empêcher. Un peu à la manière de Hitman GO, Vandals est un jeu au tour par tour. Lorsque vous déplacer votre personnage ou effectuer une action, vous devez laisser le temps aux gardes de faire la même chose. L’objectif étant toujours d’avoir un coup d’avance pour éviter de vous faire arrêter. Le titre est divisé en plusieurs niveaux permettant de parcourir 5 grandes villes du monde ayant toutes une culture graphique distincte. Vandals permet aussi de faire la découverte de l’évolution des graffitis et des arts de la rue de 1960 à aujourd’hui. Selon moi, le contexte est intéressant même s’il est sous-exploité. J’avais plus l’impression d’enchaîner des niveaux sans pour autant remarquer des changements significatifs. Selon moi, l’idée historique derrière le jeu aurait dû être mise encore plus de l’avant.

Une construction réussie

La construction des niveaux est, sans doute, le meilleur élément de Vandals. Ces derniers sont très nombreux. Le jeu complet en compte plus de 60 casse-têtes à terminer. La difficulté est progressive. En d’autres mots, les niveaux de Vandals sont de plus en plus difficile et plus on avance dans le jeu plus on y retrouve des subtilités. Au départ, nous avons qu’à éviter les gardes afin de réussir le niveau. Cependant, les développeurs ont ajouté certaines fonctionnalités telles que l’utilisation de bouteille pour créer des diversions ou encore la possibilité de créer des passages dans des clôtures et bien plus encore. Les niveaux offrent, donc, un défis très intéressant surtout si vous souhaitez les compléter à 100 %. Pour ce faire, il faut terminer le niveau en créant un graffiti à l’endroit indiqué, récupérez une étoile bonus, ne pas se faire détecter une seule fois et terminer le niveau dans un nombre de coups spécifiques. À ma grande surprise, j’ai dû recommencer de nombreuses fois afin de réussir à 100 %. La courbe de progression aurait, selon moi, pu être un peu moins intense malgré tout. Très rapidement, on se retrouve dans des niveaux beaucoup plus difficile sans maîtriser complètement le jeu.

Une technique qui s’adapte

Principalement développé pour les appareils mobiles, je constate que Vandals s’adapte très bien à la Switch. Surtout en mode portable ! Il est bien entendu possible de contrôler notre personnage et nos actions avec les bâtons analogiques, mais les développeurs nous force à se servir de l’écran tactile. En effet, pour créer votre graffiti, il faudra utiliser vos talents en dessins ou encore utiliser votre nom et certains effets déjà pré configuré. Un aspect intéressant qui permet sans aucun doute aux plus talentueux de pouvoir créer de petites œuvres. Sans être extrêmement précis, l’outil de création et suffisamment complet pour permettre de laisser libre cours à notre imagination. Il est également possible de consulter un livre dans le menu du jeu regroupant l’ensemble de nos graffitis.

Conclusion

Vandals a un très bon rapport qualité/prix. Sans être une révolution dans le genre des jeux de réflexion, le titre développé principalement par Cosmografik est un concept intéressant. La durée de vie est suffisante avec plus de 60 niveaux ayant chacun une difficulté progressive. Même si la courbe de progression est très rapide ou encore que les niveaux peuvent devenir un peu répétitifs, Vandals est un bon moyen de passer le temps tout en se creusant les méninges. De plus, il n’y a rien à dire sur la technique de ce portage sur Switch alors que je n’ai eu aucun bogues lors de mon test.

NOTES
Note
7.5
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.