Il y a certains jeux que nous voulons réellement aimer.  Nous sommes prêts à leur laisser plusieurs chances même si notre première impression n’est pas nécessairement positive. Il y a un moment par contre où le constat nous frappe de plein fouet malgré toute notre volonté.  Le jeu ne s’améliore pas en jouant, mais confirme les craintes que nous avions en commençant. Remothered: Broken Porcelain est l’un de ces jeux.

Fiche technique

  • Date de sortie : 13 octobre 2020
  • Style : Survival horror, Aventure
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Stormind Games
  • Éditeur : Modus Games
  • Langue d’exploitation : Sous-titré en français
  • Disponible sur Xbox One, PS4, Switch et PC
  • Testé sur Xbox One
  • Prix lors du test : 39,99$ CAD / 29,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire

Au tout début du jeu, nous avons la possibilité d’écouter un résumé du premier jeu (Remothered: Tormented Fathers).  Le résumé est très bien fait et permet de se plonger dans l’histoire même si nous n’avons pas joué à Tormented Fathers.

Cette suite se déroule avant et après les évènements du précédent opus.  Dans le passé, nous incarnons Jennifer qui est une élève à problème qui vient de se faire renvoyer de son école.  Celle-ci a été envoyée dans une auberge pour travailler comme femme de ménage, le propriétaire Stefano Ashmann engageant de jeunes filles à problème pour leur donner une nouvelle chance dans la vie.

Alors que tout se déroule relativement bien à son arrivée, tout bascule une certaine journée de corvée. Tout le monde semble disparaître de l’hôtel et nous sommes témoins d’évènements étranges.  Nos soupçons se confirment lorsque la gérante de l’hôtel Andrea Massino semble infectée (peau grise, larve dans les yeux, etc.) et tente de nous tuer.  Alors que nous comprenons petit à petit ce qui se passe dans cette auberge, nous sommes également traqués par une créature étrange répondant seulement au nom de Porcelain.

Conjointement à cela, nous incarnons dans le présent Rosemary Reed qui enquête toujours (comme dans le premier jeu) sur la disparition de Celeste Felton.  Au fur et à mesure que l’histoire avance, tous les points se relient pour révéler une intrigue complexe entourant une drogue nommée le Phenoxyl.  Cette drogue permet d’oublier certains souvenirs traumatisants et avait été créée principalement pour les soldats souffrant de stress post-traumatique.

Il est difficile d’élaborer davantage sur l’histoire sans divulgâcheurs et puisque l’histoire est le point fort de Remothered, je n’en dirai pas plus.

Un tutoriel… inopportun

Lorsque nous commençons à contrôler notre personnage, on s’attend à avoir de l’aide pour s’orienter et nous expliquer les contrôles.  Remothered le fait, mais pas nécessairement au bon moment.  Nous sommes catapultés dans un combat contre Porcelain au tout début du jeu sans savoir comment se défendre.  Dans le menu de pause, les contrôles de base sont indiqués, mais dure est l’adaptation face à un ennemi lancé à nos trousses aussi rapidement.

C’est à ce moment que l’on comprend que notre personnage ne peut absolument pas attaquer.  Elle ne semble même pas pouvoir se défendre.

C’est seulement environ 30 minutes plus tard après avoir échappé à un autre traqueur que le jeu nous fait apparaître une fenêtre pour nous informer comment se défaire et échapper à un ennemi.  Entretemps, nous avons eu le temps de mourir à profusion ne sachant trop comment se protéger.  Cela fait naître une frustration après moins d’une heure de jeu de ne pas savoir quoi faire contre un ennemi et de mourir plusieurs fois avant même de comprendre comment le jeu fonctionne.

Mais encore?

J’ai découvert qu’il était possible de bloquer des portes soit en les retenant ou en les attachant avec des cordes vers la fin du jeu.  Le tout a été trouvé par hasard en me trompant de boutons pour ouvrir une porte.  Sinon, je ne l’aurais jamais su.

Certains déclencheurs sont également très mal utilisés.  À un certain moment, il faut échapper à Andrea qui se trouve à la réception.  À gauche de la porte principale pour accéder à la réception se trouve une trappe.  Je fais la déduction qu’il faut passer par la trappe pour éviter le traqueur, mais le jeu ne me le permet pas.  Il faut tenter de passer par la porte principale pour déclencher le tutoriel qui permettra de passer par la trappe.

Le jeu du chat et de la souris

Nous incarnons majoritairement Jennifer alors qu’elle tente de s’enfuir de l’auberge en échappant aux nombreux traqueurs la pourchassant.  Notre personnage étant “faible”, il est impossible (ou presque) d’attaquer un ennemi de face.  Je dis presque, car il est possible de lancer des objets et vers la fin du jeu, de se servir d’un fusil à clou. 

Pour se débarrasser d’un traqueur, il faut le surprendre de dos en ayant une arme de défense.  Ce qui est dommage, c’est qu’il n’y a aucun moyen d’attaquer si l’ennemi nous a vu même si nous avons un couteau.  Il faut absolument lancer un objet de diversion pour étourdir la cible.  Le concept pourrait être bien, mais il est terriblement mal exécuté.  Remothered décide également quand on peut bloquer.  On peut se faire frapper quatre ou cinq fois sans rien pouvoir faire et la sixième fois, notre personnage décide de répliquer avec notre objet de défense.

Un gameplay « lourd »

Jennifer se contrôle assez mal et certains mouvements sont “lourds”.  Par exemple, l’animation pour se pencher ou se relever prend un certain temps et il nous est impossible de faire autre chose en même temps alors que l’ennemi se rapproche.  Dès que l’on se fait voir (et quelquefois, les ennemis ont un 6e sens, car ils nous voient à travers des objets), il faut courir se cacher dans une armoire, attendre que l’ennemi arrête de nous chercher et tenter de l’attaquer de dos sans se faire voir.

Je vais y revenir un peu plus tard, mais les bogues ternissent aussi beaucoup le gameplay.  Il m’est arrivé de me faire agripper et jeter par terre à travers un meuble par un traqueur et de rester coincer dans le meuble.  Ceci n’est qu’un exemple des problèmes lorsque nous échappons à un traqueur et c’est quand même la grande majorité du jeu.

Des énigmes avant les papillons

Lors de la première moitié de Remothered, le jeu nous propose des énigmes intéressantes et variées.  Par exemple, nous devons accéder à la chambre 213 qui est verrouillée.  La clé ne peut pas être récupérée à ce moment.  On peut donc y accéder en utilisant le téléphone de la réception pour faire sonner le téléphone de la chambre. La gérante se tannera et ira voir ce qui se passe déverrouillant la porte au passage.

Vers la deuxième moitié du jeu, Jennifer prend conscience qu’elle a des pouvoirs et qu’elle peut contrôler des papillons.  Je sais que ça semble étrange, mais vous comprendrez pourquoi en jouant au jeu.  Je ne veux pas ruiner l’intrigue en vous expliquant pourquoi.  À partir du moment où l’on peut utiliser les pouvoirs des papillons, toutes les “énigmes” sont basées là-dessus.  C’est très dommage, car ses pouvoirs ne servent pratiquement qu’à cela.

Le temps pour utiliser le pouvoir est très court suivi d’un délai où celui-ci se recharge.  Certaines utilisations du pouvoir peuvent devenir très frustrantes étant donné que le contrôle du papillon est très laborieux.  Il m’est arrivé souvent de savoir exactement quoi faire, mais de devoir recommencer plusieurs fois faute de temps causé par le fait que j’étais coincé dans un mur ou que le papillon rebondissait sur des objets.

Quand je disais que Remothered manquait cruellement de tutoriels pour nous apprendre comment jouer, j’ai appris vers la fin du jeu par hasard qu’il était possible d’améliorer les pouvoirs de notre personnage à l’aide de clés papillon cachées un peu partout.  Il ne nous est jamais indiqué à quoi sers ses clés et comment les utiliser.

Une montagne de bogues

Je ne suis pas une critique très difficile et il est très facile pour moi d’aimer un jeu.  Par contre, lorsque le jeu croule sous une montagne de bogues brisant le jeu et rendant le jeu beaucoup plus difficile qu’il ne l’est en réalité, je ressens une frustration.

La détection des collisions est vraiment étrange.  Il est possible de sauter par-dessus tous les comptoirs, tables, rampes, etc.  Par contre, l’animation reste toujours la même, peu importe la hauteur de l’obstacle.  Il m’est arrivé plus souvent qu’autrement que Jennifer saute à travers un meuble au lieu de par-dessus.

J’ai également été tué par un traqueur qui ne se trouvait pas dans la même pièce que moi.  Je voyais l’animation de l’ennemi me poignardant dans le vide alors que je me trouvais à plusieurs mètres de lui.

Il arrive fréquemment de manquer des cinématiques, car au lieu de nous montrer celle-ci, nous voyons notre personnage immobile sans pouvoir bouger et nous entendons des personnages parlés.  Ce qui m’a irrité aussi est le fait que certains contrôles décident de ne plus fonctionner certaines fois.  Lors d’un moment critique où je devais voler des clés à côté d’un traqueur qui dormait, Jennifer a décidé qu’elle ne voulait plus se pencher pour faire moins de bruit.

Au niveau technique

Les graphismes de Remothered sont bien sans être extraordinaires, mais encore une fois, ils sont ternis par des problèmes.  Des “morceaux” de personnages devenant noirs ou des bouts de décors qui “flashent” sont monnaie courante.  Alors que le jeu devrait faire monter notre stress progressivement, nous ne pouvons nous empêcher de sourire devant ces bogues techniques.

Il en va de même pour la trame sonore.  L’ambiance sonore est très bien réussie et les musiques capturent bien l’angoisse que vit Jennifer.  Malheureusement, le volume des voix fluctuait de temps en temps et celles-ci ne provenaient pas du bon endroit quelquefois.  J’entendais quelqu’un parler à l’arrière de moi alors qu’il était devant moi.  Dans un jeu où l’on doit se fier au bruit pour échapper à nos poursuivants, c’est très fâchant.

Verdict

Je plaçais beaucoup d’espoir en Remothered: Broken Porcelain.  Après moins d’une heure de jeux, cet espoir avait fondu.  Ayant tout de même terminé le jeu pour écrire ce test et pour connaître l’histoire complète, je ne peux qu’être déçu de cette opportunité gâchée par le mauvais gameplay et les nombreux bogues.  Si les nombreux bogues sont corrigés ultérieurement, il s’agira d’un bon titre à découvrir.  Pour le moment malheureusement, peu de joueurs passeront la première heure de jeux.

NOTES
Note d'enthousiasme
4.5
PARTAGER
Ancien collaborateur sur plusieurs sites de jeux vidéos et grand ami de Maxime Chartier, c'est celui-ci qui a redonné le goût d'écrire à Jonathan. Grand passionné de Xbox et chasseur de succès, sa grande passion consiste à explorer les jeux à 100%.