Steep Olympiques Titre

Steep : Road to the Olympics sur PlayStation 4 – Au pied du podium

En cette année olympique, nous n’avions pas vraiment vu de jeux vidéo jusqu’à maintenant traitant de cette grande compétition se déroulant à PyeongChang. Étant donné qu’une grande proportion des épreuves olympiques se situe en montagne, la franchise Steep, que Geeks ans Com’ a pu tester l’an passé, devenait une cible de choix pour les intégrer. Il s’est passé près d’un an entre la sortie de Steep et de cette expansion, Road to the Olympics. Période relativement longue et où la franchise a également vu d’autres expansions se greffer à son jeu de base, est-ce qu’Ubisoft Annecy a su régler les irritants principaux présents l’an dernier? Et comment les disciplines olympiques s’intègrent dans un jeu où les sports extrêmes sont mis de l’avant? Notre test!

Fiche technique

  • Date de sortie : 5 décembre 2017
  • Style : Sports
  • Classement ESRB/PEGI : ESRB T / PEGI 12
  • Développeur : Ubisoft Annecy
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : Anglais et Français
  • Disponible sur: Playstation 4, Xbox One et PC
  • Prix lors du test : 39,99 $ CAD / 29,99 €
  • Site internet officiel
  • Testée sur PlayStation 4
  • Version envoyée par l’éditeur

Axé sur la compétition

Tout d’abord, comme le mentionnait notre test de l’an dernier, Steep amenait les joueurs à dévaler les pentes de différents versants des Alpes en planche à neige, en ski, en parapente ou même en wingsuit. Le sentiment de liberté était grand mais celui de compétition plutôt mis de côté. Malgré le fait que certaines épreuves consistaient à gagner une compétition, elles semblaient complètement déconnectées de l’essence du jeu.

Cette fois, Road to the Olympics prend le chemin inverse. En effet, la totalité du contenu est axé sur la compétition et les épreuves olympiques. Il est certain que pour conserver un peu l’esprit de Steep, une emphase particulière est mise sur les épreuves ayant des origines en sports extrêmes tels que la demi-lune (halfpipe), le slopestyle et le big air.

Une campagne de peu d’envergure

Contrairement au jeu d’origine, Road to the Olympics contient une campagne ou carrière mais qui, personnellement, m’a laissé sur mon appétit. Il est certain que cette dernière nous donne un objectif de plus grande envergure mais sa linéarité en est plutôt déconcertante. En effet, bien que la prémisse soit très noble, celle de devenir le premier freestyler à gagner la médaille d’or dans trois disciplines différentes aux mêmes Jeux (celles mentionnées précécemment), la succession d’épreuves sans saveur fait en sorte que l’attachement à notre personnage est, à toute fin utile, nulle.

Ce mode carrière relate les mois de préparations et de qualifications pour se rendre au Jeux. Donc, nous participons à une série de missions comprenant des entraînements et des compétitions qui vont finalement nous amener vers PyeongChang. Comme mentionné plus tôt, anciennement, Steep ne comportait que les versants de montagnes des Alpes. Avec les contenus téléchargeables apparus au courant des derniers mois, notamment celui qui nous intéresse ici, d’autres lieux de glisse sont disponibles. Notamment, les préparations et compétitions de Road to the Olympics se déroulent en Corée du Sud (bien évidemment), mais également au Japon.

Au début de la campagne, Steep nous demande de choisir un personnage et le pays que nous voulons représenter. Pour ce qui est de notre avatar, ne pensez pas pouvoir prendre votre athlète préféré… ils ne sont juste pas présents. Nous avons la possibilité de choisir de faux athlètes possédant chacun des attributs plus clichés les uns que les autres. Toutefois, ce choix ne change absolument rien au jeu étant donné que, de toute façon, il porte toujours son casque. Néanmoins, je trouve dommage le fait de ne pas pouvoir utiliser des athlètes olympiques existants car, à mon avis, le sentiment d’appartenance aurait été plus grand. D’autant plus, au fur et à mesure que la campagne avance, nous assistons à des interviews avec des olympiens connus provenant de plusieurs pays différents. À la limite, s’ils sont présents dans le jeu en tant qu’eux-mêmes, pourquoi ne pas les avoir rendus disponibles comme personnages jouables?

Épreuves olympiques inégales

Outre la présence d’une campagne, Steep: Road to the Olympics permet également aux joueurs de participer aux différentes épreuves olympiques qui seront présentes à PyeongChang. Toutefois, ne penser pas participer à des compétitions de bobsleigh ou de skeleton… on retrouve uniquement les épreuves de sports de glisse où la présence d’une forme de descente en montagne est présente.

Donc, nous pouvons participer à des compétitions de ski (différentes déclinaisons de slalom, descente) et à d’autres de planche à neige (slalom parallèle, slopestyle, demi-lune, etc.). Dans les cas des dernières, pour la plupart, il s’agit des mêmes épreuves présentes lors de la campagne mais où l’objectif est d’obtenir les plus de points ou le meilleur temps pour obtenir une médaille d’or. Tandis que pour les compétitions de ski, il s’agit uniquement  de courses contre la montre pour l’obtention d’une médaille. Personnellement, j’aurais aimé avoir plus de types d’épreuves olympiques car un bon nombre sont totalement absentes. Il est possible que certaines ne s’appliquent pas à des versants de montagne. Par exemple, le curling, le patinage ou même le ski de fond qui se pratique sur surface plus plane, sont des sports qui n’auraient pas pu se trouver dans Steep: Road to the Olympics. Toutefois, le saut à ski et les cinq épreuves olympiques de ski acrobatique auraient, quant à elles, bien pu s’y trouver.

Une expérience mitigée

Tout comme dans mon premier test de Steep, mon expérience avec le jeu d’Ubisoft Annecy a été un mélange de plaisir et de frustration. Autant certaines sections permettent aux joueurs de se sentir libres en dévalant des pistes ou en effectuant des figures de freestyle, autant que dans d’autres moments, on peut tout simplement rager en se demandant pourquoi on continue à y jouer.

Dans le cas de la campagne, bien qu’elle soit relativement facile à compléter, mon expérience a quand même été agréable. En effet, comme expliqué plus tôt, étant donné que le but de la campagne demeurait dans les bases de Steep avec les épreuves de freestyle en planche à neige, la campagne était sommes toutes, satisfaisante. Bien que les mêmes bugs techniques et de design de la version de base se retrouvent toujours dans Road to the Olympics, ce n’était pas trop dérangeant dans la campagne.

Pour les compétitions olympiques, l’expérience globale est une toute autre chose… Je me suis fait prendre à recommencer souvent les épreuves pour essayer de gagner des médailles d’or, mais, par moment, c’était tout simplement de l’acharnement de ma part. À mon avis, le plus gros problème provient des contrôles imprécis présents dans Steep. Lorsqu’il s’agit d’épreuves de freestyle, on peut pallier à l’imprécision par la difficulté des mouvements que nous exécutons, mais dans le cas des différents types de slalom c’est tout simplement frustrant. En effet, dans ce type de compétition, la précision est essentielle pour être en mesure d’effectuer le meilleur temps ou tout simplement, ne pas manquer les portes.

Conclusion

Steep : Road to the Olympics est bel et bien une expansion et non un jeu à part entière. Pour ceux qui s’attendaient à avoir un titre couvrant les jeux olympiques à l’aide de leur jeu de base de Steep, ils seront un peu déçus. Ce n’est pas une mauvaise expansion, mais elle ne semble pas remplir totalement le mandat qu’elle avait l’air à vouloir se donner. Personnellement, pour le prix affiché au lancement, la quantité de contenu est plutôt mince et la rejouabilité du titre, très mince. Pour les amateurs de la franchise Steep, Road to the Olympics permettra de sortir de votre zone de confort tout en ayant l’impression de porter de vieilles pantoufles. Personnellement, ce dernier point m’a plu étant donné qu’on réussissait à changer en partie l’essence de Steep sans le dénaturer. Par contre, dans le cas de certaines compétitions de ski, certains ajustements auraient dus être apportés pour compenser la différence de vitesse et de précision d’exécution des épreuves olympiques.

Steep Olympiques Titre
Steep : Road to the Olympics sur PlayStation 4 – Au pied du podium
"Steep : Road to the Olympics sort la franchise de sa zone de confort en axant le jeu sur la compétition plutôt que sur la liberté en montagne. Satisfaisant par moment et frustrant dans bien d'autres, ce contenu téléchargeable plaira aux amateurs de la série si le prix demandé ne les dérange pas trop, compte tenu de la quantité de contenu comprise. Pour les néophytes de la série Steep, Road to the Olympics ne réussira probablement pas à les charmer ni même attirer de nouveaux joueurs surtout si ceux-ci s'attendent à un contenu olympique d'envergure."
6.5
Print Friendly, PDF & Email