Nous n’avons pas vraiment le choix.  Le diable nous a fait une offre et si l’on veut récupérer un corps, il faut la mener à bien.  C’est très simple après tout, il suffit d’arrêter le sorcier qui veut détruire notre monde en lui rendant sa gloire d’antan.  Avec notre tête de citrouille mythique, nous devons empêcher les gentils de gagner.  Notre nom : Pumpkin Jack.

Fiche technique

  • Date de sortie : 23 octobre 2020
  • Style : Action, Aventure, Plateforme
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB T / PEGI 12
  • Développeur : Nicolas Meyssonnier
  • Éditeur : Headup Games
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur Xbox One, Switch et PC
  • Testé sur Xbox One
  • Prix lors du test : 38,99$ CAD / 29,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire

Un sorcier du côté des gentils tente de détruire le monde tel que le diable l’apprécie.  Il veut restaurer la paix.  Le diable veut absolument arrêter ce champion des humains et offre l’opportunité à Pumpkin Jack de se racheter en lui offrant un corps s’il réussit à arrêter le sorcier.

C’est sur cette note que nous sommes propulsés dans un monde obscur avec pour but de traquer le sorcier.  Pumpkin Jack commence son aventure en effectuant ce qu’il sait le mieux faire : tout détruire pour se rendre à son but.  Sur son chemin, il fait la rencontre d’un corbeau lui offrant son aide en retour de la sienne.  Ce corbeau sera notre attaque à distance pour le restant du jeu nous permettant de faire tomber des objets ou d’attaquer des ennemis éloignés.

Un retour aux sources du jeu de plateforme

Dès que le jeu débute, on se sent en terrain connu.  Pumpkin Jack s’inspire directement des jeux de plateforme classique comme Super Mario 64 ou Jak and Daxter par exemple.  Le jeu est divisé en plusieurs niveaux (six pour être exact) et chaque niveau a pour but de se rendre à la fin de celui-ci et d’affronter le boss qui nous attend.

Au début du jeu, nous avons droit à un petit tutoriel.  Celui-ci est très simple et concis, car les contrôles sont très faciles et intuitifs.  Il est possible de frapper, de faire des doubles sauts, d’esquiver et d’effectuer des attaques à distance.  C’est tout ce dont vous avez besoin pour la majeure partie des niveaux.

Des niveaux bien conçus

Les niveaux sont bien conçus et la courbe d’apprentissage est progressive.  Il s’agit d’un gros point positif, car il n’y a pas de choix de difficultés.  Au cours de votre périple, il faudra traverser plusieurs obstacles et puzzles.  La grande partie du jeu consiste à progresser dans le niveau en sautant et grimpant tout ce que vous pouvez.

La difficulté des séquences de plateformes est d’ailleurs bien dosée.  Il n’y a aucune séquence frustrante même celle offrant un excellent défi.  Il y a une sauvegarde avant chaque séquence de plateformes difficiles.  Si vous échouez, vous recommencerez au début de cette section.

Il y a des ennemis disséminés un peu partout, mais c’est surtout dans des zones de combat où vous affronterez beaucoup d’adversaires.  Sur ce point, le jeu ne brille pas par sa variété.  Il n’y a pas beaucoup de types d’ennemis et vous finirez possiblement par faire du “button mashing” pour affronter ceux-ci.

Des puzzles et de la diversité

Le jeu se permet de faire des clins d’oeil à d’autres jeux classiques.  Parmi les obstacles à traverser se trouve par exemple une séquence où nous contrôlons un chariot de mine et que nous devons sauter par-dessus les trous et détruire les murs nous bloquant.  Je ne pouvais m’empêcher de penser à Donkey Kong Country lors de ces séquences.  D’ailleurs, il y a une bonne difficulté dans certains segments et vous devrez être très concentré pour ne pas échouer.

Il y a une ou plusieurs parties puzzle lors d’un niveau et celles-ci vous feront perdre la tête… littéralement !  Certaines zones étant inaccessibles, Jack enverra seulement sa tête pour contourner le tout.  Lorsque vous vous promenez avec votre tête (à l’aide de tentacules/racines), il ne vous sera possible que de frapper ou de sauter.  Le but lors de ces sections varie que ce soit de réussir d’activer un interrupteur ou de faire exploser des barils à l’aide d’une bombe que vous devez manier à travers un chemin sinueux.  Lorsque le puzzle est réussi, vous récupérez votre corps.

Des boss pour bien terminer un niveau

Lorsque vous atteindrez la fin d’un niveau, vous aurez à vaincre un boss.  Pumpkin Jack a une discussion avec chacun d’eux et comme vous pourrez le constater, a un très mauvais caractère.  Cela peut mener à des répliques assez drôles, mais en dosant mieux les répliques assassines et sa mauvaise humeur, ça aurait permis de lui insuffler une dose de charisme.

Les boss offrent un bon défi, mais quand on connait leur “pattern”, le combat devient assez facile.  Comme je disais un peu plus haut, il n’y a pas énormément de contrôles pour Jack et cela se fait ressentir contre les boss.  Soyez prêt à mémoriser la routine du méchant, d’éviter toutes ses attaques et d’attaquer quand celui-ci fait une erreur.

Ce qui est intéressant, c’est qu’en venant à bout de votre ennemi, vous obtiendrez son arme sans perdre votre ancienne pour autant.  Vous pouvez donc choisir laquelle vous préférez pour les autres niveaux.  Si vous rejouez les niveaux précédents, vous aurez toutes les armes que vous avez acquises jusqu’à maintenant (même ceux de niveaux ultérieurs).

Et pour les complétionnistes?

Il est possible de trouver vingt crânes d’oiseau et un gramophone dans chaque niveau.  Les crânes d’oiseau sont la monnaie utilisée pour pouvoir s’acheter des nouvelles tenues.  Pumpkin Jack pourra devenir un bucheron, un inspecteur, etc.

Certains items sont vraiment bien cachés tandis que d’autres sont directement sur le chemin principal.  Malgré cela, le jeu offre une faible rejouabilité puisqu’une fois les niveaux terminés, peu de joueurs tenteront de trouver tous les objets surtout que ce n’est que pour de nouvelles tenues.

Au niveau technique

Le style cartoon et très coloré (malgré l’ambiance sinistre) est très bien exploité ici. Chaque section aura une brume de couleur différente qui enveloppera le niveau et donnera une légère ambiance oppressante.  Le jeu est d’ailleurs vraiment fluide et il faut vraiment le voir en action pour mesurer la beauté du style graphique.

La variété des mondes est assez faible cependant.  Les niveaux réutilisent plusieurs éléments entre eux et puisqu’il n’y en a que six, c’est encore plus dommage.

La bande sonore est vraiment excellente.  Le jeu fait tout pour donner une ambiance effrayante et utilise même la 5e symphonie de Beethoven ou la “Chevauchée des Walkyries” pour effectuer le tout.  J’aurais d’ailleurs aimé que ce genre de musique soit utilisé plus souvent.

Verdict

J’ai découvert un très bon titre en Pumpkin Jack.  Ce jeu de plateformes a tout pour plaire.  J’aurais souhaité qu’il y ait plus de niveaux, car le jeu se boucle rapidement.  En sachant que le jeu a été développé par une personne (Nicolas Meyssonnier), la qualité qu’il a réussi à atteindre est très impressionnante.  Il n’a rien à envier à de grosses productions du genre et vous passerez de six à huit heures de plaisir à tenter de “sauver” le monde.

NOTES
Note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Ancien collaborateur sur plusieurs sites de jeux vidéos et grand ami de Maxime Chartier, c'est celui-ci qui a redonné le goût d'écrire à Jonathan. Grand passionné de succès et de trophées, sa grande passion consiste à explorer les jeux à 100%.