Test de Stray – On est si bien dans la peau d’un chat!

Je ne suis pas le plus grand amateur de la race féline. À mon avis, un chien est beaucoup plus intéressant qu’un chat. Au risque de m’attirer les foudres de plusieurs personnes, je ne vais pas énumérer les raisons. Malgré cela, lorsque le studio BlueTwelve est arrivé avec un projet unique, ils ont su capter mon attention. Voyez-vous, un jeu dans lequel on incarne un chat n’est pas monnaie courante. Et c’est pourtant ce qui se passe dans Stray, dernier jeu publié par l’excellent Annapurna Interactive. Avec pur (lire ici purrrrrr comme un chat qui ronronne) dans leur nom, ils étaient tout indiqué pour ce jeu! Est-ce que Stray représente la saveur de l’été et nous permettra de vivre une vie de pacha? Réponse dans notre test!

FICHE TECHNIQUE DE STRAY

  • Date de sortie : 19 juillet 2022
  • Style : Aventure/Plateforme/Puzzle
  • Classement ESRB / PEGI E / PEGI 12
  • Développeur :  BlueTwelve
  • Éditeur : Annapurna Interactive
  • Langue d’exploitation : Voix anglaises et textes en français
  • Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5 et PC
  • Testé sur PlayStation 5
  • Prix lors du test : 39,99 $ CA / 29,99 € (gratuit avec l’abonnement Extra ou Premium)
  • Site officiel

Ronronner et contempler

Tel que stipulé au départ, vous incarnez un chat dans Stray. Heureux comme un pape, celui-ci se promène accompagné de ses trois compagnons. Évidemment, toute histoire nécessite un rebondissement afin de justifier son existence. Alors qu’ils se croyaient tous à l’abris, voilà que notre héros (ou héroïne, on ne connait pas le sexe du chat après tout) tombe à sa perte. En effet, une énorme chute l’emporte dans les abysses de la noirceur. Heureusement qu’un chat à plus d’une vie! Plus de peur que de mal, notre chaton se voit donc dans un environnement qui ne lui ai pas familier et dans lequel il n’a d’autre choix que de continuer son chemin. Il fera des rencontres stupéfiantes et surprenantes, découvrant dans quel monde il vit. Difficile d’en dire plus sans en révéler l’histoire en soi. Mais il s’agit d’une belle réflexion sur notre société.

Au-delà de son périple, notre animal va vivre ce que tout bon chat fait : ronronner, gratter le tapis, se faire flatter, dormir et plus encore. Parce que le jeu est bien plus qu’un jeu d’aventure comme tant d’autres. Non, celui-ci nous permet de bien profiter du paysage, de se reposer comme le ferait un vrai chat. Il va sans dire qu’il réussit vraiment bien sur ses aspects et laissez-moi vous dire pourquoi.

Réflexes animales

BlueTwelve a fait un travail sensationnel sur le côté représentatif de ce qu’est et vit un chat. Honnêtement, malgré que l’on sache que nous sommes dans une aventure avec un but à remplir, on ne ressent jamais vraiment la pression. Ça ne vous rappelle pas la réalité de la plupart des chats? Bon, cela ne veut pas dire qu’aucun danger menace notre animal heroïque. Il y aura quelques moments de tension qui vous demanderont d’être vif avec les réflexes d’un félin. Ces phases sont sommes toutes plutôt rare et dans la grande majorité, vous aurez qu’à vous déplacer d’un point A à un point B. Évidemment, il y aura des casse-têtes à percer, des objets à trouver et des conversations à entamer. Mais si vous êtes stressé après une grosse journée au travail, Stray représente le remède parfait pour la détente. On tente de découvrir de nouveaux passages, des endroits ou seulement un chat peut s’infiltrer afin de savoir s’il n’y a pas une récompense tout au bout. Vraiment plaisant.

Nous allons faire également la connaissance d’un robot du nom de B12 (BlueTwelve, on voit ce que vous avez fait). Il sera d’une grande aide pour traduire le dialecte de nos rencontres parce qu’évidemment, les chats ne communiquent pas de la même façon. Mais nous l’aiderons également en retour à déchiffrer qui il est et la raison de son existence.

A-t-on des reproches à faire à Stray?

Le jeu n’est pas sans failles comme la grande majorité des jeux. Stray repose énormément sur la physique comme il s’agit d’un jeu plutôt contemplatif. Par exemple, une bouteille que l’on accroche et qui tombe dans le vide ou un ballon qui tombe dans une poubelle. La plupart du temps, le tout est très réaliste et on se surprend à faire réagir notre environnement pour voir comment il va répondre. Il m’est souvent arrivé que les objets ne répondent pas exactement comme prévu. La bouteille va à 100 à l’heure après l’avoir touché? Ce n’est pas normal. Impossible d’aller sur un objet alors que pour les autres ce n’est pas un problème? Bref, ce sont des détails et notre expérience n’est pas mauvaise pour autant. Mais il faut admettre que pour un jeu qui repose essentiellement là-dessus, il y aura dû y avoir un peu plus d’attention porter sur ce point. Et comment est-il possible d’être déçu quand on peut passer des heures à regarder un chat dormir?

Verdict de Stray

Stray représente le jeu parfait pour se reposer. Être en transe et se laisser guider par le chemin devant soi. Le jeu ne demande aucunement à son joueur de se placer dans une situation stressante. On va se le dire, ce n’est pas de trop dans un monde où les sources de stress et de conflits sont nombreuses. Les puzzles sont relativement faciles pour les jeunes et les moins jeunes. Bon, on s’entend que si le jeu nous demandait d’incarner un chien cela serait encore mieux. Qui sait, peut-être que l’idée est déjà en train de germer dans la tête du studio. Pour l’instant, on va se contenter de ronronner et de courber le dos. Sans oublier la sieste. J’aime les siestes.

Test de Stray – On est si bien dans la peau d’un chat!
Incarner un chat n'est pas quelque chose qui a été exploré très souvent
Les puzzles sont accessibles à tous
L'histoire est légère mais intriguante
Gratuit si vous êtes membre Extra ou Premium sur PlayStation Plus
On incarne un chat alors qu'un chien ça serait mieux ;)
Relativement court mais à un prix raisonnable si vous devez l'acheter
8
Print Friendly, PDF & Email
author avatar
Kevin Cormier
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.