Il y a de cela fort longtemps, un de mes genres préféré était les jeux de rôle stratégique. Fire Emblem mais principalement Shining Force représentait l’apothéose à mon avis. Après le succès de l’excellent Fire Emblen : Three Houses, il allait de soi que plusieurs autres emboîteraient le pas et profiteraient de la popularité du genre. C’est exactement ce qui se passe avec Langrisser. Série peut connue en Occident mais pourtant âgée de près de 30 ans, c’est le moment parfait pour revisiter le tout. C’est pourquoi NIS America et le studio Chara-ani ont cru bon de mettre le tout au goût du jour. Un intérêt certain vient-il de naître? Ou vous resterez indifférent à la sortie? Ce test saura vous éclairer vers le droit chemin!

Fiche Technique

  • Date de sortie : 10 mars 2020
  • Style : SRPG
  • Classement ESRB/PEGI : T / 12
  • Développeur : Chara-ani et Mayasa Games
  • Éditeur : NIS America
  • Langue d’exploitation : Voix anglaises ou japonaises sous-titré anglais
  • Disponible sur Nintendo Switch et Playstation 4
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Démo disponible
  • Prix lors du test : 59,99 $ / 49,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

L’épée du pouvoir : Langrisser

Avec un nom de la sorte, nous sommes bien en droit de nous demander ce qu’est Langrisser. Une ville, un pays, un objet, un animal? Et bien, Langrisser est l’épée du pouvoir, celle qui donne tous les droits. Comme le titre le suggère, cet ensemble contient deux jeux, les deux premiers de la série. Dans Langrisser 1, on incarne Ledin, jeune prince qui doit protéger son royaume alors que celui-ci est tombé dans les mains de l’ennemis. Celui-ci désire évidemment contrôler l’épée légendaire afin de posséder le pouvoir absolu. C’est au prince de réclamé ce qui lui revient de droit. Dans le deuxième titre, le scénario n’est pas plus étoffé. Un jeune homme du nom de Elwin se retrouve dans une aventure contre son gré. Désirant protéger une jeune femme, c’est plutôt dans un conflit plus grand que lui qu’il se trouvera.

Disons-le immédiatement, Langrisser ne sort pas des sentiers battus lorsqu’il est question de son scénario. Prévisible, simpliste, il serait plus que surprenant que vous vous y perdiez si vous y jouez. Mais en dehors de cela, est-ce que le jeu apporte assez de variété pour éveiller notre intérêt?

Langrisser combat

Classique et moderne

En dehors de son histoire somme toute traditionnelle, Langrisser apporte beaucoup aux joueurs. Premièrement, le jeu a été refait entièrement avec une esthétique plus récente. Certain y trouveront à dire en raison du côté nostalgique qui les envahit. Mais sachez qu’ils n’ont pas été oubliés puisque vous pouvez aussi revenir au design plus classique des personnages et des cartes. C’est donc à vous de choisir ce que vous préférez et c’est très bien qu’ils aient laisser ce choix aux joueurs.

Ce qui est différent en Langrisser contrairement aux autres jeux de rôle stratégique sur le marché est les factions que vous embauchez avant chaque mission. En effet, les personnages peuvent avoir des légionnaires avec eux afin d’aller à la guerre. Chacune coûte évidemment de l’argent mais il semble que l’on en manque jamais donc aucune inquiétude. Les ennemis fonctionnent selon le même principe. Pour éliminer la menace, on remarque rapidement que si on tue le chef du groupe, les autres meurent avec lui. Bon point à savoir.

Il y a également une tonne de personnages qui viendront au fil de nos aventures, chacun avec leur personnalité…plutôt fade. En toute transparence, on ne s’attache pas et leur situation précaire nous laisse indifférent. Dommage.

Des heures et des heures de jeux!

Au final, Langrisser représente une quantité d’heures de jeux si jamais vous voulez vous investir. Il existe pas moins de 33 personnages jouables, plus de 50 classes, il y a quoi faire. Ce n’est pas tout! Avec 22 fins possible, si vous êtes une personne qui aime voir absolument tout, vous êtes servi. De plus, en dehors de personnages que vous pouvez incarnez, c’est 560 personnages qui s’y trouve dans l’ensemble. On ne peut pas dire que vous ne ferez pas de belles rencontres!

Comme tout bon jeux de rôle stratégique qui se respecte, les classes ont leur importance dans Langrisser. N’essayez pas de vaincre un ennemi avec une classe qui est désavantagée face à elle, vous vivrez alors quelques frustrations. Ceci étant dit, j’ai rarement été dans une situation où j’étais sur le point de perdre le combat. Le jeu ne semble pas difficile malgré les multiples possibilités qui nous sont présentées.

Si j’avais un gros bémol à mettre sur Langrisser, c’est la musique. Un combat pouvant durer une bonne période de temps, entendre encore et encore la même musique devient rapidement lassant. Heureusement, chaque mission apporte sa propre musique donc on en devient pas fou.

Langrisser commander

Conclusion

Langrisser 1 et 2 s’adresse avant tout au puriste. Ceux qui, bon an mal an, désire leur dose de jeu de rôle stratégique. Parce que le jeu comme tel ne redéfini pas le genre, apporte rien de plus qu’un autre. Malgré cela, les bases sont stable et le jeu est appréciable. Il faut seulement être un grand fan de ce genre, tout simplement.

NOTES
Note d'enthousiasme
7
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.