Ça fait plus de 20 ans que j’achète NHL année après année. Mordu de hockey, je n’ai pas manqué une édition depuis NHL 2000 alors que Chris Pronger était sur la pochette. Bref, mon amour pour la franchise et pour ce sport ne date pas d’hier. Cependant, ça fait au moins 4 ou 5 ans que mon temps dans le jeu diminue au point de me questionner fortement sur cet achat qui était automatique auparavant. Or, avec toutes les nouveautés démontrées dans NHL 20 il y a quelques semaines chez EA, j’étais beaucoup plus optimiste. Est-ce qu’on avait vu juste ? Oui

Fiche Technique

  • Date de sortie : 13 septembre 2019
  • Style : Jeu de sport, simulation de hockey
  • Classement ESRB/PEGI : E10+ / 12
  • Développeur : EA Vancouver
  • Éditeur : Electronic Arts
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais, sous-titres et menus français
  • Testé sur Xbox One
  • Aussi offert sur PlayStation 4
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Une jouabilité transformée dans NHL 20

La raison de la diminution de mon intérêt de la franchise, c’était principalement parce que la jouabilité n’était pas à point. Alors que les graphiques se sont améliorés d’une génération de console à l’autre, la jouabilité n’a pas suivi. Et, pour quelqu’un qui suit le hockey de près et voit les meilleurs joueurs du monde créer des jeux de plus en plus spectaculaires à la TV, ne pas avoir une expérience qui s’en rapproche devenait frustrant. Que ce soit les passes pas assez précises à mon goût ou le positionnement douteux des joueurs, les irritants étaient difficiles à ignorer. Or, grâce à la technologie RPM (Real Player Mouvement) lancée l’an dernier et perfectionnée pour NHL 20, l’expérience est complètement transformée.

NHL 20 Flex Stick
Même la flexibilité des bâtons est parfaitement reproduite

Dès que j’ai mis les patins pour la première fois dans une partie de NHL 20, j’ai constaté la différence. Maintenant quand on fait nos passes, le joueur visé fait l’effort supplémentaire pour positionner son bâton et obtenir la rondelle. En plus, la physique du jeu va faire en sorte que le joueur va aussi repositionner le bâton de manière réaliste afin que les mouvements soient bien plus fluides et le corps du joueur va suivre aussi.

Dès que j’ai mis les patins pour la première fois dans une partie de NHL 20, j’ai constaté la différence.

Or, on le remarque aussi lorsqu’on fait des one-timer ce qui leur permet d’être plus efficaces. C’est satisfaisant, car j’ai enfin l’impression que les jeux que je prépare sont bien exécutés menant à plus de buts. Le jeu est plus rythmé et paraît donc plus rapide ce qui rapproche le jeu de la réalité. D’ailleurs, c’est aussi ce qui permet à NHL 20 d’être l’édition avec laquelle j’ai eu le plus de plaisir depuis longtemps.

Une expérience plus divertissante

Ensuite, le sport sert avant tout à nous divertir et les développeurs de NHL 20 l’ont compris. Non seulement la jouabilité a été amenée à un autre niveau, mais l’expérience de divertissement qui encadre le tout l’a aussi été. D’abord, il n’aura jamais été aussi gratifiant de marquer un but. Entre les nouvelles animations de célébrations des joueurs, de la foule et de notre mascotte ainsi que les reprises vidéo perfectionnées, on a droit à tout un spectacle. Tout comme l’interface qui nous présente en gros plan la face du joueur qui vient de marquer. C’est percutant visuellement et on se sent assurément plus dans l’action d’un match de hockey.

Puis, les commentateurs m’ont aussi beaucoup impressionné. C’est la première fois qu’on a droit au duo de Ray Ferraro et James Cybulski et ils font un excellent boulot. Je le mentionnais dans ma preview et le réitère après des dizaines de parties, leur chimie est parfaite. En plus d’avoir des échanges qui semblent authentiques, ils se sont laissé aller avec une approche dynamique. J’ai d’ailleurs bien aimé entendre l’un d’eux s’écrier « Et le but ! » après un de mes buts au Centre Bell. C’est une belle touche qui donne l’impression d’avoir un jeu un peu plus personnalisé. Bref, j’adore que l’équipe se soit détachée de l’ancien duo un peu plus conservateur.

l’expérience dans les arénas est aussi plus authentique que jamais

Enfin, l’expérience dans les arénas est aussi plus authentique que jamais. Par exemple, une visite au BB&T Center des Panthers nous permet d’entendre la panthère rugir. Ou encore, il y a le Nationwide Arena qui laisse entendre ses canons iconiques. Jamais jusqu’à maintenant je n’avais eu autant l’impression d’écouter une partie de hockey en direct en jouant à NHL 20. Même une défaite contre les Hurricanes en valait la peine juste pour voir la « Bunch of Jerks » en action.

La Bunch of Jerks est là pour vous en mettre plein la vue

Bâtir une franchise championne

Par la suite, EA a complètement revu le mode franchise qui était, à une autre époque, mon mode préféré. Et franchement, il est rapidement revenu au sommet à mes yeux puisqu’on a plus de contrôle que jamais sur notre équipe. Si le système de recrutement était au centre des nouveautés l’an dernier, NHL 20 met maintenant l’accent sur les coaches. Or, comme ils représentent des éléments clés d’une équipe de hockey, c’est cool de pouvoir aller aussi loin que de choisir l’entraîneur des gardiens de notre club-école.

Choisir ses coaches, c’est important !

Évidemment, les coaches ont un impact majeur sur plusieurs aspects de votre franchise ce qui ajoute une couche de complexité. L’entraîneur en chef, par exemple, possède 6 attributs qui le définissent et qui auront un impact sur le reste de l’équipe en jeu ou en simulation. Je trouve que c’est très réaliste et ça rapproche notre rôle de DG de la réalité. D’ailleurs, il sera important de trouver des joueurs qui rentrent bien dans le moule de l’équipe et le style de jeu de l’entraîneur. Ainsi, il faut penser à cet élément supplémentaire lorsqu’on fait un échange. Ça peut aussi être une raison supplémentaire de vouloir faire un changement si la synergie n’y est plus.

les coaches ont un impact majeur sur plusieurs aspects de votre franchise ce qui ajoute une couche de complexité

Bref, j’ai vraiment l’impression de tout savoir sur mon équipe, parce qu’on nous affiche même les joueurs qui ont la meilleure chimie avec le coach. Ça peut nous donner une idée de comment se porte notre vestiaire ou de qui vaut mieux se débarrasser. On peut même avoir des conversations avec celui-ci où il fera des demandes pour l’équipe. Mais ce qui m’a le plus impressionné c’est lorsque Carey Price m’a recommandé de congédier mon head coach. J’avais l’impression d’être au centre de l’action comme on sait que ça arrive souvent dans les coulisses. Moi qui aime beaucoup simuler des saisons, j’ai trouvé que cet ajout agrémentait énormément l’expérience joueur.

Pour rentrer dans le moule de l’entraîneur

Mon nouveau mode compétitif de choix

Puis, qu’on soit fan ou non de battle royale, on peut dire que c’est ce qui est en train d’inspirer une nouvelle génération de multijoueur plus compétitif que jamais. Même un jeu de sport comme NHL 20 s’en est inspiré avec mon nouveau mode favori Eliminator. Offert dans NHL ONES et NHL THREES, celui-ci plonge jusqu’à 81 joueurs dans un tournoi où le dernier survivant remporte les grands honneurs.

NHL 20 est plus compétitif que jamais

Jusqu’à présent, le côté compétitif n’avait jamais été ma tasse de thé avec cette franchise. Or, en me lançant dans Eliminator, j’ai eu droit à des matchs enlevants et pleins de rebondissements. Même si j’avais de la difficulté à me rendre très loin dans le tournoi, j’ai eu beaucoup de plaisirs. En boni, je pense que ça m’a vraiment permis de m’améliorer. Bref, pour ceux qui cherchent du multi compétitif de haut calibre, c’est assurément le mode à choisir.

J’ai vraiment été charmé par le décor en jouant sur le long canal gelé la première fois.

Même du côté de World of CHEL, EA Vancouver a emprunté une page de plusieurs MMORPG en offrant des défis hebdomadaires pour ramener les joueurs régulièrement. Même si ça m’intéresse moins, les joueurs qui veulent obtenir plus d’éléments de personnalisations et d’EXP seront bien servis. D’ailleurs, je vous recommande fortement d’essayer les nouveaux sites extérieurs qui sont tout simplement magnifiques. J’ai vraiment été charmé par le décor en jouant sur le long canal gelé la première fois.

Un des quatre nouveaux environnements extérieurs de toute beauté.

Mon meilleur NHL depuis longtemps

Pour conclure, c’est peut-être en partie parce que mes attentes sont plus basses depuis un certain temps, mais NHL 20 s’est avéré mon meilleur NHL depuis une bonne dizaine d’années. NHL 19 avait déjà entamé ce virage, mais c’est seulement cette année que toutes les pièces sont tombées en place. Au lieu de se concentrer sur les améliorations visuelles, le fait d’avoir écouté les joueurs et misé sur le gameplay a été payant. Pratiquement tous les irritants que j’avais sont partis et le jeu est enfin arrivé au rythme de la ligue. Enfin, tout comme la LNH, EA nous propose un jeu moins conservateur et plus dynamique que jamais. Bref, s’il y a une édition que vous devriez acheter que vous soyez fans de longue date ou pas, c’est celle-ci.

NOTES
Note d'enthousiasme
9
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.