Battlefield Hardline : Nos impressions sur la bêta du jeu développé par Visceral Games

Electronic Arts Battlefield Hardline

Comme beaucoup d’autres joueurs, nous avons testé la béta de Battlefield Hardline la semaine dernière ; il est temps de vous livrer nos impressions. Sachez que nous avons joué à tous les modes de jeu sur l’ensemble des trois cartes proposées durant cette phase de béta. Nous avons également testé les 4 classes différentes ainsi que les différents outils de customisation. Le jeu, développé par Visceral Games et édité par Electronic Arts, est prévu pour le 19 mars prochain.

Dans cet article, nous vous proposons l’avis de deux de nos rédacteurs qui ont pu jouer ensemble, Thomas et Samret.

Thomas : « Un Battlefield Hardline beaucoup plus fun que la version Alpha »

L’alpha de Battlefield Hardline, proposée lors de l’Electronic Entertainment Expo 2014, m’avait, je dois l’avouer, complètement refroidi à l’idée de me procurer la version complète du jeu: Deux modes au niveau trop aléatoire, assez mal équilibrés, avec une surcouche de Payday totalement inutile, voici le résultat peu concluant que je retenais de cette expérience.

Autant dire que je n’attendais vraiment pas grand-chose de cette bêta ouverte. Et grand bien m’a pris d’avoir donné une seconde chance au titre. Parlons d’abord du mode Heist, Braquage dans la langue de Molière. Il ne s’agit plus ici de s’attaquer à deux fourgons blindés, mais bien à un véritable coffre-fort, sur une map plus petite.

Beaucoup plus fun que sur l’alpha, il est possible de s’y introduire de plusieurs manières : par la grande porte, par le toit ou par le mur du restaurant voisin. Il est regrettable de voir que la plupart des parties se terminent sur une victoire des policiers, à cause d’un nombre de réapparition illimité dans ce camp. La map est toujours un peu grande, mais on est loin des précieuses minutes perdues à se déplacer vers les points chauds de la carte très (trop?) vaste à l’époque.

Electronic Arts Battlefield Hardline 1
Cette bêta donne aussi l’occasion de se débarrasser d’un mode Blood Money chaotique, à cause d’un spot d’attaque unique et toujours encombré. En même temps un conflit 16 policiers contre 16 voleurs n’aide en rien la lisibilité de la situation. À la place, Visceral Games nous propose Conquest/Conquête en 32 versus 32, typique des jeux Battlefield, ainsi qu’un mode Hotwire/Poursuite Infernale, un Capture de Zone repensé. Il vous suffit de prendre le contrôle de véhicules cibles disposés aux alentours de la carte, en roulant le plus vite possible, pour accumuler un maximum de points. En détruisant une auto, vous cassez la chaîne de score de l’adversaire. Avec ces zones totalement mobiles, c’est le type de jeu totalement addictif et qui justifie à lui seul le temps passé sur la Bêta.

Malheureusement, même si le titre s’est bonifié, on est encore loin d’un jeu qui justifiera une acquisition day one à 70€ On est encore beaucoup trop proche d’un Battlefield 4, graphiquement et en terme de mécaniques de gameplay. Un simple DLC à moindre prix aurait eu plus d’impact et de sens. À moins que le jeu offre plus de modes de jeu multi et un très bon scénario solo, le point faible de la saga, il sera très difficile de conseiller l’achat.

Electronic Arts Battlefield Hardline Cop Chase 1

Samret : « Encore beaucoup de travail pour en faire un jeu… et non un DLC »

Pour ceux qui auraient peur que cet épisode assez inédit bouleverse l’excellent gameplay introduit par Battlefield 3 et perpétué par le quatrième opus, je vous rassure, vous ne serez pas du tout perdu puisque le gameplay général est identique. Les mouvements n’ont pas évolué (notamment en ce qui concerne la vitesse de déplacement) et le feeling des armes (le rechargement, le tir en lui même, le recul, etc.) non plus. On aurait d’ailleurs aimé ressentir une différence entre flics et voleurs en terme de gameplay mais seules les armes et les skins changent, le reste est assez uniforme.

Autant j’ai apprécié jouer au mode « Poursuite infernale » (« Hotwire » en anglais) où le principe est de capturer des véhicules et les conduire le plus longtemps possible pour accumuler des points, autant le mode conquête classique de Battlefield n’est pas du tout adapté à la carte. Nous comprenons l’envie de ne pas dérouter les joueurs aguerris des anciens épisodes mais ce mode n’a juste rien à faire dans un épisode centré sur la rivalité policiers/voleurs. A l’inverse, le mode « Hotwire » est très dynamique et suscite de nombreux fous rires dans votre escouade. Je suis plus mitigé sur le mode « Braquage » ou « Heist » du fait de la map. En effet, la map consiste d’une banque que les voleurs doivent dévaliser. Ils peuvent passer par plusieurs issues, voler le butin et les rapporter vers trois points différents pour s’enfuir en hélicoptère. Les policiers doivent bien évidemment les en empêcher en essayant de réduire leur nombre de tickets à zéro. La map est, à mon gout, trop petite pour pouvoir établir un plan d’attaque ou de défense. Le combat devient trop souvent confus et éparpillé. Espérons que les autres maps dédiées au mode « Braquage » seront plus vastes et permettront d’avoir une approche plus tactique.

Comme les précédents opus, vous pouvez jouer 4 classes différentes dans Battlefield Hardline : opérateur, mécanicien, soutien et exécuteur. Rien de bouleversant, il s’agit de classes très classiques dans le monde des FPS. J’ai bien aimé la classe mécanicien car ses outils de réparation et son lance-grenades sont bien utiles dans le mode « Hotwire ». Vous pouvez bien sûr modifier votre classe avec différents gadgets, armes et grenades. Vous pouvez également changer l’apparence de votre personnage. Encore une fois, les outils sont là mais ne sont pas innovants du tout.

Electronic Arts Battlefield Hardline Cop Chase

Gros bémol de cette béta, la technique du jeu semble être vraiment à la traîne surtout après la sortie des FPS récents comme Dying Light ou Far Cry 4. Les décors et textures ne sont pas parmi les plus beaux, tout comme les effets de lumière et d’explosion. Autant Battlefield 3 avait été splendide à l’époque, autant cet opus semble être vraiment à la ramasse. En revanche, le gameplay est fluide et la prise en main est agréable. En ce qui concerne les serveurs, le jeu a connu de nombreux soucis de matchmaking, sans doute liés au très grand nombre de joueurs. Espérons que ces soucis disparaîtront au moment du lancement du jeu le 19 mars prochain.

L’idée de remettre au goût du jour l’affrontement policiers/voleurs est intéressante et on voit immédiatement son intérêt dans un mode comme « Hotwire » mais malheureusement, le jeu pêche dans sa technique et surtout dans son prix. Personne n’aurait râlé s’il avait été un simple DLC ou un mod pour Battlefield 4, mais selon moi, il ne vaut pas (pour l’instant) ses 70 euros.

Print Friendly, PDF & Email