Aux premières images, j’étais conquis. C’est beau, vraiment même ! On retrouve le cel-shading de Windwaker. Même que les sons et gestes du personnage nous rappelle Link. La comparaison s’arrête ici. Rapidement, on comprend qu’on est devant un jeu de survie et non d’aventure. On meurt ? On doit recommencer. Pas de points de sauvegarde intra-chapitre. Ayez un niveau de patience élevé avant de vous lancer dans Windbound.

Fiche technique

  • Date de sortie : 28 août 2020
  • Style : Survie
  • Classement ESRB / PEGI ESRB 10+ / PEGI 12
  • Développeur :  5 Lives Studio
  • Éditeur : 5 Lives Studio
  • Langue d’exploitation : FR et plusieurs langues disponibles
  • Disponible sur Xbox One, PS4, PC et Stadia
  • Testé sur Xbox One S et Xbox Streaming via un Razer Kishi
  • Prix lors du test : 39,99$ ou 29,99€
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Histoire

Votre héroïne se retrouve sur l’eau, dans un espace mythique. Une fois le portail traversé, l’aventure commence. Dans Windbound, la trame narrative est absente. Vous découvrirez l’histoire par pincée au fur et à mesure que vous explorerez les îles.

Windbound est un jeu de survie et on remarque rapidement l’absence de dialogues, de personnages non-joueur et de cinématiques. En effet, à part les magnifiques fresques murales à la fin de chaque chapitre et quelques textes superposés à l’écran, vous n’aurez rien de plus.

Est-ce que j’en aurais pris davantage ? Vraiment. C’est ce qui manque cruellement à ce jeu. Windbound a tout pour réussir, mais manque de cohésion.

Il est permis de croire que les développeurs veulent qu’on laisse aller notre imagination. Comme si on lisait un livre. Néanmoins, quelques cinématiques nous auraient permis de mieux comprendre l’histoire du personnage principal et de nous y attacher. Souvent, c’est ce qui nous donne le goût de continuer dans un jeu et c’est là que Windbound échoue.

Jouabilité

Là où Windbound réussit, c’est dans sa prise en main. Pour ceux et celles ayant joué à Zelda, vous serez en terrain connu. C’est presque identique. On peut barrer notre ennemi pour viser, lancer des pierres avec une fronde, utiliser une lance ou un arc, etc. Windbound a une direction artistique à couper le souffle et vient sauver la mise sur l’absence de contenu intéressant.

Par où commencer ? Windbound est un jeu de survie. Vous aurez donc à penser à vous nourrir, de ne pas rendre la nourriture périmée, vérifier votre jauge d’endurance et de vie et surtout, entretenir votre bateau.

J’ai détesté le premier chapitre, adoré le 2,3 et 4. Et encore une fois, détesté le 5. Comme il y a un manque flagrant de tutoriel, on apprend sur le tas. Et à nos dépends. Nous avons deux modes de jeux, histoire ou survie (on recommence au chapitre 1). Dans le premier, on conserve nos items, mais on doit recommencer le chapitre en cours quand même ! Dans le deuxième, on recommence au chapitre 1. Déjà que le premier est frustrant, je n’ose pas imaginer le suivant.

Windbound est très répétitif, on suit toujours la même routine. On doit activer trois socles sur trois îles différentes. Il en a plusieurs sur la carte et on doit les découvrir. La navigation est lente au départ, mais gagne en vitesse plus vous améliorer votre barque. Je vous recommande donc de prendre le temps de récolter tout ce qui est utile sur l’île. En plus, les recettes se débloquent seulement lorsqu’on récupère des objets.

J’ai vraiment apprécié prendre le temps de découvrir les îles de Windbound, naviguer en toute tranquillité et écouter la douce musique du jeu. Si vous avez en tête de maximiser votre inventaire et que le fait de perdre votre progression ne vous dérange pas, vous allez adorer.

Par exemple, vous avez activé deux socles sur trois, vous mourrez par accident ou inadvertance, vous devez recommencer la découverte des îles. Il en a plusieurs par chapitre et c’est le défi de devoir trouver celles qui ont les totems qui doivent être activés.

Verdict

Autant j’ai adoré Windbound, autant je l’ai détesté. J’ai parcouru le monde imaginaire environ huit heures et je vais probablement y revenir. Par moment, le jeu nous offre un rendu graphique exceptionnel. En plus, on apprend des recettes au fur et à mesure que l’on collecte des matériaux. On a l’impression que le jeu prend son envol, jusqu’à ce que l’on meurt et que l’on doit recommencer.

J’aurais vraiment apprécié une ou 2 possibilités de sauvegardes durant un chapitre. Je comprends que le jeu en est un de survie, mais Windbound perd son charme lorsque les longues minutes ou heures investies s’envolent en fumée. Heureusement, on peut y trouver son compte. Je le recommande seulement si vous avez pris conscience du type de jeu qu’est Windbound. Ce n’est pas un jeu d’aventure, mais de survie.

NOTES
Note d'enthousiasme
6
PARTAGER
On dit que qui se ressemble s'assemble. C'est le cas pour Maxime Chartier qui est banquier comme Anthony. Les soirs et le week-end, sa passion pour les jeux vidéos l'amènent à découvrir plusieurs horizons. Chasseur de succès comme Jonathan Laurin, il aime découvrir tous les aspects d'un jeu.