Il est plutôt rare que Nintendo permet à des développeurs tiers d’utiliser leur personnages dans leur jeu. C’est pourquoi, lorsque Cadence of Hyrule : Crypt of the NecroDancer Featuring The Legend of Zelda (il s’agit de son nom complet) a été annoncé, l’intérêt général face à ce dernier à explosé un peu partout dans le monde des jeux vidéos. En même temps, lorsqu’on utilise les licences de Nintendo, certains amateurs sont déçus de ce que devient l’univers de leur jeu préféré. Alors, comment aura réussi Brace Yourself Games à mélanger leur titre à succès Crypt of the NecroDancer et The Legend of Zelda? Et ce mariage est-il réussi?

Fiche Technique

  • Date de sortie : 13 juin 2019
  • Style : Action, aventure et musique
  • Classement ESRB/PEGI : E / PEGI 3
  • Développeur : Brace Yourself Games
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Texte et interface en français
  • Exclusif sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 31,49 $ / 24,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Qu’est-ce que Cadence of Hyrule?

Lors de la première prise en main du titre, nous nous rendons toute de suite compte d’un point principal. Il s’agit beaucoup plus d’une nouvelle version de Crypt of The Necrodancer avec un enrobage provenant de la célèbre série de Nintendo que d’un nouveau titre dans la série de Nintendo. Les puristes de Zelda diront qu’il ne devrait pas s’inscrire dans la licence de cette dernière mais, pour ma part, je suis convaincu du contraire.

Il est certain qu’il y a une période d’adaptation à prévoir dans la façon de bouger notre personnage et comment attaquer. En effet, nous sommes encore une fois dans le domaine de Crypt of The NecroDancer où tous nos mouvements sont effectués au rythme de la musique. Bouger, attaquer et utiliser nos différents objets doit se faire dans ce rythme tout comme dans le titre duquel il provient. Il est possible que certains joueurs bloquent au fait que nous n’ayons pas plein contrôle sur notre personnage, notamment lorsque nous utilisons Link. Mais ne ne vous arrêtez pas à ce détail car une fois l’adaptation passée, nous avons vraiment l’impression de nous retrouver dans une nouvelle aventure de The Legend Of Zelda.

Comme expliqué, étant donné que les mouvements sont effectués au rythme de la musique, tous les environnements sont divisés en damiers et où nous devons nous déplacer de haut en bas et de gauche à droite. Tous les ennemis tentent de nous attaquer, eux aussi au rythme de la musique et nous devons trouver et éventuellement connaître tous les patterns de mouvements de ces derniers pour être en mesure de progresser. Parce que, tout comme Crypt of The NecroDancer, le niveau de difficulté du titre est passablement élevé… surtout, au début de notre aventure, lorsque nous ne possédons pas beaucoup de coeurs. Encore une fois, ne ne vous découragez pas si vous mourrez souvent, en progressant, vous allez survivre de plus en plus longtemps et le sentiment de satisfaction est gratifiant.

L’héritage de The Legend of Zelda

Depuis le début de l’article, j’illustre beaucoup plus les origines de Cadence of Hyrule car on ne peut renier d’où provient ce titre. Toutefois, bien que les mouvements et le fait musical ne soient pas habituels, nous nous trouvons néanmoins dans un jeu de Zelda. Tout d’abord, la facture visuelle est superbe. En effet, nous nous trouvons dans une version améliorée visuellement de A Link to the Past. Pour les plus vieux, vous aurez l’impression de remettre des vieilles pantoufles et admirerez des éléments dont vous étiez habitués tels que de se réveiller dans la maison de Link.

Bien que Cadence soit présente dans le jeu (l’héroïne de Crypt of The NecroDancer), j’ai pratiquement tout fait le jeu avec Link. J’ai utilisé un peu Zelda mais son bouclier, l’amour de Nayru, est un diamant qui utilise de la magie, ne peut être utilisé aussi fréquemment que celui de Link. Toutefois, elle peut aussi utiliser d’autres pouvoirs mais je préférais personnellement utiliser Link. Au début du jeu, il faut choisir avec qui on fait l’histoire, mais rapidement, nous pouvons passer de un à l’autre.

Contrairement à Crypt of The NecroDancer, dans Cadence of Hyrule, nous pouvons récupérer dans objets et items connus de l’univers de Zelda et les conserver dans notre inventaire. Par exemple, le boomerang, l’arc, les bombes, les bouteilles et même le grappin sont présents. En fait, penser que presque tout l’inventaire présent dans A Link to The Past se retrouve dans Cadence of Hyrule. Toutefois, comme son prédécesseur, nous perdons aussi une partie de notre équipement lorsque l’on meurt. Ce que l’on perd est en fait les mêmes éléments de jeu qui se trouvent dans l’original. Par exemple, les rubis, les bottes, les artefacts, notre pelle et notre lanterne. C’est pourquoi il faut quand même faire attention pour pas ne mourrir trop souvent car avoir à récupérer la monnaie perdue peut être un peu frustrant.

Une histoire propre à The Legend of Zelda

Bien que j’aie illustré d’où provenaiten les mécaniques de jeu de Cadence of Hyrule, on se rend compte rapidement que le cadre scénaristique provient tout droit de la série culte de Nintendo. En effet, nous commençons dans la maison de Link, tout comme dans A Link to the Past. Nous devons libérer Hyrule de Octavo qui a plongé le roi d’Hyrule, Link et Zelda dans un sommeil profond pour être mesure de transformer son luth en une version dorée avec l’aide de la triforce. Avec l’aide de Cadence qui se retrouve dans Hyrule, nos héros devront combattre Octavo et ses quatre champions pour être en mesure de remettre l’ordre dans le royaume.

Tout comme nous le sommes habitués dans les jeux de Zelda, les champions se trouvent dans des donjons qui sont répartis sur la carte d’Hyrule. Une fois complétés, ceux-ci donnent accès au château. Encore une fois, à l’instar de Crypt of the NecroDancer, ils sont générés aléatoirement et chacune de nos parties comportera des niveaux complètement différents.

Sur la carte du monde, notons des environnements bien connus tels que le lac Hylia, le désert Gerudo, les bois perdus ou même le village Cocorico sont tous présents. Comme j’expliquais plus tôt, c’est comme reporter des vieilles pantoufles. Ceci dit, bien que l’esthétisme et la facture visuelle semble tourner autour de A Link to the Past, des éléments présents dans les jeux beaucoup plus récents de la série ont aussi été ajoutés et c’est grandement apprécié.

Conclusion

Suite à la sortie de Cadence of Hyrule, j’ai vu des commentaires de joueurs puristes de la licence de Zelda qui semblaient être dérangés voir outrés du mélange des deux genres. À mon avis, tout fan de Zelda devrait jouer à Cadence of Hyrule et les joueurs de Crypt of The NecroDancer également. Bien qu’il soit un peu plus facile que l’original, il est en même temps plus accessible et cela laisse au joueur la pleine volonté de compléter l’histoire et explorer Hyrule en entier.

Le seul bémol que je pourrais soulever à Cadence of Hyrule est le temps que cela peut prendre pour le compléter. En effet, on peut calculer entre 6 à 8 heures en fonction du nombre de fois que l’on meurt pour passer à travers le titre. Il est quand même possible d’essayer de tout trouver dans Hyrule et de jouer aussi en mode coopératif. Ceci dit, j’en aurais pris un peu plus mais pour le prix, tout se tient. Honnêtement, c’est un titre que vous devez vous procurer dans votre bibliothèque de Nintendo Switch.

NOTES
Note d'enthousiasme
9
PARTAGER
Gamer depuis le moment où il a lancé ses premiers œufs sur Birdo dans Mario bros 2, François partage ses moments libres entre sa PS4, sa guitare et un terrain de soccer.Ses journées normales tournent autour des technologies de l'information où sa profession de géomaticien lui permet d'être geek même dans son milieu de travail.