Incarner un dresseur de faucon n’est pas courant dans le monde du jeu vidéo, et quand il s’agit d’en incarner un dans un monde futuriste, cela attire encore plus notre curiosité. Offert sur PS4 et compatible PSVR, l’aventure se parcours également de manière plus classique. Votre compagnon sera votre meilleur ami au cours de votre périple et il jouera un rôle prédominant dans le gameplay. Voyons pourquoi Falcon Age est une belle découverte!

Fiche Technique

  • Date de sortie : 9 avril 2019
  • Style : Aventure – VR
  • Classement ESRB/PEGI : T / 12
  • Développeur : Outerloop Games
  • Éditeur : Outerloop Games
  • Langue d’exploitation : Interface et texte en français
  • Test effectué sur PS4
  • Prix lors du test : 26,99 $ / 19,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Avec ou sans VR

Bien que pensé comme un jeu VR, le jeu est faisable de façon traditionnelle. En réalité virtuelle, l’immersion est évidemment plus forte et les interactions avec votre ami à plumes n’en seront que plus grande. Les graphismes, proches du cel-shading, sont vraiment honorables pour de la réalité virtuelle. La palette de couleurs, bien que limité, est agréable et renforce le côté mystique du jeu.

Il est pas beau mon bébé faucon?

Si vous êtes face à votre téléviseur, les graphismes ne seront pas un frein : nous sommes ici face à un jeu bon enfant, et bien que simplistes visuellement (notamment les textures), ces derniers contribuent à l’approche friendly-game et poétique qui s’offre à nous. On notera tout de même quelques bugs mais rien de dramatique.

Un monde dystopique simple mais efficace

Et c’est bien de par son originalité que Falcon Age réussit son pari. Vous incarnez Ara, dans un monde dystopique où les humains sont réduits à l’esclavage par la Outer Ring Company. Sorte d’entreprise diabolique qui utilise des robots pour vous asservir. L’homme a pour seule utilité de ramasser des minerais et augmenter la productivité de cette dernière. Ara, ou plutôt vous-même, faites partie de ce quotidien. Entre esclavage et lavage de cerveau imposé par les robots. Et c’est dans votre cellule que vous ferez la connaissance d’un bébé faucon ayant perdu sa mère.

Test Falcon Age
Le nourrir est une des diverses interactions de Falcon Age

Le lien se crée et vous deviendrez sa mère par procuration, ce qui vous permettra d’avoir une aide précieuse pour vous échapper. De là commence votre véritable aventure pour devenir une dresseuse de faucon, en respectant la tradition grâce aux conseils de votre tante, connaisseuse en la matière. La carte est restreinte, bien que l’on ne s’attende pas à un open-world, et l’univers donne envie de prolonger l’histoire.

Vis ma vie de dresseur de faucon

Si vous récupérez le faucon encore bébé, il va vite grandir et devenir indispensable. Le studio a bien pensé la chose : les interactions avec le faucon sont nombreuses dans Falcon Age et on tombe rapidement sous son charme. Tout d’abord, il vous suffit de siffler pour le faire venir sur votre main (notre oiseau sera parfois un peu long à la détente) . La touche interaction dédiée vous amène à le caresser, vous serrer la main, lui faire faire un tour, etc. Vous pouvez également le nourrir et lui donner des boosts (santé, défense, etc.). Ensuite, il vous suffit de viser une cible ou un objet à récupérer pour qu’il s’en occupe. Il aura vite fait de tuer des lapins ou de vous récupérer des fruits en hauteur.

La tante est une gardienne de l’art d’être un dresseur de faucon

On s’attache plus vite qu’on ne le croit à notre animal! Je me suis clairement pris au jeu d’en prendre soin, de lui ajouter des accessoires (casque, foulard, clochettes), des armes (bec en métal), ou encore de lui acheter un mini skateboard ou des balles de jonglage pour voir ce qu’il faisait avec. La dimension Tamagotchi fait son petit effet. La relation avec le faucon pourrait cependant être plus approfondie. C’est aussi lors des combats que le jeu prendre une autre dimension.

Un jeu d’action simple et efficace

Il vous faudra travailler en équipe pour vaincre vos ennemis

Ce sont d’abord les robots de la Outer Ring Company qui vous poseront des problèmes. Mini robots volants, robot humanoïdes, araignée robots, tourelles visant en l’air, etc. Armé d’un bâton électrique, vous serez à même de vous défendre (mention spéciale pour le fouet électrique) mais votre faucon sera indispensable en combat. Plus tactiques qu’ils n’y paraissent, il vous faudra parfois immobiliser un ennemi pour que votre allié l’achève. Ou encore le laisser attaquer en premier pour ensuite taper sur le point faible de votre ennemi qui est à terre.

Vous avez même le luxe de choisir son nom…

Pas révolutionnaires, un peu mous, les combats sont quand même agréables. Et de manière plutôt étonnante, vous ne pouvez pas mourir et votre faucon non plus. Ce qui réduit drastiquement la sensation de danger : il vous suffit de faire des interactions avec lui pour lui rendre de la santé si nous n’avez plus de nourriture. D’autant que les combats ne sont pas ardus.Pour autant, on s’inquiète pour lui, c’est dire le pari réussi de nous faire prendre d’affection pour l’oiseau.

Et de l’habiller!

L’environnement vous amènera aussi à croiser des animaux : chèvres, lézards, etc. mais aussi des animaux bien plus coriaces comme des loups des sables. Quelques passages sont bien pensés : les champs de mines et la ville abandonnée, où vous rencontrerez notamment des membres de la résistance et des marchands (accessoires pour votre faucon, nourriture, etc.) sont plaisants.

NOTES
Note
8
PARTAGER