Le film Vie raconte l’histoire d’une équipe multidisciplinaire composée d’astronautes provenant de différents pays. Ils ont pour mission de récupérer une navette contenant des prélèvements effectués sur la planète Mars. Ils découvrent un spécimen étonnant, un organisme unicellulaire vivant et ayant une croissance très rapide. Cependant, cette découverte se transformera en cauchemars dans la station spatiale.

Fiche technique

  • Date de sortie : 24 mars 2017 (Amérique du Nord)/19 avril 2017 (France)
  • Genre : Science-fiction / Suspense
  • Classement : PG 13+ Horreur
  • Réalisé par Daniel Espinosa
  • Distributeur : Sony Pictures
  • Titre original : Life

Avant de débuter cette critique, je tiens à signaler que je ne suis pas une personne qui écoute souvent ce genre de films. La fille qui cache ses yeux avec ses mains parce qu’elle trouve ça dégueulasse ou parce qu’il y a trop de sang, et bien c’est moi.

Calvin, une créature surprenante

La conception de la créature unicellulaire est très bien réussie. Intitulé Calvin par une école des États-Unis, nous assistons à sa création et à sa croissante fulgurantes. La cellule doit se nourrir et respirer comme un être humain ou tout autre organisme vivant. Par contre, plus elle grandit, plus son niveau d’intelligence augmente, et ce chaque fois qu’elle trouve de la nourriture. Le besoin de se nourrir pour Calvin est primordial et urgent. Il est prêt à tout afin d’obtenir ce qu’il veut. Pire, il rend la vie difficile à bord de la navette spatiale.

L’évolution de Calvin me fait penser aux créatures de l’univers Pokémon. Au début, elles sont  mignonnes et plus elle grandit plus elle devienne féroces et agressive. Les responsables de la création de Calvin ont très bien réussi les détails de ce dernier. Étant une créature organique, elle ressemble à une plante avec plusieurs feuilles attachées à elle. Bourgeon au départ, elle se développe et évolue. La seule différence entre une plante organique et Calvin est sa durée de vie. En effet, un organisme unicellulaire est comparable aux bactéries. Il y a des bactéries qui sont nécessaires pour notre système immunitaire, mais Calvin est plus comparé à un parasite. Sa forme et son évolution sont fortement inspirées d’une amibe qui a comme caractéristique d’envelopper sa proie pour le manger.

Un langage scientifique complexe

Durant la première partie du film jusqu’à la première péripétie, que je ne vous révèle pas afin de ne pas vous dévoiler l’intrigue du film, les acteurs plus particulièrement Ariyon Bakare interprétant le rôle de Hugh Derry un biologiste provenant de la Grande-Bretagne emploie un langage scientifique étant très complexe.

Je comprends la nécessité d’intégrer ce type de langage parce que nous sommes malgré tout dans une station spatiale et qu’un biologiste n’utilise pas nécessairement les mêmes mots que tout le monde. La complexité des intervenants peut faire fuir certains spectateurs surtout que la première partie du long métrage se concentre sur la découverte de l’organisme unicellulaire.

Reproduire l’absence de gravité

Ce que j’ai le plus apprécié du film est la technique utilisée par l’équipe de production afin de reproduire l’absence de gravité dans l’espace. Toujours en élévation, les acteurs inclus, l’effet créé est très réaliste. Avertissement cœur sensible, car la caméra tourne dans tous les sens et les acteurs aussi, l’effet peut causer des étourdissements. C’est l’un des désavantages d’être dans un environnement où la gravité n’est plus présente.

Cependant, il y a des avantages qui permettent de rendent le film plus réaliste. On retrouve par exemple la scène d’un membre de l’équipage qui joue avec de l’eau en suspension. Nous apercevons voyons les particules se promener dans la station spatiale de la même manière que si nous étions dans l’espace. C’est particulier de voir cet effet

Conclusion

En résumé, le film Vie est un bon film, mais sans plus. Le point culminant du film se situe à la fin, mais sinon l’intrigue est bien simple et il est facile à deviner de deviner ce qu’il va arriver aux membres de la station spatiale. Par contre, la conception de Calvin, l’organisme unicellulaire, est impressionnante. La recherche qui a été effectuée sur ses caractéristiques est représente bien la réalité.

Par contre, le langage utilisé dans la première partie du film peut causer de l’incompréhension chez le spectateur et rendre le tout moins intéressant. Je conseille, donc, le film aux personnes aimant la science-fiction.

NOTES
Note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Diplômée en Animation et recherche culturelle à l'UQAM, grande admiratrice de films d'animation, oui oui parce que je suis un enfant dans l'âme. Je suis une passionnée de cinéma, de séries télé québécoise et américaine, de musique, de livres, de spectacle d'humour et tout ce qui concerne la culture.