Ce n’est peut-être pas le premier nom auquel vous pensez, si je vous parle de jeux vidéo développés à Montréal. Pourtant, Gameloft Montréal fait figure de proue dans le domaine. Il s’agit du plus gros studio de jeux mobiles au Québec et un des plus gros en Amérique du Nord. Chaque année, ils nous offrent plusieurs titres développés de A à Z chez eux. Geeks & Com’ a fait le tour du studio pour découvrir les différentes équipes, la direction du studio et mieux comprendre leur place importante dans le paysage montréalais.

Une industrie dynamique

D’abord, peu de studios peuvent se vanter de travailler avec autant de grandes licences que Gameloft. Des noms comme Disney, Marvel et Hasbro font partie des divers partenaires pour lesquels la compagnie a développé des jeux mobiles. Et, à l’approche de leur 20e anniversaire, ils ont maintenant des séries bien établies comme Asphalt, Order & Chaos, Modern Combat ou Dungeon Hunter. Les deux derniers sont d’ailleurs directement crédités au studio de Montréal.

Ensuite, l’industrie du mobile est très dynamique, donc Gameloft Montréal planche souvent sur plusieurs jeux à la fois. Actuellement, ce n’est pas moins de 6 productions originales qui sont en développement dans leurs bureaux du Mile-Ex. Bien qu’ils ont déjà plus de 450 passionnés, il y a encore plus d’une cinquantaine de postes à combler. Gameloft Montréal continue d’être en pleine expansion, mais le fait de manière intelligente.

Arrivé plus tôt cette année, le nouveau directeur du studio, Matthieu Dupont nous mentionnait d’ailleurs que l’intégration se fait à un bon rythme. Il n’est pas arrivé ici avec un objectif d’amener le studio à 700 ou 800 employés. L’objectif n’est pas en termes de nombre, mais bien de s’assurer qu’il y ait une bonne synergie entre les équipes. Le tout sans avoir à imposer des périodes de « crunch » incessantes et donner une bonne flexibilité à l’équipe.

Matthieu Dupont est le grand responsable du studio montréalais

Des ressources de Gameloft chez nous

Ce qui m’amène à parler des différentes équipes du studio montréalais. En plus de ceux qui développent directement les jeux, plusieurs équipes représentent des ressources super importants pour l’ensemble de Gameloft.

L’importance de l’audio

Premièrement, il y a l’équipe audio qui est chapeautée par Sébastien Ménard et qui inclut 24 professionnels du son. Une petite visite dans ses studios m’a permis de réaliser l’ampleur du travail qui est fait dans les coulisses. Pour un joueur comme moi, on dirait que l’audio est tellement un acquis qu’on ne réalise pas la créativité des gens comme Sébastien.

Par exemple, il me démontrait l’utilisation d’objets banals pour répliquer des effets sonores comme du ruban pour faire l’effet des feuilles. Ou encore, une tige de bambou qu’on brandit pour imiter l’élan d’un coup de poing. Bref, en plus des effets sonores, l’équipe est aussi responsable de la musique et de la narration. Il y a donc plusieurs petites pièces de studios insonorisés à leur disposition avec du matériel à la fine pointe pour bien faire leur travail.

La force d’une ville au profit du studio

Puis, il y a un grand département de localisation qui met vraiment de l’avant la belle diversité de Montréal. On le sait, on habite une ville qui attire des gens de partout dans le monde. Voilà donc un excellent exemple de la richesse que ça peut amener à des compagnies qui s’établissent ici. Ce département fait, presque à lui seul, le boulot de traduction de l’ensemble de Gameloft.

Par la suite, il y a une autre équipe primordiale qui est celle nommée « Asset Factory ». Celle-ci se charge de la production de visuels & autres éléments graphiques pour le marketing des jeux et de l’entreprise. L’équipe est constituée, entre autres, de producteurs, photographes, caméramans, monteurs vidéo, artistes motion, designers, etc. Seulement en 2018, elle a participé à plus de 700 projets.

Enfin, tout ça ne serait pas possible sans une équipe centrée sur l’aspect sécurité de leur jeu. Avec des centaines de millions de téléchargements de leurs jeux, disons que les données rentrent rapidement. C’est donc important d’avoir des gens qui travaillent sur la sécurité de ses données. Ils ont donc accès en temps réel à plusieurs données clés qui permettent d’avoir un suivi constant de chacun des jeux. Bien sûr, il y a aussi l’aspect service de certains de ces jeux qui doit bien être maintenu comme les systèmes de microtransactions. Encore une fois, c’est une expertise qui a été développée à Montréal et qui montre qu’on fait partie des leaders dans ce milieu.

Des jeux pour tous

Par la suite, Gameloft Montréal a été assez gentil pour m’envoyer des données du groupe en date de la fin mars. Ce qui m’a le plus surpris et que je ne réalisais pas encore, c’est à quel point il y a une belle variété de gamer sur mobile.

Un jeu comme Disney Magic Kingdoms a attiré une très grande proportion de la gent féminine avec plus du 2/3. Le jeu interpelle d’ailleurs, en grande partie, les moins de 13 ans. Ce qui veut dire qu’il doit introduire plusieurs jeunes filles au monde du jeu vidéo. Je pense que c’est une richesse et que ça va peut-être ouvrir la porte pour plus de filles joueuses dans le futur.

À l’inverse, Gameloft est aussi en mesure d’attirer des joueurs plus matures comme Asphalt 9 dont 50 % des joueurs se situent entre 19 et 35 ans. Tout comme les jeux de la série Dungeon Hunter qui sont en grande partie joués par des hommes du même âge.

Et, parlant de la variété des jeux, c’est vrai aussi au niveau des styles. Disney Magic Kingdoms, par exemple, se penche plus vers le côté simulation. C’est un jeu assez simple et qui se veut accessible même pour les joueurs très occasionnels. Alors qu’avec un titre comme Asphalt, on a un jeu de course pur très compétitif. Puis, avec Dungeon Hunter, on s’approche beaucoup plus d’un jeu d’action RPG. Les titres de cette série sont hyper détaillés et proposent une belle complexité au niveau des mécaniques. Enfin, même les fans de jeux de tir ont quelque chose à se mettre sous la dent chez Gameloft avec Modern Combat. Bref, en travaillant chez Gameloft, les développeurs auront un éventail de titres assez impressionnant.

Des avantages pour les employés

En dernier lieu, ma visite m’a permis de constater l’ampleur de l’espace de travail du studio. Séparé sur deux étages, le studio a assez de flexibilité pour offrir quelques commodités. Si vous êtes intéressés de travailler chez Gameloft Montréal, il y a donc plusieurs avantages.

Il y a peu d’employeurs qui peuvent se permettre d’avoir une salle où les employés peuvent venir fermer les yeux quelques instants durant une pause ou sur le dîner. Il y a aussi une superbe terrasse qui offre une belle vue sur le Mile-Ex en plus d’une salle de jeux. Mais surtout, il y a des fruits frais en tout temps pour maintenir une bonne énergie.

Après, ceux qui me connaissent sont au courant de ma passion du monde de la finance et des avantages sociaux. Or, Gameloft va contribuer à votre REER et vous proposer un plan d’actionnariat avec des gains annuels garantis. La compagnie va aussi compenser une grosse part de vos frais médicaux privés. Sinon, il y a une possibilité d’horaires flexibles, trois semaines de vacances dès le départ ainsi que 7 journées mobiles. Pour le déplacement, offrent des rabais sur le stationnement et un remboursement partiel de votre titre de transport. Il y a même un local de vélo intérieur gratuit, une salle de yoga et des douches. Bref, le studio est très compétitif sur le marché avec ses nombreux avantages.

Bienvenue chez Gameloft Montréal

En terminant, je le répète, mais Gameloft Montréal cherche activement à ajouter de la main-d’œuvre dans leurs différentes équipes. D’ailleurs, pour ceux qui ont une demi-journée à donner, le département de recherche des utilisateurs est à la recherche de testeurs. Bien sûr, tous les tests sont rémunérés, il suffit de suivre le lien ici.

Pour ceux qui cherchent de nouveaux jeux mobiles, pourquoi ne pas regarder vers le dernier Asphalt 9 (aussi sur Switch) ? Sinon, il y a les autres jeux que j’ai déjà mentionnés ou une petite recherche de Gameloft sur votre mobile vous ouvrira peut-être les yeux. Bref, voilà un studio qui crée plusieurs emplois bien rémunérés au Québec et qui rayonne à travers le monde dont on peut être fier.

PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.