Bien que la série a perdu son côté RPG que j’aimais beaucoup, ça ne m’a pas empêché d’apprécier énormément Paper Mario Color Splash en 2016. En fait, c’était carrément une surprise et c’est devenu un de mes préférés de la Wii U. 4 ans plus tard, Nintendo annonce et sort un mois plus tard un nouveau chapitre : Paper Mario The Origami King. Après la peinture, c’est au tour des origamis de s’inviter dans le royaume Champignon avec une aventure pleine d’action. Mais est-ce l’aventure que vous recherchez sur votre Nintendo Switch ? La réponse est par ici !

Fiche Technique de Paper Mario The Origami King

  • Date de sortie : 17 juillet 2020
  • Style : Aventure / Action
  • Classement ESRB/PEGI : E / PEGI 7
  • Développeur : Intelligent Systems
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : offert en français
  • Exclusif à la Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch Lite principalement
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 59,99 €
  • Site Officiel
  • Version numérique envoyée par Nintendo du Canada
  • À noter que l’éditeur n’influence pas notre processus d’évaluation

Olly et ses méchants origamis

Allez ouste Bowser ! Ce n’est pas ton tour d’envahir le royaume Champignon, cette fois c’est au roi Olly de terrifier Mario et compagnie. L’horrible méchant veut transformer le monde en origamis et ainsi exercer son pouvoir sur l’ensemble du monde. Heureusement, la gentille fée Olivia, qui est en l’occurrence la sœur de l’effroyable antagoniste, est là pour aider notre plombier. Avec l’aide des sbires de Bowser, ils devront libérer les Toads tout en anéantissant les ennemis sur leur chemin.

Paper Mario The Origami King

Encore une fois, Paper Mario The Origami King nous démontre que la série a plus à offrir qu’on le pense. Ceux qui ont fait les derniers jeux savent que le côté humoristique est toujours bien présent et l’équipe s’est surpassée. C’est rare que je commence un texte en soulignant la qualité de la traduction d’un jeu, mais pour moi c’est sa grande force. Même si c’est parfois un peu « cheesy », c’est un des jeux de Nintendo avec le plus de personnalité.

Franchement, vous m’auriez dit que j’allais faire une danse en ligne avec 40 Toads, tomber sous le charme du chant d’un tronc d’arbre ou que je me serais fait faire la sérénade par un Toad sur une gondole, je ne vous aurais jamais cru. Pourtant, ce ne sont que quelques exemples de moments hilarants qui se produisent dans le jeu. En plus, il y a plein de jeux de mots pour nous faire bien rire prouvant la qualité des textes. Pour moi, juste cet aspect vaut vraiment le prix d’entrée.

Des combats pas convaincants

Si Paper Mario The Origami King frappe dans le mille avec son histoire et son humour savoureux, je ne peux pas en dire autant des combats. Visiblement, l’équipe d’Intelligent Systems a voulu faire les choses différemment en offrant une nouvelle recette intéressante, mais un peu redondante.

Or, si vous avez vu la vidéo de présentation du jeu le mois dernier, les combats réguliers se résument essentiellement à ce qui a été montré. C’est un peu comme résoudre un casse-tête où les pièces se déplacent sur des cercles qui entourent notre personnage. Le but est d’aligner les ennemis sur une ligne ou sur un carré 2×2 pour maximiser nos attaques. En effet, notre temps d’action est limité et, bien qu’on puisse le prolonger quelque peu, on doit se dépêcher. Heureusement, plus vous allez sauver de Toads, plus ils viendront vous encourager durant les combats. Ils pourront même vous aider en échange de quelques pièces.

Alors, le niveau de difficulté n’est pas très prononcé au départ, mais plus on avance, plus il y a d’ennemis et plus ils sont éparpillés. Si bien que les combats finissent par nous montrer une certaine complexité qui est malheureusement diminuée par sa redondance. D’ailleurs, au niveau des attaques, le jeu nous limite essentiellement à divers marteaux et quelques bottines pour écraser les sbires. C’est trop peu et comme Paper Mario The Origami King offre une bonne durée de vie on s’en lasse rapidement. Pourtant, je pense que ça aurait été facile d’ajouter un peu plus d’armes et de schéma pour frapper les adversaires.

Heureusement, il y a les boss

Puis, si le titre est décevant au niveau de ses combats réguliers, je dois admettre que les Boss viennent presque compenser. Et franchement, il y en a une bonne quantité. On peut diviser le jeu en cinq sections si on veut et chacune d’elle propose un boss et un mini-boss.

À l’inverse des combats réguliers, ceux contre les boss nous font faire le chemin inverse. C’est-à-dire que le Boss est au centre et c’est nous qui devons l’atteindre en naviguant les cercles. Il y a de nombreux items sur nos chemins et plusieurs passages possibles pour nous permettre d’atteindre la cible et faire la bonne attaque. C’est beaucoup plus varié et amusant selon moi et je dois dire que j’avais bien hâte à chacun d’eux.

Mais encore, chaque boss nous permet aussi d’obtenir un super pouvoir d’origami qui est possible grâce à Olivia. Entre la possibilité de s’étirer les bras en accordéon ou d’invoquer les pouvoirs de nombreux sages qu’on débloque, toutes ces habiletés seront primordiales pour faire face à Olly et son armée. Bien qu’on ne les utilise pas assez à mon goût, ils sont bien utiles et satisfaisants à exploiter.

Un grand monde de papier

Ensuite, au niveau du design de niveaux et la grandeur du royaume, Paper Mario The Origami King est assurément le plus développé de la série. Tout part de Toadville qui sert de grand village pour les Toad et de point de départ pour naviguer vers nos nombreuses destinations. Celui-ci est particulièrement grand et renferme plusieurs secrets qui sont pertinents à découvrir. J’ai été impressionné des nombreux espaces ouverts très grands à explorer et j’ai eu bien du plaisir à tout découvrir.

Paper Mario The Origami King Boss

Parce qu’une grosse partie du plaisir du jeu est de trouver où se cache chacun des Toads. Ceux-ci ont été pliés en toutes sortes de formes par Olly et son armée et ils sont coincés dans tous les recoins. On les retrouve souvent dans de fâcheuses situations plutôt risibles et ils ont toujours une réplique savoureuse lorsque les libèrent.

Tout ça pour dire que j’ai vraiment aimé l’univers de Paper Mario The Origami King. Le monde est énorme, les Toads sont cachés avec beaucoup d’ingéniosité et surtout il y a une belle variété d’environnements. Entre les montages, la forêt, le désert et plus, on peut dire que vous en verrez de toutes les couleurs. On n’est pas en présence d’une révolution graphique. Par contre, c’est impressionnant comme les personnages en 2D sont intégrés de manière parfaitement transparente dans un univers en 3D. C’est encore plus vrai avec ce nouveau chapitre et, en plus, la musique est excellente.

Verdict sur Paper Mario The Origami King

Pour conclure, Paper Mario The Origami King est un jeu léger qui complémente bien un été qui s’est avéré assez émotif dans l’univers des jeux vidéo. C’est juste dommage que les développeurs n’aient pas réussi à compléter ça avec un système de combat hors pair parce que pour le reste le jeu était franchement réussi. Malgré tout, avec une excellente durée de vie qui dépasse la vingtaine d’heures et en masse de fous rires, je pense que les fans de jeux d’aventure y trouveront leur compte.

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Anthony est comme Batman puisqu'il mène une double vie. De jour, c'est un simple banquier, mais le soir et les fins de semaine il se transforme en rédacteur de la section jeux vidéo sur Geeks & Com' où il partage sa passion. On peut dire qu'il aime presque tous les styles, mais il a quand même un petit faible supplémentaire pour les jeux narratifs et les JRPG !