Little Goody Two Shoes

Test de Little Goody Two Shoes

Il était une fois, un bébé-fille abandonnée en pleine forêt fut recueillie par une vieille dame qui l’éleva comme sa petite-fille. Un jour, mamie Holle décéda, laissant la jeune Elise toute seule pour tenir maison. L’arrivée soudaine de l’étrange voyageuse Rozenmarine chamboule tout. Comment est ce jeu publié sous la houppe de Square Enix Collective? Je vous parle de mon expérience dans Little Goody Two Shoes, sorti à temps pour l’Halloween.

FICHE TECHNIQUE DE LITTLE GOODY TWO SHOES

  • Date de sortie : 31 octobre 2023
  • Style : Aventure / Jeu de rôle
  • Classement ESRB / PEGI : T/12
  • Développeur :  AstralShift
  • Éditeur :  Square Enix
  • Langue d’exploitation : Voix et textes anglais
  • Disponible sur: PlayStation 5, Xbox Series X|S, Nintendo Switch et PC
  • Testé sur Xbox Series X|S
  • Prix lors du test : 26,99$ CAD / 19,99€
  • Site officiel 
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

UN CONTE INTRIGANT

D’entrée de jeu on constate que Little Goody Two Shoes est présenté comme un conte. Elise est cette fille pas très riche qui doit travailler chaque jour pour son morceau de pain. Elle rêve de richesse et de serviteurs. Lorsqu’elle trouve Rozenmarine cachée dans sa remise, elle s’empresse de lui dire qu’elle peut y passer la nuit, à la condition qu’elle fasse le ménage de toute la maison avant le matin. Quelle chance, elle a maintenant une bonne!

Elise trouvera ensuite de jolies et scintillantes chaussures rouges qui lui vont comme un gant. Vite, il faut aller les montrer à tout le village! Mais la vantardise est un vilain défaut et des conséquences s’en suivront. La jeune fille vivra des aventures étranges. Son désir de fortune sera entendu par des créatures qui lui demanderont des offrandes en échange de la réalisation de son souhait. Évidemment, on sait tous que ce genre de pacte cache souvent de sombres desseins.

UN QUOTIDIEN ANIMÉ

Une journée se divise en plusieurs phases. Dans la journée, on va travailler et rencontrer ses amis du village de Keiferberg. À chaque phase, on a deux ou trois choix. Pour le travail, on se rend à la personne qui le demande et un minijeu est déclenché sous la forme d’un jeu d’arcade. Il y en a quatre dans le jeu :

  • Ramasser des pommes
  • Récolter les œufs au poulailler
  • Couper des bûches
  • Kiss the Rat – avec deux enfants, on frappe un rat à tour de rôle pour se le passer. Celui qui échoue doit l’embrasser. Bref.

Personnellement, je trouve ces jeux simples et répétitifs. Il y en a trop peu et parce que c’est la seule manière de gagner des sous, on n’a pas le choix d’en faire le plus souvent possible.

En plus des travaux à réaliser, on donnera rendez-vous à nos amies Freya, Lebkuchen et Rozenmarine. Passer un moment privilégié avec elles développera leur amitié qui deviendra plus intime. Cette portion est intéressante pour en apprendre plus sur elles. Mais elles prennent la place d’une phase qui permettrait de gagner de l’argent. Ce n’est jamais facile la vie, hein?

On doit absolument surveiller sa jauge de faim, de cœurs et de frayeur. Les items requis pour les assouvir s’achètent en boutique. C’est pourquoi on a besoin d’argent chaque jour afin d’avoir un maximum d’objets utiles en inventaire. Le soir, on revient souper à la maison et la nuit, on dort. Ou on tente de dormir. Bref, celle portion est aussi importante dans le jeu.

  • Little Goody Two Shoes
  • Little Goody Two Shoes
  • Little Goody Two Shoes
  • Little Goody Two Shoes
  • Little Goody Two Shoes

PRUDENCE LA NUIT TOMBÉE!

En anglais, on l’appelle la « Witching Hour », ce moment au cœur de la nuit où les êtres surnaturels tels que démons, sorcières et autres entité maléfiques sont les plus actifs. C’est là que le jeu vire à un style s’apparentant à l’horreur. Ces moments nous plongent dans des tableaux sombres où l’on doit trouver la solution pour en sortir.

Le premier est un rêve que fait la jeune femme. Les autres se déroulent dans la forêt. Attirée dans ses profondeurs, Elise explorera les lieux qui pourraient se rapprocher du lieu habité par la sorcière. Est-ce qu’elle rêve, est-ce réel? Ces moments sont captivants avec des puzzles qui portent à réfléchir. Or, c’est brutal. Je suis morte souvent avant de comprendre quoi faire pour avancer. Une fois qu’on sait, ils sont super simples. On n’est pas pris par la main, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi. C’est juste des fois bien décourageant.

Au début du jeu, on nous conseille de sauvegarder souvent. Faites-le! Étant donné que les points de sauvegardes sont placés sur la carte, il serait dommage de recommencer trop loin. Aussi, utilisez plusieurs sauvegardes à différents points, juste par précaution.

Je me suis fait avoir dans la forêt où il me restait juste un cœur et aucun soin dans mon inventaire devant une nuée de papillons de nuit. Aucun moyen de les passer sans mourir à répétition. Ça m’a découragée de penser devoir recommencer une nouvelle partie en prévoyant deux ou trois sauvegardes stratégiques pour ne pas me faire prendre une deuxième fois. Par chance, sachant maintenant quoi faire, ça a été plus rapide.

Ne faites pas la même erreur que moi.

VERDICT SUR LITTLE GOODY TWO SHOES

Little Goody Two Shoes est un jeu spécial. L’animation rappelle les films animés de mes jeunes années. Il y a un grain dans l’image qui fait rétro avec des transitions passant du ratio 4:3 au 16:9 actuel. Certaines petites scènes font penser aux classiques, comme à Dorothée (Le magicien d’Oz) lorsqu’Élise frape du talon ses souliers rouges, ou au petit Chaperon rouge, juste parce son habillement et qu’elle vit en forêt.

C’est une bonne idée d’introduire des minijeux pour les tâches quotidiennes et de changer le tout lors de l’intrigue principale se déroulant au cœur de la forêt sinistre entourant Keiferberg. Au village, les gens deviendront parfois suspicieux d’Elise. Étant adoptée, ils ne savent pas vraiment qui elle est. Et si elle était liée à la fameuse sorcière habitant la forêt dont tout le monde parle mais n’a jamais vu? Quand les rumeurs sont entretenues, on peut croire n’importe quoi. Mais quand c’est à Élise que les choses arrivent, peu sont là pour la soutenir. Pauvre elle. Je la comprends de vouloir quitter cet endroit dès que possible.

J’étais attirée par ce jeu à cause du scénario rappelant un conte avec une touche d’horreur. Cela m’a plu. J’ai moins aimé le peu de variété des minijeux qui les a rendus plus répétitifs qu’autre chose, et le découragement vécu en arrivant devant par exemple une forêt hostile avec un paquet d’oiseaux me tapant sur la tête en essayent juste de trouver l’objet à placer sur le socle pour ouvrir un passage. Bref, il a joué avec ma patience.

Selon nos choix au fil de l’aventure, il y a dix fins possibles. Je vais me rendre à ma première mais je ne suis pas certaine de vouloir en explorer une seconde ensuite. On verra.

Little Goody Two Shoes
Test de Little Goody Two Shoes
Scénario original inspiré des contes classiques tendant vers l'horreur
Un graphisme unique nous immergeant bien dans l'univers dépeint
Plusieurs lieux de sauvegarde
Peu de variété pour les minijeux lors de la phase de travail
L'impression de ne pas pouvoir approfondir mes relations si je veux me rendre au bout de l'histoire en un morceau
La phase de la "witching hour" pourrait en décourager plus d'uns car elle ne nous offre aucune pitié si on n'est pas prêt à l'affronter
7.5
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights