Cocoon

Test de Cocoon : un grand voyage interdimensionnel

Fort des succès des jeux Inside et Limbo, Jeppe Carlsen a décidé de quitter Playdead pour former son propre studio Geometric Interactive. Son premier jeu, Cocoon, est donc arrivé l’an dernier avec une certaine appréhension. Déjà, le fait que le jeu ne soit pas à défilement latéral était un changement drastique comparativement à ce qu’on était habitué. On se demandait donc si le concepteur était en mesure de livrer une aventure avec un si grand impact en passant en vue isométrique. La réponse courte, c’est oui absolument et la réponse longue est dans les paragraphes suivants.

Fiche Technique de Cocoon

  • Date de sortie : 29 septembre 2023
  • Style : Aventure, casse-têtes
  • Classement ESRB / PEGI : E / PEGI 7
  • Développeur : Geometric Interactive
  • Éditeur :  Annapurna Interactive
  • Langue d’exploitation :  Menus en français
  • Disponible sur PC, Switch, PS5, PS4, Xbox One et Xbox Series X/S
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 32,99 $ CA / 22,99€ 
  • Site officiel
  • Version envoyée par Nintendo

Traverser les orbes

Dans Cocoon, le joueur contrôle une sorte de petit insecte qui part à l’aventure dans un monde étrange. Notre personnage met d’abord la main sur un curieux orbe qui renferme un tout autre monde dans lequel il peut voyager. Cet orbe, il peut le transporter sur son dos et le déposer sur les différents socles éparpillés un peu partout. En progressant dans les différents mondes, il mettra la main sur des orbes d’autres couleurs possédant chacun une abilitée unique.

C’est en se servant des particularités des orbes et en se creusant bien les méninges qu’on réussit à traverser les nombreux obstacles sur notre chemin. D’ailleurs, l’équipe de Geometric Interactive a été particulièrement ingénieuse dans la conception de chacun de ses mondes. Je n’ai jamais joué à un jeu qui utilisait ce genre de voyage interdimensionnel et c’est franchement brillant. Il faut être bien perspicace pour savoir bien jongler entre les orbes pour résoudre les casse-têtes et avancer.

Outre les casse-têtes, quelques énormes gardiens vont aussi tenter de freiner notre progression. Ils servent de boss final pour chaque section et sont plutôt amusants. Sans être trop difficiles, les mécaniques de jeux qu’ils exploitent sont bien réussies.

Cocoon

Un seul bouton

Or, c’est encore plus impressionnant lorsqu’on constate que Cocoon se joue avec essentiellement un seul bouton. Tout ce que notre habile petit insecte peut faire c’est ramasser/déposer ses orbes ou activer différents mécanismes. On ne peut pas sauter ni vraiment se battre contre les Boss qu’on rencontre. Tout ce qu’il faut s’est se déplacer adéquatement pour éviter leurs attaques et utiliser notre unique bouton pour activer le bon mécanisme dans l’arène. C’est difficile à expliquer en détail comme ça à l’écrit, mais c’est parfaitement exécutée sans jamais devenir ennuyant.

C’est vraiment impressionnant de voir à quel point les casse-têtes sont variés et bien pensés, malgré cette limite d’un bouton. La perspective isométrique sert bien la mécanique de monde dans un monde et permet justement aux casse-têtes de se complexifier. Parce que oui, on ressent bien une progression au niveau de la difficulté en avançant dans l’aventure. D’ailleurs, ça devient assez complexe vers la fin et on peut vite se perdre et se désorienter un peu. Heureusement, après quelques instants et en réfléchissant bien, on finit par trouver notre chemin et continuer.

Le tout est fait sans jamais nous tenir par la main ni nous donner d’indices. On comprend assez vite comment le tout fonctionne sans que le jeu nous explique quoi que ce soit. Puis, tranquillement en introduisant de nouveaux éléments de décor, on nous apprend naturellement à traverser des obstacles de plus en plus complexes.

De la biomécanique extraterrestre

Visuellement, le jeu est aussi une vraie perle. Si Inside et Limbo se démarquaient en utilisant surtout des contrastes de blanc et de noir, Cocoon y va plutôt avec un large éventail de couleurs. Celles-ci sont peintes de façon à nous donner l’impression de visiter une planète extraterrestre. Il y a un côté presque magique lorsqu’on regarde les sphères de près et qu’on a l’impression de voir le monde bouger à l’intérieur. Parlant de monde, chacun a sa propre palette de couleurs et des éléments de décors uniques.

L’équipe a aussi fait du bon boulot pour nous créer un certain sentiment de solitude et d’inquiétude. On a souvent l’impression d’être observée et que des créatures se préparent à nous sauter dessus. Qui plus est, de nombreuses structures avec lesquels on interagit semblent presque vivante. Comme si la nature les contrôlait. Le décor est aussi particulièrement détaillé même lorsqu’il se situe à l’arrière-plan. Le souci du détail est là et la trame sonore nous envoute tout autant.

Verdict sur Cocoon

En terminant, on regrette de ne pas avoir découvert Cocoon en même temps que le reste de l’industrie en septembre dernier. Cependant, il n’est pas trop tard et c’est pourquoi il a récemment fait notre liste de belles découvertes sur la Nintendo Switch. Il s’agit d’un excellent premier titre pour le studio Geometric Interactive et on va définitivement continuer de suivre Jeppe Carlsen et son équipe dans le futur.

Cocoon
Test de Cocoon : un grand voyage interdimensionnel
Des casse-têtes et design de niveaux ingénieux
Une atmosphère immersive
Des mécaniques simples, mais brillantes
On ne nous tient pas par la main
Le visuel et la trame sonore sont excellents
Ça devient assez complexe à la fin du jeu
Un peu court
9
Print Friendly, PDF & Email
author avatar
Anthony Gravel
Anthony est notre rédacteur chef et il écrit des tests depuis une dizaine d'années. Il a d'abord commencé avec le podcast de l'Épée Légendaire avant de rejoindre Geeks & Com' quelques années plus tard. On peut dire qu'il aime presque tous les styles, mais il a quand même un petit faible supplémentaire pour les jeux narratifs et les JRPG !