Un des rares jeux qui n’avaient pas subi les frasques des fuites de l’E3 fut Dying Light 2. La suite de l’excellent jeu de Techland n’est pas encore prête et on comprend pourquoi grâce aux détails partagés par le studio. En effet, le projet est bien plus ambitieux que le premier titre sur pratiquement tous les niveaux. On a été bien impressionné par les plans des développeurs et on a pu voir le jeu en action sous nos yeux. Alors, on vous présente tout ce qu’on sait sur Dying Light 2.

Un nouveau parkour

Premièrement, Techland avait choisi de construire le premier opus de la série en suivant quelques principes importants. C’était, en premier lieu, un jeu qui encourageait l’exploration par la voie du parkour qui était offert aux joueurs. Dying Light faisait la promotion de ses combats intenses et de l’aspect survie du joueur. C’est exactement ce qu’on avait eu avec le premier chapitre. J’avais particulièrement aimé les déplacements fluides qui me faisaient penser à un Assassin’s Creed à la première personne. Encore aujourd’hui, aucun jeu ne s’est encore vraiment avancé dans cette même direction et c’est difficile à expliquer.

Techland va donc redoubler d’efforts pour consolider cet aspect dans son jeu. D’abord, le monde de Dying Light 2 sera 4 fois plus grand que celui du premier titre (incluant les DLC). Durant la présentation, on a d’ailleurs pu être témoins d’une petite partie de ce Nouveau Monde. On a aussi pu voir à quel point l’aspect parkour a grandement été amélioré. Le joueur se déplace plus fluidement à travers la ville. On peut, par exemple, glisser sous des clôtures ou même se servir de corde pour se balancer vers l’endroit voulu. En plus, on peut aussi se servir du feuillage pour semer la trace de nos ennemis. Bref, on semble plus libre que jamais dans cette suite.

Des combats peaufinés

Ensuite, la démonstration nous a aussi permis de voir le nouveau système de combat en action. On a pu constater que celui-ci a grandement amélioré. Lors du combat dont on a été témoins, il y avait un aspect stratégique important à celui-ci. On peut toujours frapper, mais on peut aussi bloquer et contrer les attaques pour tourner le combat en notre faveur.

D’ailleurs, toute la salle a été impressionnée en voyant le joueur propulser un seau d’eau pour déstabiliser l’ennemi. Ensuite, il a enchaîné avec un énorme coup de pied qui a projeté l’ennemi en bas de la tour. Ce qu’on a retenu, c’était la complexité du combat et la résilience des ennemis. On a donc bien hâte d’essayer le tout en action à la sortie.

Même l’aspect survie a été peaufiné. Les zombies ont des comportements un peu plus logiques. Par exemple, comme ils ont peur de la lumière du jour, ils se cachent donc en groupe dans la noirceur de maisons abandonnées. Si vous êtes courageux, vous pourriez courir le risque d’en visiter quelques-unes pour y trouver très utile. Mais ne faites pas trop de bruits, car vous pourriez vite vous retrouver avec une horde à vos trousses.

Enfin, la manière d’approcher aussi les groupes d’humains hostiles a été revue. On nous a expliqué qu’il y a une multitude de manières d’approcher chaque rencontre avec des ennemis. Par exemple, on pourrait attirer une horde de zombies vers eux ou carrément les éliminer un par un sans faire de bruit. Bref, attendez-vous à avoir un vrai carré de sable entre les mains.

Des choix importants

Cependant, la nouveauté la plus impressionnante de Dying Light 2 est sans aucun doute l’impact des choix faits durant l’aventure. Quelques décisions que vous allez prendre pourront carrément entièrement changer le visage de la région que vous visitez. Durant la démo, on a pu voir une décision qui a fait du clan des Peacekeepers les grands gagnants de votre choix. À la suite de ce choix, le clan prend possession d’une grosse partie de la région. On voit alors qu’ils font régner l’ordre dans la ville à la manière d’un régime totalitaire. Toute forme de résistance est ensuite punie de manière assez sévère. Il y a quand même du bon, car l’accès à l’eau est gratuit pour tous et la population est beaucoup plus en sécurité.

Pour les besoins de la démo, les développeurs nous ont aussi montré ce qui arrivait si on prenait l’autre décision. Soudainement, le joueur devient partenaire du clan et gagne une partie de leur profit. Malheureusement, la population est déprimée et dépourvue d’accès à l’eau. Même le visuel est complètement différent. Bref, c’est une approche assez prometteuse que j’ai hâte de voir en action.

À jouer en coop

Finalement, Dying Light 2 sera jouable entièrement en coop, jusqu’à 4 joueurs. Malheureusement, comme on place le joueur devant plusieurs choix importants, seulement l’hôte pourra choisir et gardera la progression de l’histoire. Ceux qui se joindront à l’hôte pourront seulement être témoins de ses décisions. Par contre, ils pourront amener la progression de leur personnage et les items trouvés avec eux.

Je peux déjà m’imaginer faire l’histoire une première fois en compagnie d’un ami et de faire tous les choix inverses dans ma propre partie pour en voir l’impact. Je pense que c’est une approche logique, mais on verra au lancement.

Premier constat

En terminant, Dying Light 2 est un autre jeu qui m’a bien impressionné. Même si ce n’est pas moi directement qui ai joué, la présentation m’a convaincu d’être hype pour sa sortie. Avec un univers plus grand, des combats plus complexes, un parkour plus flexible et un aspect de survie encore plus poussée, j’ai bien hâte d’y mettre les pieds. En plus, le visuel semble aussi avoir été peaufiné ce qui nous a permis de voir des scènes plus jolies que jamais. Il n’y a toujours pas de date de sortie, mais Dying Light 2 sera disponible sur Xbox One, PlayStation 4 et PC.

PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.