The Wolf Among Us (TWAU), la série noire de Telltale inspirée du comics Fable, est désormais terminée après 8 mois et 5 épisodes. C’est l’occasion pour nous de revenir sur les deux derniers épisodes, et de faire un bilan sur cette première saison haletante.

Dans un premier temps, attardons-nous sur l’épisode 4, In sheep’s clothing, un épisode qui a pu en décevoir certains.

Épisode 4 : un mal nécessaire

The Wolf Among Us Episode 4Après une fin d’épisode 3 pour le moins violente et dont on savait qu’elle allait bouleverser l’enquête de Bigby, nous retrouvons donc notre Big Bad Wolf dans un sale état. La scène d’ouverture permet d’ailleurs de poser les bases de ce que sera le dilemme du shérif de Fabletown jusqu’à la fin de la saison : le choix entre la vengeance aveugle ou le respect pur de la loi.

Soyons clair dès le début, cet épisode 4 n’est pas le meilleur de la saison, pour la simple et bonne raison qu’il n’est conçu que comme l’introduction d’un épisode 5 en forme de bouquet final. Pour cette raison, le rythme est plus lent, plus classique. On retrouve les traditionnelles sessions d’enquête suivies d’une séquence d’action bien sentie mais pas très innovante. Certes,  l’enquête progresse et les raisons qui ont amené à l’état de Fabletown telle que nous la connaissons ainsi qu’aux meurtres sont de plus en plus claires. Mais le sentiment qui reste suite à un épisode un peu plat ne nous abandonne pas jusqu’au final très classe et coupé abruptement par l’apparition du générique. Sur le moment, c’est assez frustrant, mais cela jette également une nouvelle lumière sur l’épisode. Ce dernier n’est en fait qu’une longue introduction pour arriver à CE moment. Une fois qu’on a compris cela, on lui pardonne son rythme plus lent, sa scène d’action un peu forcée, son manque de tension dramatique et l’absence de choix vraiment impactant.

Le constat demeure : l’épisode 4 est probablement le moins bon épisode de la saison. Cela n’en fait pas un mauvais épisode pour autant, surtout qu’il apparaît comme un mal nécessaire à la lumière de l’épisode 5.

Épisode 5 : l’aboutissement d’une bonne saison de polar noir

The Wolf Among Us Episode 5

L’épisode 5 commence directement après la coupure finale de l’épisode 4, quand Bigby fait face à son adversaire et suspect n°1. S’engage une conversation digne des meilleurs films de gangsters où le personnage en question tente de convaincre calmement et froidement le shérif qu’il n’est pas responsable des meurtres et ne l’a jamais été. En étant entouré d’ennemis, on sent qu’une seule phrase de travers et la situation peut salement dégénérer. C’est d’ailleurs ce qui arrive et qui donne lieu à l’une des meilleures scènes de la saison, à savoir une course poursuite dans Fabletown. Le joueur, comme Bigby, laisse exploser sa rage et est rapidement amené à choisir entre faire régner la loi et rien que la loi, ou sauvagement assouvir sa vengeance.

La première partie de l’épisode est largement tournée vers l’action : course-poursuite, ennemis blessés à mort, combat épique contre son Némésis. Les scénaristes ne réinventent rien, mais l’adaptation de ces héros déchus aux canons du film noir classique est habile et plaisante.

Après avoir finalement appréhendé un coupable, la deuxième partie de ce final commence. Il s’agit d’un procès avec un jury composé des habitants de Fabletown que vous avez pu côtoyer. Moins percutante et très bavarde mais faisant appel à tous vos choix jusqu’à présent, cette longue scène permet aussi bien de mieux cerner l’ambiguïté de la situation (le coupable est-il réellement coupable?) que de faire comprendre au joueur que ses choix ont bel et bien des conséquences sur le comportement et la décision des habitants de Fabletown. Moins tendue que la première partie, la scène n’en est pas moins bien jouée et surtout bien écrite.

L’épisode, et la saison, se terminent sur une scène de discussion sous la pluie (so noir!), faisant le bilan du Fabletown que vous avez façonné par vos actions et votre vision de la justice. Un retournement scénaristique vient ponctuer la scène, laissant Bigby et le joueur devant un ultime choix dont nous ne connaîtrons les conséquences que dans une éventuelle saison 2 pas encore annoncée mais ardemment désirée.

Bilan de la saison 1 de The Wolf Among Us

The Wolf Among Us cover - 2Alors que je viens de terminer la saison 2 de The Walking Dead, je me rends compte que Telltale Games a réussi à faire un bon bout de chemin depuis les Jurassic Park et autres Retour vers le futur. On aurait légitimement pu penser que la saison 1 de The Walking Dead était un coup de chance, le résultat d’une mode favorable aux zombies et univers post-apocalyptiques d’une ambiance pesante. The Wolf Among Us, c’est la prise de risque qu’on attendait pour confirmer le talent aussi bien des développeurs que des scénaristes de Telltale. Transposer et améliorer le gameplay qui leur est propre dans un univers, certes inspiré d’un comic, mais différent des The Walking Dead était un pari risqué. Un pari que Telltale remporte avec brio. Dès le premier épisode, j’ai adoré l’ambiance de film noir, avec ses héros à gueule, ses femmes fortes et fragiles à la fois, ses méchants froids et cyniques, ses fusillades et autres bagarres de bar. La direction artistique, aussi bien visuelle, avec ses tons noirs et violets, que sonore, est magnifique et colle parfaitement à l’univers. Telltale a su retravailler l’action dans son gameplay, rendant plus nerveux et tendus les passages à QTE. Il y a certes eu, scénaristiquement, des hauts et des bas, certains épisodes se révélant moins haletants que d’autres, mais jamais je n’ai regretté mon achat.

Au final, Telltale Games a brillamment réussi à adapter sa formule à l’univers et l’ambiance des films noirs. Je ne peux que vous conseiller (si ce n’est pas déjà fait) de vous plonger dans l’enquête de Bigby, surtout si vous recherchez un esprit un peu différent de ce que Telltale a pu faire avec The Walking Dead. Pour ma part, je signe (quand ils veulent) pour une saison 2.

NOTES
Note
8
PARTAGER
Communicant parisien élevé aux Sciences Politiques, je suis avant tout un passionné de jeux vidéo, mais également  un dévoreur de films, de séries, de littérature Science-Fiction, et de culture web. Accessoirement, je suis aussi un transhumaniste à tendance sociopathe, amoureux d'aliens bleues et de sorcières rousses, et fasciné par la simple idée de voir un jour l'humanité coloniser l'espace...