Il y a de cela fort longtemps, un studio du nom d’Insomniac Games décida que l’aventure d’un petit dragon pourrait plaire à un certain public. Ce petit dragon, du nom de Spyro, était loin de réaliser qu’il ferait son bout de chemin ! En effet, une franchise vit le jour et plusieurs autres jeux apparurent sur le marché. Console portable, apparition dans d’autres titres, mélange de genre, bref, notre héros est populaire. Après quelques années tranquilles, c’est sous une réédition contenant les trois premiers titres qu’il revient. Assez fort pour y voir un certain avenir ? Ou est-ce que notre cracheur de feu préféré ne fait plus le poids ? C’est ce que nous saurons dans ce test de Spyro Reignited Trilogy !

Retrouvez notre test original de la trilogie.

Fiche Technique

  • Date de sortie : 3 Septembre 2019 (version Switch)
  • Style : Aventure / Plateforme
  • Classement ESRB/PEGI : E /PEGI 7
  • Développeur : Toys For Bob
  • Éditeur : Activision
  • Langue d’exploitation : offert en anglais, sous-titre français
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Aussi disponible sur : Xbox One, PlayStation 4 et PC
  • Prix lors du test : 49,99 $ / 43,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Beau beau dragon!

Comme mentionné plus tôt, Spyro Reignited Trilogy contient les trois premiers jeux de la série. On pourrait faire la critique de chacun d’eux, mais en toute transparence, cela n’est aucunement nécessaire. Vous allez rapidement constater que certains points sont applicables pour l’ensemble des titres. Du point de vue de l’histoire, Spyro est loin d’être complexe et peut être compris très rapidement. C’est pourquoi nous allons parler de l’œuvre dans son ensemble.

Premièrement, les trois Spyro ont été améliorés au niveau de leur apparence graphique. Excellent travail de ce côté, les jeux donnent l’impression d’être sorti dans les dernières années plutôt que dans les années 90. Au niveau du son également, un énorme travail a été fait sur ce point. Bien que la version Switch soit moins belle que sur les autres plateformes, on remarque la différence seulement si on s’y attarde vraiment. C’est plutôt sur d’autres points que l’on constate que le tout est un peu vieillot.

Tu es beau, Spyro!

Le temps peut faire des ravages

Premièrement, le premier Spyro est loin d’être des plus intéressants, on va se le dire. Jeu de plateforme très simpliste, on se déplace d’un point à l’autre, on bat des ennemis facilement. C’est ce que l’on fait constamment. Ce qui est bien, c’est que l’on remarque l’amélioration qui s’est faite avec le temps quand on passe d’un titre à l’autre. Le troisième est visiblement le meilleur, avec des phases de jeu très variées et amusantes. Mais après cela, il reste un point désastreux qui reste : la foutue caméra. On se fâche souvent concernant l’angle de vue sous lequel on se trouve et c’est dommage. C’était le cas avant, ce l’est toujours aujourd’hui et il aurait été très bien que l’on travaille sur ce point. Mais bon, on ne peut pas tout avoir dans la vie.

Par contre, le titre représente un certain défi pour celui qui désire amasser tous les articles dans chacun des jeux. Premièrement, parce qu’il y en a tout de même beaucoup, mais aussi parce que certaines phases sont ridiculement difficiles comparativement au reste du jeu. Alors que l’ensemble est plutôt une balade dans le parc, on a l’impression que l’on doit être très précis pour d’autres phases. Heureusement, ces moments sont plutôt rares et s’appliquent aux joueurs les plus perfectionnistes d’entre nous.

Se faire chauffer les fesses!

Verdict

Spyro Reignited Trilogy représente un bon achat pour celui qui veut s’y mettre pour la première fois sur un jeu de plateforme. Ou bien pour celui qui veut se rappeler de bons souvenirs. Trois bons titres, un plus solide que les autres, un bon prix. Que pouvons-nous demander de plus ?

NOTES
note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.