Critique de la série Echo sur Disney+

Il y a deux ans, Hawkeye a mis les bases pour la série Echo qui vient d’arriver sur Disney+. C’est dans celle-ci que nous avons été présentés au personnage de Maya Lopez (Echo) joué par Alaqua Cox. Malgré qu’elle soit handicapée d’une jambe et qu’elle souffre de surdité, l’actrice s’était bien démarquée dans son rôle secondaire. On avait hâte de voir les ramifications de son geste à l’endroit de son mentor Wilson Fisk; aussi de retour. Grande vilaine ou héroïne inattendue, avec un passé comme celui de Maya, on se demandait bien quelle direction elle prendrait ? Est-ce un bon complément à l’histoire racontée jusqu’à maintenant ?

Fiche Technique de la série Echo

Date de début : 9 janvier 2023
Direction : Sydney Freeland

Scénario : Mario Dayre et Amy Rardin
Acteurs principaux : Alaqua Cox, Chaske Spencer, Tantoo Cardinal, Charlie Cox, Devery Jacobs, Zahn McClarnon, Cody Lightning, Graham Greene et Vincent D’Onofrio

Plateforme : Disney+
Nombre d’épisodes : 5 épisodes


Faire face à son passé

Pour une 2e série de suite, Marvel met de l’avant les Premières Nations, alors que Maya retourne dans ses terres ancestrales à Oklahoma. Elle est d’origine de la nation Choctaw qui se situe principalement dans le sud des États-Unis. À première vue, elle y va simplement pour une question d’affaires, mais cela se transformera rapidement en occasion pour elle de faire la paix avec son passé. Parallèlement, elle devra faire face à Wilson Fisk qu’elle a trahit par le passé ce qui ne sera pas une tâche facile.

Ces deux thèmes principaux sont explorés en profondeur et nous aident à nous accrocher à l’histoire. En effet, Maya a été, en quelque sorte, expulsée de son village natale par sa grand-mère suite à un tragique accident. On comprend que sa grand-mère n’est pas fan de son gendre, le père de Maya, et qu’il attire beaucoup de problèmes. Jusqu’à maintenant, elle était plutôt froide, mais elle doit maintenant confronter ses émotions et sa famille qu’elle n’a pas vue depuis longtemps.

En ce qui concerne sa relation avec Fisk, plusieurs scènes m’ont impressionnée. Lui et Maya ont des échanges puissants, malgré l’utilisation d’un traducteur. J’ai trouvé Alaqua particulièrement bonne pour transmettre son ton dans sa gestuelle lorsqu’elle utilise le langage des signes. On sent sa frustration, son désespoir, mais aussi sa détermination. En plus, les scénaristes ont eu la brillante idée de couper le son dans certaines scènes pour qu’on s’immerge encore plus dans sa réalité. C’est très réussi.

Une famille enfin réunie ?

Si Maya et Fisk volent le show, d’autres personnages ont aussi capté mon attention. J’ai bien aimé Tantoo Cardinal qui joue la grand-mère, Chula. On la sent très froide au début et on a de la difficulté à comprendre ses actions, mais elle a une bonne progression comme sa petite fille. C’est surtout sa relation et ses échanges avec Skully, joué par Graham Greene, qui sont touchants. Ce dernier m’a fait particulièrement rire avec sa casquette sur le côté et ses habits d’adolescents. Ça fait assez étrange sur un septuagénaire, mais on comprend qu’il veut démontrer qu’il a encore un cœur de jeune.

Cody Ligthning est un autre bon personnage secondaire dans le rôle de Biscuits. C’est un peu comme le cousin qui a trop d’en train, mais qui amène beaucoup d’énergie dans chaque scène. Il s’agit aussi d’un très bon complètement à Maya comme il est bien plus intense. Par contre, j’ai un peu moins apprécié Devery Jacobs et Chaske Spencer dans leur rôle de Henry et Bonnie. Je trouve qu’ils n’amènent pas grand-chose au scénario.

Echo

Place aux Choctaws

Je mentionnais un peu plus haut que Marvel explorait pour une seconde fois d’affilée un peuple des Premières Nations. Cette fois, on plonge à Oklahoma et les producteurs ont pu rencontrer de vrais membres Choctaws pour les consulter et s’assurer que les éléments de l’histoire respectaient la culture dont elle s’est inspirée. D’ailleurs, durant la série il y a une célébration nommée powow qui a été reprise en suivant la coutume.

Parallèlement, les légendes racontées qui sont très présentes dans la série et qui expliquent les pouvoirs de Maya, sont tirées directement des informations transmises aux scénaristes. Je trouve que la provenance des habiletés de Maya est très intéressante et que l’approche est bien différente des autres personnages du MCU. J’ai bien aimé découvrir cette nouvelle culture à laquelle je n’étais pas du tout familier.

Une série TV-MA

Ensuite, c’est important de souligner que la série Echo est classée TV-MA pour mature ce qui est rare avec Marvel. D’ailleurs, on constate dès le départ pourquoi avec les scènes de combats qui sont très violentes. On voit beaucoup de sang et c’est particulièrement graphique, alors je ne la recommande pas aux plus jeunes. Il y a quelques scènes principalement avec Fisk qui témoigne de son côté violent et sans scrupule. Il tue vraiment sans remords même des personnages insignifiants comme ceux qui traduisent ses conversations avec Maya. J’avoue que ça m’a choqué par moment.

Cependant, je pense que ça met bien le ton pour la série Daredevil: Born Again qui est en cours de développement. C’est dommage que Disney ait attendu à Echo pour prendre ses tangentes un peu plus mature, parce qu’elle aurait bien servi Hawkeye à mon avis.

Echo Vincent D'Onofrio

Verdict sur la série Echo

En terminant, je ne pense pas que le personnage d’Echo fasse beaucoup avancer les choses dans l’ensemble de l’univers Marvel. Par contre, Alaqua Cox a bien joué son rôle et j’ai apprécié la série un peu plus que ce que j’anticipais. Ce qui est vraiment important maintenant, c’est que l’on constate définitivement la montée d’une grande menace qui aura probablement une place de choix dans le MCU sous peu. J’ai bien hâte de voir encore plus de Kingpin et son ascension à New York.

Critique de la série Echo sur Disney+
La réalisation
8
L'histoire
5
Le jeu des acteurs
7.5
Les effets spéciaux
7
Le plaisir durant le visionnement
7
6.9
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights