Fire Emblem Three Houses : l’aigle, le cerf et le lion

0

Depuis son retour en force en 2013 avec Awakening, la série Fire Emblem a empilé les succès sur Nintendo 3DS. Cette montée en popularité de la franchise a même donné naissance à d’excellents Spin-offs comme Fire Emblem Warriors et Tokyo Mirage Sessions #FE. Or, avec la fin imminente de la 3DS, on se demandait tous comment l’aventure allait évoluer sur Switch. En partenariat avec KOEI Tecmo, Intelligent System nous arrive avec une réponse intitulée Fire Emblem: Three Houses qui ne déçoit vraiment pas.

Fiche Technique

  • Date de sortie : 26 juillet 2019
  • Style : SRPG
  • Classement ESRB/PEGI : T / 12
  • Développeur : Intelligent Systems & Koei Tecmo
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Voix anglaises et sous-titres français
  • Exclusif sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Quelle maison choisiras-tu ?

Fire Emblem: Three Houses nous met dans la peau d’un protagoniste homme ou femme au choix du joueur nommé par défaut Byleth. L’histoire commence en 1180 alors que la fin d’un conflit a enfin réuni les trois royaumes de Fódlan dans une ère de paix commune.

Au centre se trouve le monastère de Garreg Mach un territoire neutre habité par l’Académie des officiers et l’église de Seiros. Byleth s’y rend alors en compagnie de son père, un héros de guerre très populaire au monastère. Sur place, on rencontre Rhea, la leader suprême de l’église, qui semble avoir un penchant particulier pour lui allant même à le nommer enseignant de l’Académie. C’est ainsi qu’on va découvrir les différents étudiants des trois maisons et très rapidement il faudra choisir notre allégeance.

Parallèlement, notre personnage a constamment des visions d’une curieuse demoiselle du nom de Sothis qui communique avec lui. Il semble que Byleth aurait une connexion particulière avec celle-ci ce qui étend les mystères du scénario. Or, pendant que la paix règne au royaume et au monastère, plusieurs menaces se ressortent de l’ombre et tenteront de semer le chaos. Serez-vous en mesure de les arrêter ?

Une histoire profonde

Selon moi, ce qui témoigne le mieux de l’énorme saut de Fire Emblem vers une console hybride comme la Switch, c’est la qualité du scénario. Tous les dialogues de Fire Emblem: Three Houses ont eu droit à une narration avec des acteurs. Or, c’est d’autant plus impressionnant lorsqu’on constate la quantité de ceux-ci. On ne peut même pas comparer cela aux autres opus puisque la quantité doit être cent fois plus grande. Le nombre d’interactions est tout simplement imposant et on peut voir que les développeurs y ont mis beaucoup d’effort.

Byleth et son père de fire emblem three houses
Jeralt et Byleth (version femme)

Puis, le tout se reflète encore mieux lorsqu’on constate la diversité des personnalités des personnages qui nous entourent. Qu’on choisisse les Aigles de Jais, les Lions Saphirs ou les Cerfs d’Or, chacun nous fait découvrir des personnages très différents les uns des autres. Bernadetta, par exemple, est super timide et ne veut jamais sortir de sa chambre. Cela nous place inévitablement dans de drôles de situations l’impliquant. Sinon, un personnage comme Ferdinand se veut être un vrai charmeur, mais on ressent aussi qu’il a un sentiment d’infériorité face à Eldegard.

En progressant, on en apprend plus sur leur vie, d’où ils viennent et ce qui les a amenés jusqu’à aujourd’hui. C’est ce qui fait en sorte qu’on s’attache à notre classe et qu’on apprécie tellement chaque minute dans Three Houses. Et, c’est encore plus amusant de les voir interagir entre eux et notamment ceux qui ont des personnalités à l’opposé, même s’il y a quelques longueurs. On les voit même progresser et devenir de plus en plus matures jusqu’à la toute fin.

Rhea et Seteth
Rhea est à la tête de l’église de Seiros

Un scénario riche et plein de rebondissements

Ultimement, Fire Emblem: Three Houses est plein de rebondissements et de choix à faire qui viendront bouleverser notre parcours. C’est donc dire qu’il y a beaucoup plus que le simple fait de choisir entre trois chemins. Dès que j’ai fini, j’avais envie de découvrir les autres maisons et même de prendre différentes décisions du même scénario. On y retrouve d’ailleurs différents thèmes comme ceux de guerres d’idéaux religieux, de vivre à la hauteur des attentes de ses parents ou la découverte de soi.

Three Houses offre donc amplement d’éléments de scénario pour attirer les amateurs d’une bonne histoire.

D’ailleurs, le scénario est aussi très profond puisqu’il s’étale davantage dans de nombreuses batailles facultatives. Lorsqu’on fait notre choix au début de la semaine entre se reposer, se battre, étudier ou visiter le monastère, on peut manquer quelques éléments d’histoire. Par exemple, je sais qu’une des missions secondaires nous permet de visiter le père d’un des étudiants. Grâce à cela, on peut mieux comprendre le personnage et le contexte dans lequel il a grandi. Bref, pour les curieux qui veulent connaître tous les détails de leurs personnages préférés, c’est une excellente addition. Three Houses offre donc amplement d’éléments de scénario pour attirer les amateurs d’une bonne histoire.

Bref, vous en aurez pour votre argent avec Fire Emblem: Three Houses. J’ai terminé ma première visite en un peu plus de 45 h et ça représente moins que le 1/3 du jeu. Je suis donc prêt à me lancer dans ma New Game + et découvrir les autres chemins. J’espère retrouver quelques DLC dans le futur aussi, car je me suis vraiment attaché à l’histoire et ses personnages.

À l’Académie c’est la belle vie

Les plus puristes du genre ne seront peut-être pas attirés par cette partie facultative du jeu, mais j’ai beaucoup aimé explorer le monastère. Chaque mois, je m’assurais d’y faire ma visite pour découvrir les nouvelles conversations qui m’attendaient avec chaque personnage. D’ailleurs, c’est particulièrement important si on veut maximiser la motivation de chacun d’eux.

En partageant le thé avec eux, en retrouvant les objets qu’ils ont perdus ou en leur offrant des cadeaux, ils deviendront plus motivés à étudier. Plus ils étudient, plus on peut améliorer un de leur attribut de notre choix. C’est aussi ce qui nous permet de développer notre affinité avec chacun ce qui est très utile lors des combats. Ils ont chacun des intérêts différents qu’on finit par connaître parfaitement et qui serviront à développer nos relations avec eux.

Byleth et Petra dans Three Houses
Petra danse à l’Académie

Visiter l’Académie, c’est aussi l’occasion parfaite de faire une multitude de quêtes secondaires qui ne sont pas très complexes. Celles-ci nous donnent d’ailleurs quelques items pour aider à notre quête. Puis, on peut s’adonner à plusieurs autres activités secondaires comme des entraînements, la pêche ou la culture de plantes. Personnellement, j’ai surtout passé mon temps à améliorer les bons attributs pour convaincre les autres personnages à joindre ma maison. La vie à l’Académie est vraiment agréable et ajoute une profondeur combien importante au titre.

La vie à l’Académie est vraiment agréable et ajoute une profondeur combien importante au titre.

J’ai aussi grandement apprécié cette partie, parce qu’elle aide à varier la jouabilité. C’est bien les combats, mais avec un 4e opus en 5 ans, disons que ça aurait vite pu être redondant. Or, ce n’est pas du tout le cas grâce à tout ce qu’on peut faire dans Fire Emblem : Three Houses.

Un champ de bataille amélioré

Les amateurs de SRPG comme moi seront heureux de constater que les combats sont plus amusants, complexes et variés que jamais. Régulièrement, on ne se retrouve pas seulement contre une armée ennemie, mais aussi contre une ou plusieurs créatures mythiques. Ainsi, on doit doublement faire attention au positionnement de chacune de nos unités pour garder le contrôle sur le terrain. Or, parlant de créatures mythiques, celles-ci peuvent avoir jusqu’à 3 barres de vie ce qui change notre approche pour gagner. En plus, elles prennent généralement l’équivalent d’un carré de 4 cases.

Edelgard Three Houses et une créature mythique
Edelgard contre un Loup géant

Puis, j’en ai déjà parlé durant ma preview il y a quelques semaines donc je n’entrerai pas dans tous les détails des nouveautés. À la place, j’aimerais ajouter que les escouades ont un impact stratégique beaucoup plus poussé que ce que je croyais. Je pense, par exemple, à une escouade qui me permettait d’attaquer de multiples ennemis avec une pluie de flèches. Ou encore, une escouade qui encourage tous les personnages autour de moi leur permettant de se déplacer de beaucoup plus de cases. Franchement, c’était tellement utile que cela m’a souvent permis de prendre l’avantage sur le terrain.

on doit doublement faire attention au positionnement de chacune de nos unités pour garder le contrôle sur le terrain

Enfin, il y a une belle variété au niveau des terrains de combat. Entre les multiples châteaux, les plages, les forêts et tout le reste, on ne peut pas dire que c’est répétitif. Or, c’est d’autant plus intéressant vu que les différentes surfaces affectent les déplacements de nos personnages. C’est là que les tactiques des escouades peuvent avoir un impact encore plus important. De plus, je veux enfin simplement reculer de quelques tours pour éviter la mort d’un personnage au lieu de fermer et rallumer ma console. Enfin, le mode normal est peut-être plus facile que ce qu’on a été habitué vu la capacité de reculer de quelques tours. Cependant, New Game + et les modes de difficultés plus élevés vont facilement combler les fans expérimentés.

Prêt pour votre salon

Ensuite, bien que j’y ai joué principalement en mode portable, Fire Emblem: Three Houses est assurément prêt pour votre salon. On y remarque le travail de collaboration qui avait été entamé entre les deux studios avec Fire Emblem Warriors. Les décors en 3D, dont le monastère, sont bien représentés et les couleurs sont très vivantes. Tout comme la résolution HD qui ressort très bien sur grand écran et qui s’équilibre bien aussi en mode portable. Si vous avez la chance d’y jouer sur télévision, je vous le recommande fortement, car les cinématiques sont encore plus superbes et et on profite davantage de l’expérience. Depuis Fire Emblem Fates, j’espérais voir plus de scènes de cinématiques, car elles sont dignes des plus jolis titres et c’est enfin le cas ici.

De plus, j’en dirais tout autant des personnages qui, en plus d’enfiler des costumes très originaux, sont très expressifs. C’est certain que la narration des acteurs y est pour quelque chose, mais on observe aussi leurs émotions à l’écran. Fire Emblem: Three Houses nous donne désormais l’impression d’être une vraie production AAA dans laquelle Nintendo a été prêt à investir pour avoir un résultat de qualité.

Depuis Fire Emblem Fates, j’espérais voir plus de scènes de cinématiques, car elles sont dignes des plus jolis titres et c’est enfin le cas ici.

Qui plus est, Takeru Kanazaki, le compositeur de la trame sonore, a redoublé d’efforts pour amener ses compositions à un autre niveau pour le titre. Je ne sais pas si c’est simplement les capacités supplémentaires de la console, mais il en résulte la trame la plus mémorable de la série. D’ailleurs, comme je le mentionnais précédemment, la musique du monastère semblait tirée directement de The Legend of Zelda.

Accessible, fun et simplement excellent

Pour conclure, avec Fire Emblem: Three Houses, le studio Intelligent Systems a rehaussé la barre à tous les niveaux. Plus que jamais, cet opus nous donne l’impression de jouer dans la même cour que les autres titres AAA de Nintendo. Juste le fait d’avoir une narration complète pour tous les dialogues du jeu ajoute une finition énorme à l’aventure. Si on ajoute des combats plus stratégiques, de multiples scénarios possibles ainsi qu’une histoire riche et profonde, on peut dire qu’on a vraiment la totale.

En plus, les développeurs ont trouvé le système parfait pour maintenir leur jeu accessible en nous permettant de reculer dans le temps tout en gardant une belle complexité. Bref, que vous soyez un vétéran ou un nouveau venu, je suis convaincu que Fire Emblem: Three Houses devrait faire partie de votre librairie Switch.

NOTES
Note d'enthousiasme
9.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.