Pour la première fois, Ubisoft nous a préparé une suite à un épisode pour cette saga avec Far Cry New Dawn. Se déroulant après les événements de Far Cry 5, ce stand-alone est l’occasion de retourner dans cet univers pour une nouvelle aventure sous le signe du fun. Dites bonjour aux terribles jumelles et à un environnement tout en en couleurs. Si le retour à Hope County n’est pas indispensable, il est tout de même agréable.

Fiche Technique

  • Date de sortie :  15 février 2019
  • Style : FPS
  • Classement ESRB/PEGI : M / PEGI 18
  • Développeur : Ubisoft Montréal
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : voix anglaises et sous-titres français
  • Testé sur Xbox One
  • Consoles : Xbox One, PS4, PC
  • Prix lors du test : 49,99$
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Du neuf avec du vieux

Petit syndrome Assassin’s Creed, la saga Far Cry a tendance à beaucoup se ressembler ces dernières années. Même si le 5 était un très bon épisode, il n’a pas révolutionné le genre. Reste que la formule fonctionne encore et toujours et que le plaisir de jeu est intact. Le gameplay prenant le pas sur le scénario, bien que le 5 nous ait offert de belles séquences, et ce depuis le 3 qui fut une réelle claque.

Alors quand ce Far Cry New Dawn nous propose, un an après, de replonger dans Hope County pour faire suite à ce cinquième épisode, l’optimisme et le scepticisme se mélangent. J’en vois déjà certains criés au scandale de l’extension camouflée en stand-alone. Prenons ce dernier comme un spin-off et laissons-lui sa chance.

Du fun à défaut d’une histoire prenante

17 an après l’explosion nucléaire, la nature est luxuriante dans le Montana. Vous voilà dans un monde post apocalyptique et face aux ravageurs menés par les deux jumelles, Mickey et Lou. Pas aussi charismatiques que Joseph, elles sont pourtant plutôt Bad-ass et valent le détour.

Votre héros a encore moins de saveur. Ce monde post-apo amène par contre un vent de fraîcheur, mais pas suffisant pour convaincre les fans de la première heure de se lancer dans cet univers. Sans surprise, le scénario n’est pas le point fort du jeu. La durée de vie non plus d’ailleurs même si elle est très correct pour le genre : comptez environ 15 heures. Pourtant, il faut reconnaître que malgré ses défauts trop apparents, on arrive à s’éclater comme un petit fou dans un univers original et plaisant.

Pas d’implication émotionnelle, une sensation de déjà-vu si vous avez fait le 5 et une bonne répétitivité (les avant-postes à capturer sont bien trop au cœur du jeu). Le jeu n’est pas une révolution et aurait dû être un bon DLC. Une fois ce postulat fait, vous vous laisserez sans doute porté par le jeu.

Le gameplay de Far Cry se prête particulièrement à un univers post-apocalyptique, qui plus est dans ce Mad Max à l’eau de rose. N’en déplaise aux codes du post-apocalyptique, le terrain de jeu est coloré et agréable. Ce dernier est même plus restreint que le 5 et ce n’est pas plus mal vu le maigre scénario. Fan de la licence, la prise en main est toujours aussi bonne. La tenue des ravageurs, les couleurs, les fleurs roses, vos armes multicolores vous feront passer de bons moments. Retrouvez Hope County sous cette forme est agréable. Le côté sans prise de tête fait aussi du bien et va a l’essentiel.

Du RPG trop lourd et des nouveautés secondaires

Mais si l’univers est littéralement cool, quelques nouveautés peu inspirées sont à noter pour Far Cry New Dawn. Et comme Ubisoft a tendance à appliquer un peu partout ses formules, nous retrouvons certaines bien connues à tendance RPG et qui sont dans d’autres sagas (Ah Assassin’s Creed). La première, très dérangeante, affiche le niveau de vie des ennemis. Vous pouvez heureusement désactiver cette option dans le menu. Ajoutez du farming à outrance (oui encore plus que d’habitude), la possibilité d’améliorer votre base et des quêtes annexes encore plus présentes.

La progression et le niveau de vos armes sont trop punitifs. En effet, le niveau des ennemis (Salut The Division!) augmente et vous allez devoir travailler dur pour mettre vos armes au même niveau. Frustrant, d’autant que l’ethanol, ressource indispensable pour améliorer le tout, est pénible à récupérer. On sent malheureusement une volonté de combler pour apporter de la consistance à un univers qui s’en serait bien passé. Le plaisir s’atténue au fur et à mesure à cause d’une progression exigeante et basée sur le farming.

NOTES
Note
7
PARTAGER