Cela fait maintenant quelques années que le studio TT Games n’a pas développé un scénario et une aventure unique pour les petits et les grands. Bien entendu, je fais ici référence à la franchise vidéoludique LEGO. Cette dernière est notamment reconnue pour ses adaptations des univers cinématographiques préférés en expérience vidéoludique tels que Harry Potter, Jurassic Park ou encore Les Incroyables (indestructible en France). Cependant, les développeurs ont aussi développé leur propre scénario comme LEGO City Undercover. TT Games toujours en collaboration avec Warner Bros. offre cette fois-ci une toute nouvelle aventure avec les vilains de l’univers DC. Intitulé LEGO DC Super-Villains, le titre est désormais disponible sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch et nous vous offrons un test complet.

Fiche technique

  • Date de sortie : 16 octobre 2018
  • Style : Aventure / Action
  • Classement ESRB / PEGI ESRB E / PEGI 18
  • Développeur : TT Games
  • Éditeur : Warner Bros Entertainment
  • Langue d’exploitation : Disponible en français et en anglais
  • Testé sur Xbox One X
  • Autres consoles : Xbox One, PC, PS4 et Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 55,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Au revoir les superhéros

Alors que depuis plusieurs années, et grâce notamment à Marvel, la plupart des œuvres de fictions mettent de l’avant les superhéros, le studio TT Games a pris la décision de concentrer son tout nouveau scénario autour des vilains. Plus précisément, dansLEGO DC Super-Villains, le joueur est au contrôle de nombreux antagonistes bien connus de l’univers DC. Parmi ces derniers on retrouve bien entendu le Joker, Harley Quinn, Catwoman ou encore Poison Ivy. Au total, c’est plus de 160 personnages qui sont jouables dans le jeu. D’ailleurs, les développeurs ont aussi ajouté une petite nouveauté permettant de créer son propre méchant. Certes les pouvoirs que votre personnage possède sont dictés par l’histoire, mais il est possible de personnaliser de la tête au pied notre nouvel antagoniste pour obtenir une expérience unique. D’ailleurs, votre antihéros est parfaitement intégré aux cinématiques du titre. Un aspect qui peut paraître banale, mais lorsqu’un joueur a accès a autant de personnalisation je crois qu’il est obligatoire d’exceller sur ce point. De cette manière, on développe au fur et à mesure de l’histoire une relation avec notre personnage.

Où sont les héros ?

Le scénario de LEGO DC Super-Villains demeure assez classique. Nous ne sommes pas dans une œuvre qui vient chambouler notre façon de penser.  Les héros ont été remplacés par un syndicat d’imposteurs et nos vilains souhaitent rétablir l’ordre des choses. Il est assez drôle de constater que sans les héros, les antagonistes se retrouvent dénués de toute ambition et préfère encore affronter la Ligue des Justiciers plutôt que d’être contrôlé par ce fameux Syndicat. Outre son scénario un peu classique, l’humour omniprésent des jeux de la franchise est de retour pour faire rire les petits comme les grands. C’est cette autodérision assumée qui fera d’ailleurs extrêmement plaisir aux amateurs de DC. Les références sont extrêmement nombreuses, et ce pour notre plus grand bonheur. Même si certaines blagues sont destinées à un public plus jeune, il m’est arrivé d’avoir un petit sourire en coin de nombreuses fois.

Toujours aussi accessible

L’un des points forts de la franchise vidéoludique LEGO développée par TT Games est son accessibilité. Ce nouvel opus de la série n’y échappe pas et la jouabilité très simple permet aux jeunes et aux néophytes de pouvoir jouer. Il est vrai que les développeurs ont ajouté de nombreux pouvoirs spéciaux sur chaque vilain afin de proposer un peu de nouveauté et de diversifier les phases de combats, mais en général on reprend la même base que les précédents jeux et on tombe rapidement dans la répétitivité. Surtout après plusieurs heures de jeux, j’ai eu l’impression d’effectuer toujours les mêmes actions. Même avec l’ajout des casse-têtes et mini-jeux fort agréables, le titre manque de nouveauté. Cet effet est encore plus présent si vous avez joué aux autres jeux LEGO.

Un hub vraiment nécessaire ?

Instaurer depuis quelques années, LEGO DC Super-Villains offre également un monde semi-ouvert servant de hub entre deux missions principales. Là où dans les Incroyables nous avions de nombreuses activités à faire, le hub était selon moi bien exploité. Cependant, pour le nouvel opus de la série, le monde semi-ouvert est selon moi complètement inutile. Nous avons oui quelques missions et activités annexes, mais ces dernières ne sont pas vraiment intéressantes et s’adresse plutôt à ceux souhaitant récolter tous les objets de collection du jeu pour ainsi le terminer à 100 %. Pour les autres joueurs, le hub de LEGO DC Villains est plutôt une étape obligatoire afin d’enchaîner les missions principales et de poursuivre notre aventure. On se retrouve, donc, à naviguer dans l’environnement en poursuivant notre route vers la prochaine étape de notre expérience en ayant l’impression de perdre littéralement notre temps. Selon moi, certains opus de la franchise LEGO devraient tout simplement reprendre l’ancien modèle de la série et permettre aux joueurs d’enchaîner les missions s’ils le désirent.

Conclusion

J’ai malheureusement l’impression que la franchise vidéoludique LEGO développée par le studio TT Games a de la difficulté à se réinventer. Il est vrai que LEGO DC Super-Villains offre une expérience accessible portée sur l’humour, offrant de nombreuses références de l’univers DC pour faire plaisir aux plus grands, et ce tout en ajoutant la possibilité de personnaliser son propre vilain. Cependant, les niveaux très répétitifs, l’utilisation d’un hub entre ces derniers qui n’est pratiquement d’aucune utilité, le manque de nouveautés pour les habitués de la franchise et son scénario très simpliste ne permettent pas au jeu de surclasser ses prédécesseurs. Le titre s’adresse, donc, à des parents souhaitant avoir une occasion d’initier leurs enfants aux jeux vidéo. Même les amoureux de la franchise pourraient commencer à quitter le navire sur TT Games ne redresse pas la barre.

NOTES
Note
7
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, j'étudie présentement en Animation et Recherche Culturelle à l'UQAM. Malgré mon jeune âge, j'ai déjà quelques expériences dans le domaine des communications. Rédacteur pendant 1 an pour le site Game-Focus, j'ai ensuite rejoint l'équipe de l'Épée Légendaire jusqu'à la fusion avec l'équipe Geeks and Com'. J'ai aussi eu l’occasion d'être streamer pour le site français Jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.