Ça fait depuis l’année 2000 que j’achète la nouvelle édition de NHL à chaque début de saison de hockey. Au fil du temps, il y a eu des éditions qui en valaient la peine plus que d’autres, mais ce n’était pas toujours évident de le savoir d’avance. Or, le studio d’Electronic Arts à Vancouver a redoublé d’efforts depuis 2 ans pour corriger les irritants les plus évidents. Mais, en plus des corrections cette année, le jeu semble vraiment évolué au rythme de la ligue. Plus que jamais, lors de la saison 2018-2019, la ligue s’est détachée de son approche conservatrice pour renouveler sa clientèle. L’équipe derrière le développement de NHL 20 en a donc profité pour emprunter le même chemin à l’aube de la prochaine saison. Le plus récent titre de la série s’annonce donc plus en symbiose que jamais avec son sport.

Geeks & Com’ était de passage dans les studios de EA Motive à Montréal il y a quelques jours pour rencontrer William Ho, le directeur créatif du jeu. On vous présente tout ce qu’on a appris sur ce prochain opus.

La technologie RPM encore améliorée

Un des plus gros changements avec NHL 19, c’était l’arrivée de la technologie RPM pour reproduire un patinage plus réaliste des joueurs. Ce changement a donc permis au jeu de faire d’énormes pas dans la bonne direction, mais quelque chose d’autre manquait. Même si les joueurs sont soudainement devenus plus fluides, impossibles d’arriver au même niveau que la ligue si le positionnement du bâton des joueurs n’est pas aussi réaliste. Et c’est exactement ce sur quoi les développeurs ont misé pour NHL 20.

D’ailleurs, pour moi, cela a toujours été un irritant et encore plus depuis quelques années. C’est frustrant de voir une rondelle passer à côté juste parce que la physique du jeu ne suit pas. Or, ce n’est plus du tout le cas et j’ai pu le constater avec la démo qu’on a essayée sur place. Le résultat est un jeu qui a un rythme accru au point qu’on pourrait croire que le studio a augmenté la vitesse des joueurs. Pourtant, ce n’est pas le cas et c’est ce qui permet au jeu de s’approcher énormément du vrai rythme de la LNH.

  • NHL 20 Crosby
  • NHL 20 Laine

Or, ce n’est pas seulement au niveau du positionnement du bâton lorsqu’on reçoit la rondelle, mais aussi le mouvement de celui-ci lorsqu’on tire au filet. Le jeu s’ajuste donc selon le contexte et le positionnement du joueur sur la patinoire. En fait, tout le bas du corps du joueur suit aussi son mouvement de manière plus naturelle ce qui permet de meilleures transitions. Cet aspect est donc plus important et améliore nos chances de marquer. C’est la même chose pour les gardiens de but qui vont maintenant tenter de mieux rediriger la rondelle pour réduire les occasions de marquer. Bref, ces changements font la différence et rendent la simulation plus près de la réalité.

Une Ligue Nationale moins conservatrice

Puis, je pense que ce qui a retiré l’attention le plus à travers la LNH l’an dernier, c’est ce qui s’est passé en Caroline. La « Bunch of Jerks » comme les a affectueusement nommés (ou pas) Don Cherry a complètement transformé l’expérience au PNC Arena. Or, c’est justement ce genre de célébration qu’on peut s’attendre à voir dans NHL 20. Parce que tout le côté de l’expérience de divertissement a suivi l’évolution de la ligue et est plus personnalisé que jamais.

Par exemple, l’ajout des Signature Shots permet à une vingtaine de joueurs d’avoir leur motion unique de tir répliqué exactement dans le jeu. L’exemple le plus probant provient du « toe-drag wrist shot » d’Austin Matthews, mais d’autres comme le tir sur réception dévastateur à un genou au sol d’Ovi ont aussi fait la coupure. Qui plus est, pour accompagner le tout, le jeu souligne tous les buts avec une annonce à l’écran plus percutante et plus entraînante que jamais.

Enfin, le dernier élément à ce niveau qui est digne de mention, c’est la fin de l’entente avec NBC qui vient modifier l’équipe de commentateurs. C’est donc la fin de l’ère Mike Emrick et Ed Olczyk qui fait place à celle de Ray Ferraro anciennement sur la passerelle et James Cybulski. Ces derniers ont enregistré plusieurs lignes ensemble à chaque semaine ce qui fait en sorte que leurs discussions semblent réelles. J’ai pu d’ailleurs constater qu’ils amènent une nouvelle énergie à la description qui la rend plus dynamique. D’ailleurs, William Ho nous indiquait qu’ils laissent beaucoup de flexibilité aux commentateurs ce qui aide à créer cet effet de réalisme.

En route pour le 13 septembre

Finalement, je ne reviendrai pas sur toutes les nouveautés du jeu, parce que Marc en a déjà parlé dans un autre article. Cependant, je suis vraiment optimiste avec les améliorations de cette édition après avoir joué quelques parties durant la bêta et une autre chez Motive récemment. C’est impressionnant de voir la vitesse à laquelle l’équipe de développeurs très passionnée par la franchise est en mesure d’implémenter des éléments pour ressembler le plus possible à la LNH actuelle. Bref, on vous promet un test complet qui nous permettra de vous donner nos impressions finales, mais EA a pris la bonne voie pour NHL 20. Et le secret est simple : ils lisent pratiquement toutes les rétroactions que les joueurs envoient et priorisent en conséquence. Donc, si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à leur partager !

PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.