La nostalgie est un sentiment très fort pour de nombreux joueurs. Lors de l’annonce d’American Fugitive, j’ai automatiquement pensé à l’époque du tout premier Grand Theft Auto (GTA). Le studio indépendant Fallen Tree Games et l’éditeur Curve Digital proposent, donc, un jeu à monde ouvert avec une vue sur le dessus. Est-ce que le titre réussi à utiliser cette nostalgie tout en offrant un peu de nouveautés à ce type d’expérience ? Voici notre test complet d’American Fugitive ! 

Fiche Technique

  • Date de sortie : 21 mai 2019
  • Style : Action et aventure
  • Classement ESRB/PEGI : TBA
  • Développeur : Fallen Tree Games
  • Éditeur : Curve Digital
  • Langue d’exploitation : Texte et interface en français
  • Testé effectué sur PC
  • Aussi disponible sur PS4, Switch (23 mai) et Xbox One (24 mai)
  • Prix lors du test : 19,99 $ / 19,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

De fausses accusations

Dans American Fugitive, on incarne Will Riley. Ce dernier est accusé du meurtre de son père et est incarcéré pour ce crime. Bien entendu, il s’agit de fausses accusations et vous n’êtes pas responsable du meurtre de votre paternel. Votre personnage prend, donc, la décision de s’échapper de la prison locale afin de se venger. Vos missions et la jouabilité sont centrées autour de cette importante décision. Il est primordial de rester discret dans vos actions pour ne pas retourner derrière les barreaux. 

Retour vers les classiques

Tel qu’indiquer dans l’introduction de ce test, l’élément marquant de ce American Fugitive est sa direction artistique. Rendant hommage aux premiers jeux à monde ouvert avec vue sur le dessus, le titre mélange parfaitement l’aspect classique au monde moderne. On retrouve les mêmes sensations que lorsque l’on jouait au premier GTA tout en ayant droit à des textures et des effets visuels, plus réaliste. Malgré le fait qu’American Fugitive soit développé par un petit studio, on remarque rapidement le talent indéniable de cette équipe. Le jeu est très joli et la région fictive imaginée par les développeurs est suffisamment grande. Cette dernière propose d’ailleurs beaucoup de bâtiments diversifiées. Nous avons rarement l’impression de toujours croisé la même maison. De plus, l’ambiance des années 1980 ajoute encore plus d’ambiance au titre. De mon côté, je considère que l’aspect visuel du jeu est sans doute l’un des meilleurs arguments de vente pour le jeu. 

Des missions un peu répétitives

Il est impossible pour un jeu d’être parfait. American Fugitive n’échappe pas à cette règle et tombe dans le fameux piège des jeux à monde ouvert. Même si le scénario est tout de même intéressant, les missions que l’on effectues sont un peu répétitives. Certes, elles sont très nombreuses, mais on a l’impression de souvent faire la même chose. J’ai surtout remarqué cet élément dans la première portion du jeu. On se déplace d’un point A vers un point B pour ensuite retourner au point A. On s’échappe de la police, on élimine nos ennemis, on cambriole et on recommence. Le tout pendant toute l’aventure ! C’est un peu dommage quand on constate l’énorme travail accompli sur l’ambiance et sur la jouabilité.

Une jouabilité réussie

Dans un jeu de type monde ouvert, la jouabilité est très importante. On ne veut pas se retrouver avec quelque chose d’un peu trop vieillissant. Malgré le fait qu’American Fugitive est, un bel hommage aux anciennes expériences, le titre propose des phases variées et des concepts très intéressants. Tout d’abord, tout au long de l’aventure, il est possible de cambrioler des voitures ou encore des bâtiments. Ces derniers sont particulièrement réalistes. Avant d’entrer par effraction dans un immeuble, il est possible de faire le tour des fenêtres afin de s’assurer que la voie est libre. Une fois à l’intérieur, vous ne pouvez pas contrôler le personnage comme vous le souhaitez. Vous déplacez uniquement son icône dans les différentes pièces de la maison. Un système efficace qui ajoute un peu de tension lorsque l’on décide d’emprunter la voie du criminel. De plus, il est possible de voler des vêtements afin d’annuler les recherches des policiers. En effet, si un témoin constate votre crime, il signalera votre dernière position, mais aussi ce que vous portiez. Dans l’ensemble, je trouve que ces petits ajouts sont très sympathiques et ajoute à l’ambiance de fugitif.

En ce qui concerne les mouvements de notre personne, le tout est très classique. Ce dernier peut courir pendant quelques secondes selon sa barre d’endurance. Il est aussi possible de se procurer des armes ou encore de faire des combats à mains nues. Lorsque c’est le moment de conduire, il faut respecter au minimum les règles de la sécurité routière et éviter de cause des accidents. Si vous ne respectez pas ces consignes, la police se déplacera sur les lieux de l’accident et vous risquez de retourner en prison. En terme de sensation au volant, je trouve que l’on peut rapidement comparer avec la série Micro Machines. La conduite dans American Fugitive est très arcade, mais cela s’adapte parfaitement au style de jeu. 

Conclusion

Disponible pour une vingtaine de dollars, American Fugitive réussit son pari en utilisant la nostalgie. J’avais très hâte de parcourir ce monde dès la diffusion des premières images. L’ambiance est parfaitement réussie et permet d’offrir un peu de modernité à ce style de jeu. Néanmoins, les missions très répétitives pourraient déplaire à certains joueurs sur le long terme. Je conseille American Fugitive à tous les joueurs qui s’ennuient des premiers GTA et souhaite un peu de modernité. 

NOTES
Note
7.5
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.